SCIENCE & TECHNOLOGY

Les Professionnels du Marketing, les bloggers, et les managers de réseaux sociaux veulent botter le cul des compagnies internet en Haïti !

0
L’équipe d’Ayibopost a décidé de publier ce cri de désespoir d’un groupe de professionnels du marketing, des bloggers, et des managers de réseaux sociaux sur l’état du service internet en Haïti. Nous partageons certaines de leurs réclamations mais n’avons participé ni à la rédaction ni à la construction de ce texte.

Sous le soleil des Tropiques, une île brille par la volonté de son gouvernement de s’ouvrir aux affaires et de développer son tourisme. Cette île, jadis nommée la perle des Antilles, porte aujourd’hui le nom d’Haïti.

Dans toute société moderne, l’internet joue un rôle clé indubitable. « Open for Business » est le leitmotiv et le crédo puissant qu’utilise le gouvernement Haïtien.

Parallèlement aux efforts qu’effectue le gouvernement avec ses grands projets de développement (routiers, portuaires, etc), le secteur des télécommunications vient entraver le développement national. Les tentacules acérées de certaines compagnies égorgent la clientèle par leurs prix indécents et le service d’une qualité médiocre sans nom ! Avec quatre gros fournisseurs d’Internet et différentes compagnies embryonnaires, un marché de plus d’un million et demi d’utilisateurs (1.5 M selon la Conatel) soit 13% de la population, Haïti reste un petit marché qui devrait être facilement couvert par les compagnies d’Internet. Et pourtant ce n’est pas le cas…

Il y a deux types d’utilisation d’Internet en Haïti : l’utilisation basique (email, réseaux sociaux), l’utilisation plus élaborée des entreprises corporatives (recherches ; échanges de courriels, de documents, d’informations ; création et maintient de site internet ; réseaux sociaux pour les compagnies ; marketing ; bancaires, etc…).

Les réseaux sociaux fort utilisés par les professionnels du marketing demandent des réponses instantanées, impossibles à effectuer sans internet.

Rappelons qu’un commentaire non géré peut affecter l’image de marque d’une compagnie de manière considérable et causer des dommages viraux irrécupérables.

Dans le but de présenter les problèmes récurrents que les professionnels du marketing subissent à cause de la qualité de l’internet fourni, nous détaillons par plateforme le type d’inconvénients rencontrés :

EMAIL (COURRIELS)

  • Difficulté à télécharger des pièces-jointes;
  • Difficulté à envoyer un email pressant, celui-ci peut rester dans un « Outbox » pendant plus de deux jours, causant la perte d’un momentum, ou d’un contrat crucial.

FACEBOOK

  • Difficulté à télécharger des images, flyers en png ou en jpeg, Cette difficulté pouvant durer une journée entière;
  • Difficulté à répondre à des commentaires;
  • Difficulté pour poster un « status »;
  • Difficulté pour créer un événement;
  • Difficulté à rafraichir la page dans le but de voir les commentaires actualisés;
  • Impossibilité de démarrer une application affiliée à Facebook;
  • Difficulté à visionner les « Insights » (Rapport Statistiques Facebook) pour les Pages Facebook.

INSTAGRAM

  • Difficulté à télécharger des images au format Instagram (612 x 612 pixels) en png ou jpeg ceci pouvant durer durant 10 minutes et plus. À force d’essai de téléchargement, Instagram crée parfois des doublons d’images, ce qui une fois posté, n’est pas bien perçu pour l’image de marque de la compagnie. Cela donne un effet brouillon.
  • Impossibilité de télécharger des vidéos pouvant mettre en exergue une entreprise. Durant un événement où il est prépondérant de vendre les réalisations de l’entreprise dans le moment présent afin de dynamiser une clientèle et donner une visibilité instantanée, l’entreprise n’y arrive tout simplement pas.

TWITTER

  • Difficulté à télécharger un status;
  • Difficulté à télécharger des images en png ou en jpeg, ceci pouvant durer une journée.

MAIL BLAST

  • Difficulté à regarder le « preview » (prévisualiser) et l’envoyer au client pour approbation;
  • Difficulté pour le client à télécharger le courriel envoyé. Plus de 5 minutes peuvent durer pour un téléchargement d’images;
  • Vidéos/Slide-Show impossible à intégrer.

BLOGS et SITES INTERNET

  • Difficulté à télécharger les images, voir le « preview » (prévisualiser), faire des corrections, des ajouts.

CLOUD (DISQUE DUR RÉSEAU EN LIGNE)

  • Difficulté à accéder, enregistrer et sauvegarder des documents sur le réseau.

SIGNATURE NUMÉRIQUE OU SIGNATURE ÉLECTRONIQUE

  • Les lois sur les TIC (Technologie de l’Information et de la Communication) datant de 1977 (selon la Conatel), même avant la globalisation de l’internet, n’évoquent point la signature électronique, devenue mondialement une normalité des plus banales. Celle-ci permet les achats en ligne et garantit l’authenticité de l’acheteur. L’absence d’une telle loi, empêche les entreprises de se développer et de s’ouvrir au monde !

APPLICATIONS MOBILES

  • Des banques locales ont eu l’idée géniale de fournir à leurs clients l’opportunité (normale dans toute société moderne) de vérifier leur compte en banque à partir de leur « smartphone ». Eux aussi ils subissent les déboires de réseaux internet de faible qualité. Balance impossible à vérifier. Clients irrités.

« Faisons-nous des Affaires ? »

Réseau dédié, fibre optique, tous les moyens sont bons pour vous vendre tous les trois mois un nouveau système, qui après deux jours d’utilisation est pire que l’ancien.

« Vol ou Affairisme ? »

Le médiocre service fourni cause donc un handicap au développement des nouveaux métiers de la communication.

« Sommes-nous ouverts aux Affaires ? »

Toute compagnie de plus d’une dizaine d’employés se trouve dans l’obligation d’avoir plus de 3 fournisseurs de services différents, dont la défaillance peut s’effectuer au même moment.

« OU GEN NAN YON BIZNIS 3 KONPANI ENTÈNÈT EPI PA GEN YOUN KI MACHE ! YOUN PA VO LÒT ? KOTE RESPÈ A !»

Le respect du client n’existe pas. Les journées des professionnels du marketing sont infernales. Les délais (deadlines) difficiles à respecter, dans un secteur où tout est fait dans l’urgence et où les clients ont toujours besoin de quelque chose à la dernière minute (faute d’avoir un planning et une stratégie).

Même réseau, collusion, système oligarchique pour un développement archaïque…

Que pensez-vous, Responsables des Réseaux Sociaux de ces compagnies ? Avez-vous le courage de vous ériger en défenseurs de vos droits ?

« OU PAKA DI WAP FÈ BIZNIS E OU PA BAY SÈVIS ! »

Cette publication changera-t-elle quelque chose ? Peut-être pas ! Mais il est important que la jeunesse mondialisée qui a vu autre chose sache s’ériger pour dire non !

À bon entendeur salut !

MERCADOLOGUES ÉNERVÉS

Commentaires

Haiti, a country in healthcare crisis

Article Precedent

On y a échappé belle!

Article Suivant

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost