SCIENCE & TECHNOLOGY

Des femmes haïtiennes se sont réunies pour discuter technologie

0

Du 15 au 17 mai 2018, l’hôtel El Rancho situé à Pétionville, a été le théâtre de la deuxième édition du Sommet international des femmes du numérique en Haïti (SIFNUH). Organisé par la Chambre de commerce des femmes entrepreneures d’Haïti (CCFEH), ce sommet a réuni plus d’une trentaine de conférencières provenant de quinze pays à travers le monde.

 

Ce n’est plus une ambition, elle le considère déjà comme un fait. « Le SIFNUH est la plus grande conférence de Femmes-Tech du continent américain », déclare Daniella Jacques, présidente de la CCFEH. Après le succès de la première édition de l’an dernier, les membres de cette chambre de commerce ont voulu faire de cette conférence internationale une tradition. Le but, c’est de mettre en évidence, chaque année, les réalisations des femmes évoluant dans le secteur du numérique, et de noter leurs influences tant au niveau national que mondial.

En plus des conférences, il y a eu au programme des expositions, des ateliers d’échanges, une formation intensive pour des jeunes filles désireuses de faire leurs premiers pas dans l’entrepreneuriat. Une mini foire artisanale et une soirée de réseautage – permettant aux femmes entrepreneures de partager leurs expériences et d’apprendre les unes des autres –, ont été également de la partie. L’une des grandes nouveautés de cette année est la projection du film, ”Les figures de l’ombre”, qui raconte le parcours exceptionnel de trois femmes scientifiques afro-américaines au cours de la guerre froide.

Une révolution douce

Durant ces trois jours, plusieurs diplomates et représentants du secteur privé haïtien sont venus montrer leur intérêt à cet événement qui rassemble une bonne centaine de personnes autour d’un objectif commun. Celui d’encourager les femmes à utiliser les ressources technologiques pour faire face aux défis économiques. L’ambassadrice des États-Unis en Haïti et partenaire de  l’événement, Michèle J. Sison, en a même profité pour souligner que : « La science, la technologie et l’innovation sont les pierres angulaires de l’économie américaine et une force dominante dans la société moderne et le développement économique international ».

Par la réalisation de ce sommet, Daniella Jacques entend « engager une révolution douce mais capitale pour le devenir des femmes du pays ». Son souhait est de créer un réseau de femmes en technologie qui peuvent servir de modèles et de mentors pour les jeunes filles dans toute la Caraïbe. Car elle croit fortement que « les sciences et les technologies de l’internet nous ouvrent des fenêtres d’opportunités sans fin ». En attendant, le rendez-vous est fixé dans un an, pour la troisième édition.

Créée en juin 2015 par un groupe de femmes d’affaires haïtiennes, la Chambre de Commerce des Femmes Entrepreneures d’Haïti est lancée officiellement en mars 2016. Elle a pour mission de travailler à la promotion de l’économie en favorisant l’intégration réelle des femmes entrepreneures.

Commentaires

Romaric Fils-Aimé
Conscient que vous avez beaucoup à dire et à nous apprendre, je mets ma plume à votre disposition. Je suis de ceux qui croient que le journalisme peut servir, de manière utile, à la construction d’un monde meilleur. Attelons-nous-en !

    Le groupe Zatrap intente un procès à L’État haïtien

    Previous article

    Jean D’Amérique : poète de l’insolence

    Next article