FREE WRITING

Les pères haïtiens impliqués dans le contrôle des naissances

0

Présente depuis plus de trente ans en Haïti, l’association pour la Promotion de la famille haïtienne (PROFAMIL) s’associe avec d’autres partenaires pour mener une campagne de vasectomie. Une méthode de contraception définitive pour les hommes qui ne veulent plus procréer. Lancée le 13 mars 2018, cette campagne semble avoir un succès inattendu auprès des hommes haïtiens.

 

À l’avenue Martin Luther King, non loin de l’immeuble de la Natcom, se situe l’une des quatre cliniques de la PROFAMIL. Une fois la barrière et la petite petite cour passées, une pièce se dresse, remplie de femmes venues pour les services offerts par la PROFAMIL, notamment en matière de santé sexuelle et reproductive. À l’intérieur, se trouve un homme. Assis sur une chaise derrière un bureau, c’est lui qui reçoit les gens. Et il est seul parmi cette cohorte de femmes. Pourtant, il y a trois jours [le 13 mars dernier], une bonne centaine de confrères masculins étaient avec lui pour se faire vasectomiser, sans bistouri.

L’opération en soi consiste à isoler les spermatozoïdes lors de l’éjaculation en bloquant ou en coupant les canaux déférents qui sont responsables de leur transport à partir des testicules. La technique sans bistouri, à côté de la technique classique, permet de réduire les complications liées à l’intervention et facilite la récupération qui se fait plus rapidement. Seulement deux jours de repos sont recommandés par les médecins après avoir subi l’opération. « Moi-même, je me suis mis à travailler le jour même », assure l’homme présent à l’accueil qui a, lui aussi, recouru à la vasectomie. Celle-ci est l’une des méthodes de contraception les plus connues par les hommes, après le préservatif masculin. Mais au contraire du préservatif, cette méthode a une particularité : elle est irréversible.

Au cours de la journée de sensibilisation du 13 mars, les médecins avaient réservé un moment (counseling) pour discuter avec les patients en vue de s’assurer que ces derniers étaient bien imbus de la décision qu’ils allaient prendre. « C’est à travers ces questions que le médecin saura pourquoi vous [le patient] voulez vous faire vasectomiser », explique Josué Brunard, chef superviseur à PROFAMIL, au cours d’une entrevue donnée à Loop Haïti.

Environ quatre-vingt-quatre (84) hommes se sont portés volontaires !

Environ quatre-vingt-quatre (84) hommes ont subi l’opération ce jour-là. Plusieurs dizaines d’autres ont pris rendez-vous parce qu’ils n’étaient pas sûrs de leur décision, a fait savoir une jeune dame arborant encore un t-shirt de la PROFAMIL fait pour l’occasion. Dans une étude sur “la planification familiale en Haïti”, financée par l’USAID, l’indice synthétique de fécondité (ISF) d’Haïti était le plus élevé de l’Amérique Latine et des Caraïbes en 2012.

Ordinairement, les femmes sont les plus concernées lorsqu’il est question de contraception. Rien ne laissait présager qu’autant d’hommes s’intéresseraient à la campagne de vasectomie de la PROFAMIL. L’explosion démographique étant exponentielle en Haïti, les ressources disponibles se font de plus en plus rares. La planification familiale se présente de plus en comme un point essentiel devant être prise en compte dans les grandes décisions susceptibles de ramener le pays sur les rails du développement.

Commentaires

Romaric Fils-Aimé
Conscient que vous avez beaucoup à dire et à nous apprendre, je mets ma plume à votre disposition. Je suis de ceux qui croient que le journalisme peut servir, de manière utile, à la construction d’un monde meilleur. Attelons-nous-en !

    PHARVAL S.A et plus de 200 enfants morts: qu’en est-il 22 ans après?

    Previous article

    8 mars: Coup d’épée dans l’eau ?

    Next article

    Comments

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost