Le BlogOp_EdsPOLITIQUESOCIÉTÉ

OPINION: Comprenez comment le système arrive à retenir le pays en otage

0

Depuis qu’il a été récupéré par les politiques, le vocable «système» prête à confusion. Pourtant, le changement, voire le chambardement souhaité, arrivera difficilement si on ne rend pas le concept intelligible, c’est-à-dire si on n’explique pas les grandes lois qui le gouvernent, ses contradictions et les acteurs impliqués 

Depuis les émeutes des 6 et 7 juillet 2018, le pays vit une situation de crises récurrentes, la résurgence d’un malaise très profond, chronique des 30 dernières années. L’apparition de la grande démocratie chantée par les uns à profit, décriée par d’autres, car incompatible avec leurs velléités dictatoriales n’a pas amené le pays sur la voie de développement durable.

En effet, au lieu d’accoucher des institutions républicaines, intelligentes et rationnelles, cette démocratie a donné naissance à une série de politiciens corrompus, sans aucune morale politique, mais aussi — et c’est peut-être le pire constat — à une idéocratie sans précédent et sans équivalent historique. Cette corruption est renforcée, mais aussi provoquée par des membres d’un secteur privé friands du clientélisme, des monopoles et qui ont une peur bleue de la compétition.

Malgré le caractère structurel de la crise, elle a pris une ampleur ces derniers mois que nous n’avions pas connu depuis 2004. Le président est décrié, plus encore une grande majorité des secteurs de la vie nationale veut sa tête. Le remède habituel du changement de gouvernement ne marche pas. Le logrolling malsain que nous trouvons en Haïti, c’est-à-dire la distribution ou le partage des postes à l’opposition ne marche pas, car celle-ci se trouve, par la force des événements, dans une position où un ou deux ministères ne suffisent plus à calmer sa soif du pouvoir.

Les rapports de pouvoir ont changé doucement sans que le pouvoir s’en rende compte. L’opposition, plurielle dans sa nature et dans ses objectifs, détient le monopole de la situation. Elle décide quand le pays fonctionnera et quand tout s’arrêtera. L’État actuel est faible et perd ce qui constitue la force de tout État, le pouvoir sur le bien commun.

Lire également: Que doit faire celui qui veut réellement changer le système en Haïti ?

Cette crise politique est conjuguée à une crise économique qui plonge une grande partie de la population, que dis-je, la majorité de la population dans une misère abjecte. Selon la FAO, en 2019, un haïtien sur quatre soit 2,6 millions de personnes sont en situation de besoin urgent d’aides alimentaires. À ce nombre s’ajoutent 2,8 autres millions qui, même s’ils ne sont pas comme les premiers, ne peuvent se nourrir correctement, ce qui donne approximativement 5,4 millions d’Haïtiens qui sont sous-alimentés. Comment pourraient-ils se nourrir correctement quand l’inflation bat son plein ? En août 2019, l’inflation était de 19,1 % en variation annuelle.

Les aliments comme le riz, le maïs moulu et les œufs ont enregistré des variations annuelles respectivement de 21 %, 30,4 % et 30,9 %. Les produits médicamenteux ont subi une variation de l’ordre de 33,9 %[1]. Le taux de change s’est stabilisé comme par magie, nous rappelant que sa dégringolade n’avait rien à voir avec la crise, mais que les forces existantes s’équilibrent à un niveau qui n’apporte aucun bien-être à la population.

Cependant, la situation actuelle diffère de celle de 2004 par un fait singulier : la volonté de renverser les forces agissantes qui constituent un véritable blocage depuis la chute de Duvalier. Ou peut-être, pour éviter une nouvelle forme de dictature duvaliériste plus tranquille, plus timide, plus calme, mais tout aussi dangereuse.

En clair, c’est le système qui s’est mis en place depuis le départ de Duvalier, mais dont les jalons ont été posés et renforcés bien avant qu’il faudra changer, à l’extrême chambarder.

Pour ce faire, il faut le rendre intelligible, c’est-à-dire connaitre les grandes lois qui le gouvernent, savoir ses contradictions et aussi les acteurs qui le composent. Il est important de se pencher sur le concept, car la façon dont nous le décrivons impacte directement les interprétations et la dialectique de notre analyse. Telle façon de le décrire conduira à occulter une partie de l’analyse, telle autre fera que nous amalgamerons les fondamentaux et les manifestations de ce dernier.

Par exemple, si nous regardons les choses seulement d’un point de vue économique, nous nous focaliserons seulement sur le secteur privé et nous parlerons seulement de taxes, de franchises et de contrebande. Il est tentant d’indexer seulement le secteur privé, car il est au premier plan dans l’échec national, mais il faut aussi élargir les responsabilités dans une perspective sociétale.

Pour cela, il nous faut une théorie qui prendra en compte non pas une partie, mais toute la société qui influence dans un sens ou dans l’autre notre vie commune, le bien commun. Nous devons aussi préciser un fait avant de nous lancer dans l’analyse. Le mot « système » est devenu inaudible depuis sa récupération par les politiques et la tendance populaire. Pourtant, il nous faudra l’utiliser, car aucune théorie de la société voulant expliquer le caractère global de cette crise ne peut s’en passer.

Dans son approche systémique de la société, Fossaert [2] distingue trois niveaux de formation sociale, l’économique, le politique et l’idéologique qui par leurs actions et interactions déterminent l’ordre naturel d’une société. En suivant la lignée de Marx et d’Althusser, Fossaert pense que la société tout comme la nature est gouvernée par des lois naturelles qu’il convient de déterminer. Cependant, la société ne suit pas le même ordre des sciences naturelles où les grandes lois sont stables et les changements prévisibles. Les grandes lois de la société suivent le matérialisme historique de Marx.

Toutes les formations sociales ne sont établies que par l’accumulation de relations, aliénation d’une part, contradiction d’autre part ou pour reprendre l’expression d’Althusser de surdétermination au niveau global. Quand nous nous pencherons sur la société haïtienne, nous analyserons donc ces trois catégories pour saisir la dimension sociétale de la crise. Faisons un point important. Ces catégories ne sont pas mutuellement exclusives, un individu peut faire partie de plus d’une catégorie. Ce principe est essentiel quand nous ferons l’analyse sur les responsabilités quant à l’échec national.

L’économique

L’économique fait référence à la façon dont la société s’organise pour la production matérielle. Pour les tenants du capitaliste, elle passe par la notion de la propriété privée qui est une condition sine qua non pour la production efficiente et une utilisation rationnelle des ressources, en particulier le capital.

Pour les marxistes et néo marxistes, qui sont les véritables concepteurs d’une théorie sociale, l’économique est une combinaison du type de propriété, des propriétaires, de la main d’œuvre et du type de production. Le type de formation économique de la société dépendra de la nature et de la combinaison de ces catégories.

Par exemple, une société capitaliste utilise le type de propriété privée où les propriétaires détiennent le capital et déterminent le type de production. Nous pouvons cependant imaginer d’autres types de production qui donneront d’autres natures de la formation économique, le socialisme, le collectivisme, etc.

Cependant, nous croyons que le capitalisme comme mode de production de l’ordre matériel d’une société est le meilleur mode de formation économique. Nous voyons l’utilisation du marché non pas comme une fin en soi, mais comme un moyen, une technologie sociale permettant de produire la richesse dans une société. Il faut alors se demander quel est le problème en Haïti.

Il se passe qu’en Haïti nous avons privilégié la rente à la compétition. Aux XVIIIe et XIXe siècles, les économies aujourd’hui développées faisaient face à cette situation. En France par exemple, avant la Révolution française, Thomas Piketty [3] montre que les gens les plus fortunés tiraient leur richesse principalement de la rente foncière et des prêts accordés à l’État.

La rente conduisit à une utilisation abusive de la terre la rendant de moins en moins productive. Comme à l’époque, la pression démographique était déjà énorme — 20 millions d’habitants en France, contre seulement 8 millions au Royaume-Uni — cela a renforcé en France une pression sur la richesse créée et une inégalité criante. Comme conséquence, la Révolution française fut sanglante, violente et mit fin de manière très brutale à l’aristocratie. Nous sommes loin de faire des prévisions aussi funestes, mais la réalité que nous vivons aujourd’hui nous rapproche de plus en plus de ce scénario.

Le secteur privé, véritable représentant de cette formation a fait le choix des monopoles ou quasi-monopoles.

Lisez aussi: On ne peut changer de «système» sans modifier le parlement, l’église et la justice

Ces monopoles ne sont pas naturels comme le pensent certains, c’est-à-dire que ce ne sont pas les coûts d’exploitation de leurs activités qui empêchent l’entrée d’autres sur les secteurs en question. Ce sont eux qui, avec l’appui du politique, ont créé cette situation et toutes leurs décisions aujourd’hui visent à maintenir ce système. Enomy Germain [4] citant Jean-Jacques Honorat énumère les grandes familles bénéficiaires du système en place dès 1986. Nous retrouvons les Brant, Madsen et Nadal qui contrôlaient le gros import et export ; les provisions alimentaires par les Cassis, Izmery, D’Adesky ; les tissus par Bidgio, Assali et Accra. Nous pouvons aussi parler des familles qui contrôlent l’importation comme les Sicard et les Boulos.

Pour se convaincre du niveau extrême de concentration de l’économie haïtienne, la Banque mondiale estime qu’un seul des groupes économiques peut contrôler jusqu’à 60 % des opérations sur les marchés les plus concentrés partant de 5 % sur le marché du lait jusqu’à 51 % sur le marché téléphonique [5]. Toujours selon la Banque Mondiale, les compagnies qui opèrent sur les marchés extrêmement concentrés et qui bénéficient de grands avantages du politique ont en moyenne 45,2 % de liens familiaux.

L’économie du pays est donc une sorte d’aristocratie où les enfants des gens fortunés en héritent sans s’inquiéter de la compétition. Or quand le capital d’une génération prend toute cette importance, la compétition est minée, il n’y a pas de création de nouveaux riches et l’économie n’est pas dynamique.

Le politique

L’instance politique représente l’ensemble des relations régissant l’organisation de la vie sociale. Elle s’articule fondamentalement sur la notion d’État, mais pas seulement. Il existe selon Fossaert, une différence fondamentale entre le politique et l’économique. Pour lui, « La politique saisit la société dans son rapport matériel avec lui-même, en tant qu’elle s’organise tandis que l’économique saisit la société dans son rapport matériel avec la nature ». Cependant, l’État ne constitue pas à lui seul l’instance politique, la société lui crée un contre-pouvoir qui est la société civile.

En Haïti, le constat de l’échec du politique est évident. Pour l’État, compris dans ses deux aspects, pouvoir d’État et appareils d’État, tout montre clairement qu’il a échoué lamentablement dans l’organisation de la vie sociale. Quant au premier aspect, jamais un État n’a été aussi faible qu’il ne l’est aujourd’hui. Il n’a aucun pouvoir sur l’économique au point de devenir son vassal. L’État ne peut organiser la société puisqu’il ne fait plus figure d’autorité d’où il tient sa légitimité.

Le phénomène des gangs armés rend compte de cet échec. Il est impensable de voir un État capituler devant un groupe d’individu, ces derniers s’ils avaient la dimension politique pouvaient renverser l’État comme cela se fait régulièrement en Afrique. Ainsi, l’État, compris dans son rôle de régulateur, ne peut remplir efficacement ce rôle quand le pouvoir d’État est aussi faible.

Lisez cette réflexion: La presse, la diplomatie et l’éducation font aussi partie système

Quant à sa deuxième composante comme appareils d’État, l’échec est encore plus significatif. L’ensemble des institutions qui compose l’administration publique est miné par la corruption. Cette corruption est devenue systémique comme le démontre Matthias Laureus.

De plus, la corruption est devenue connaissance commune. Chacun dans l’administration publique sait que l’autre est corrompu, de même l’autre sait qu’il l’est tout aussi. Cette gangrène provient de plusieurs sources, de l’administrateur lui-même à des fins d’enrichissement et de la société civile et le secteur privé pour la captation, la conservation et l’extraction des ressources de l’État.

Ce qui fait de nous les champions de la corruption dans la zone et le troisième pays le plus corrompu au monde selon Transparency International. Il existe d’autres problèmes dans l’administration publique moins grave peut-être que la corruption, mais qu’il convient de noter. Nous pourrions analyser le phénomène de la productivité des administrations publiques, leur manque de dynamisme, mais aussi leur incapacité à faire face aux changements, ce que nous appelons son agilité.

La société civile, pour sa part, partage une grande part de la responsabilité de l’échec politique en Haïti. Représentés en grande partie par les partis politiques, ces derniers sont devenus des instances marchandes qui attendent seulement les élections ou les troubles politiques pour se faire de l’argent.

Au moment de la crise, nous avons vu des myriades de partis ou de regroupements pro ou contre le pouvoir que nous n’avions pas vu durant les dernières élections. La crise est donc beaucoup plus lucrative pour ces derniers que l’ordre démocratique.

Revendant les mêmes discours creux, sans science, insensés, aux idéologies archaïques des uns ou dépourvues de toutes pensées chez les autres. Leur combat quand ils se trouvent dans l’opposition est toujours la transition, parfois plus destructrice et plus extractrice que le pouvoir en place et quand ils sont proches du pouvoir, ils sont dans un déni de la réalité, stupides à bien des égards, et participent tous, opposition et autres, à la pérennisation du système au pire ou à sa mutation à tout le moins.

L’idéologique

L’idéologique représente pour la société ce que l’inconscient représente pour la psychanalyse. De très tôt, Marx en fait le lieu absolu de l’aliénation qui maintient en place le système capitaliste. Pourtant, la formation idéologique d’une société dépasse de loin le caractère aliénant décrit par Marx, elle prend des formes variées et selon Fossaert, d’un point de vue global, l’idéologique représente « l’ensemble des pratiques et des structures dans lesquels les hommes se représentent le monde où ils vivent ».

C’est donc la représentation du réel qui se fait dans une triple représentation, de l’appartenance, de l’appropriation et des connaissances. Ces dernières s’effectuent par le biais d’appareils dits idéologiques, les écoles, les églises, la presse, la presse, les appareils des arts et des loisirs, des sciences, d’assistance et d’association.

Il est un euphémisme de dire que les appareils idéologiques ont échoué en Haïti et contribuent chacun à leur niveau au système qui perdure depuis des lustres. Les églises, véritables substituts à l’État, sont de véritables instruments d’aliénation se contentant de créer pour les fidèles une réalité alternative. L’école quant à elle, se contente de vomir des techniciens, sans esprit patriotique, dépourvus d’histoire et d’identité nationale qui vont perpétuer le même système de pillage et d’extraction.

Quand l’école haïtienne ne forme pas de cancres, elle alimente le système économique et politique de nouvelles ressources pour se recréer, se dynamiser et se muter. La presse, véritable acquis démocratique au prix du sang, s’est révélée l’une des plus grandes déceptions ces dernières décennies. Ne nous trompons pas, la presse, sous toutes ses formes et dans toutes les démocraties, est un instrument au service des groupes d’intérêts. Elle représente un instrument de vulgarisation d’idéologies pensées et formulées par ces groupes qui par leur équilibre donnent un sens au réel.

Cependant, la presse se doit d’avoir une éthique. En Haïti, c’est une presse militante, tantôt obnubilée par l’idée d’une opposition radicale, quitte à déformer la réalité ou tout simplement à l’inventer tantôt par la création d’une société paradisiaque où tout marche quand elle est proche du pouvoir. Ainsi les appareils idéologiques ont leur part de responsabilité dans le maintien et dans la reproduction du système qui nous donne les résultats que nous avions évoqués au début.

Le constat de l’échec en Haïti est donc sociétal, ce n’est pas la responsabilité d’un groupe, mais d’un ensemble de forces qui par leurs actions et interactions perverses, produit systémiquement des résultats néfastes pour la société. Néanmoins, ce n’est pas l’échec de tout le monde comme certains veulent le faire croire. Il faut comprendre que ceux qui ont échoué en Haïti sont ceux qui par leur nature, leur force ou leur position déterminent leur formation sociale.

Par exemple, le propriétaire d’une quincaillerie ou d’une PME ne fait pas partie du système pour la simple et bonne raison qu’il ne détermine pas, individuellement ou dans un collectif de PME, l’orientation de l’économique. De même, quand une personne travaille dans l’administration publique comme simple exécutant, il ne fait pas activement partie du système, car il ne détermine pas fondamentalement le politique, il n’en est qu’un agent passif. Ces représentations non fondamentales sont des surdéterminations au sens d’Althusser.

Pour comprendre, nous utilisons la formule de Max Weber concernant l’idéal type ou celle des macro-économistes concernant l’agent représentatif pour dire que le système est un influent du secteur privé, fort de sa fortune et de ses relations, corrompt un grand commis de l’État à des fins rentières et ensemble ils s’approprient les médias pour se faire une bonne image. Cet exemple est très caricatural, mais décrit les monstres que nous devons combattre.

Marc Arold Rosemond, mémorant en économie appliquée au CTPEA et coordonnateur général de Catch Up Haiti

[1] Rapport mensuel de l’IHSI sur l’inflation à travers la Direction des Statistiques Economiques (DSE).

[2] La société, une théorie générale.

[3] Thomas Piketty, le capital au 21eme siècle.

[4] Enomy Germain, pourquoi Haïti peut réussir

[5] Pop, Georgiana, 2016. “Haiti- let’s talk about competition, A brief Review of Market Conditions”, World Bank, Washington, DC.

Photo: Dieu Nalio Chery / AP

Commentaires

OPINION: La presse, la diplomatie et l’éducation font aussi partie système

Previous article

Ces Haïtiens qui multiplient les entreprises à Porto Rico

Next article

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost