JusticeRECOMMENDEDSexualitéSOCIÉTÉ

Trafic humains et exploitation de femmes vénézuéliennes à Péguy-Ville

0

Un couple dirige un important réseau d’exploitation de femmes vénézuéliennes

Depuis un an, la Vénézuélienne Andreina est forcée d’arpenter les rues de Port-au-Prince pour satisfaire les appétits sexuels de riches hommes d’affaires et de politiciens. Elle identifie parmi ses clients un haut gradé de l’actuel gouvernement haïtien.

Lorsqu’elle quitte le Venezuela en été dernier, Andreina voulait seulement rejoindre temporairement un membre de sa famille en République Dominicaine.

Un été plus tard, des pensées suicidaires tenaillent la jeune femme d’une vingtaine d’années. Elle se trouve piégée en Haïti, un pays dont elle ne connait ni la langue ni les mœurs. Un réseau de proxénètes l’a conduit dans ce pays pour travailler dans la prostitution à la maison close, La Mansion, à Péguyville.

Comme elle, au moins une quinzaine de ses compatriotes et une dominicaine travaillent là-bas. Au moins deux d’entre elles se trouvent en Haïti, contre leur gré, selon une enquête menée par Ayibopost pendant près de trois mois. Soumises à des pressions psychologiques, elles sont mal nourries, forcées de se droguer et constamment humiliées.

Un Haïtien, Reginald Degand et sa compagne vénézuélienne Ginne (Tutti) Ortuño, dirigent l’établissement en Haïti. Le premier roule en 4×4 avec un laissez-passer du Ministère de l’Intérieur et se sert de ses connexions politiques puissantes pour protéger son entreprise. La seconde se démène pour constamment ramener des filles de son pays natal pour remplacer celles qui deviennent fatiguées, à force d’être abusées.

Des contacts en République Dominicaine

L’été dernier, un homme et une femme — sont venus chercher Andreina à l’aéroport en République Dominicaine. « Ils connaissaient mon nom et m’ont dit qu’ils ont été envoyés par ma famille », raconte la jeune femme.

Le même jour, ils l’embarquent dans un bus à destination d’Haïti. Arrivée au pays, Reginald Degand est venue la récupérer à la station. Bien vite, on lui impose les conditions : « Tu nous dois 5 000 dollars US, lui déclare Degand. $2 500 pour le voyage, 1500 $ pour la personne qui t’a vendu, et 1 000 dollars pour deux mois de loyers. »

Pour acquitter cette somme, Andreina doit rapidement se mettre au travail. « Vous sortez avec des hommes. Faites tout ce qu’ils demandent », ordonne le proxénète.

Lire aussi: Des Vénézuéliennes qui fuient la crise se prostituent à Port-au-Prince

En plus des pressions psychologiques, la barrière culturelle et linguistique, un système de coercition appelé « multa » (contravention) maintient les femmes sous l’emprise permanente de Reginald Degand et de sa femme.

La multa est très redoutée, car elle peut s’avérer chère et capricieuse. Quiconque refuse de sortir avec un client se voit infliger une multa. Celles qui ne se plient pas aux exigences des clients — comme se droguer, se faire photographier nue ou pratiquer une position sexuelle risquée — sont pénalisées. N’importe qui ose refuser de coucher avec Degand ou élèverait la voix en lui adressant la parole est également punie d’une multa. Cette taxe peut aller de 400 à 1 000 dollars US, selon l’humeur de Degand.

À la Mansion, les clients traitent directement avec Degand. Ils réservent les filles par téléphone et passent les récupérer obligatoirement en voiture. Une fois sur place, ils versent des frais de 150 dollars. De cette somme, Degand prélève 50 dollars.

Les filles cependant, ne sont pas payées après chaque prestation. Elles sont invitées à noter sur un petit carnet chaque sortie. Et, à intervalle régulier, Degand fait le compte. Il garde 500 dollars chaque mois pour le loyer et les frais obligatoires de beauté chaque semaine (maquillage et soins de cheveux). Ensuite, il calcule les « multa » et toutes autres dettes afin de voir si la balance de la femme reste positive ou négative.

Reginald Degand et sa compagne vénézuélienne Ginne (Tutti) Ortuño

Deux clients de La Mansion révèlent à Ayibopost que ce sont les filles les plus « demandées » qui subissent le plus « l’injustice de la multa ». C’est un système conçu pour exploiter au maximum les femmes, les garder constamment endettées afin de retarder leur retour chez elles ou en République Dominicaine.

Des promesses fallacieuses

Contrairement à Andreina, Gabriela connaissait dans les grandes lignes la nature de la tâche à accomplir en Haïti. Toutefois, on lui a menti sur le montant de la dette contractée pour son voyage et sur le fait qu’elle devait payer un loyer de 500 dollars pour partager une chambre exiguë avec une dizaine d’autres filles.

Elles mangent deux fois par jour. « La première nourriture est servie à deux heures de l’après-midi, affirme-t-elle. On alterne toujours entre riz, pois et de la viande. Ainsi, si les clients arrivent avant et qu’on doit boire de l’alcool, ça peut arriver qu’on boive sans rien manger. Le second plat est servi dans la soirée. On sert généralement une soupe ou des pâtes. »

Mise à jour : Le club qui exploitait des Vénézuéliennes à Péguy-Ville est fermé par le Parquet

Pour manger dans la matinée ou simplement échapper à ce régime monotone, les filles doivent augmenter leurs dettes. Un simple plat de pomme de terre coute 25 dollars américains, soit 3 000 gourdes.

Aujourd’hui, Gabriela traine une dette de plusieurs milliers de dollars américains. À cause du Coronavirus, les clients sont moins nombreux. Après ce long périple à fuir la crise économique et politique au Venezuela depuis 2016, la jeune femme travaille pour rembourser sa dette. Elle n’arrive pas à transférer de l’argent à ses deux enfants pour qui elle fait tous ces sacrifices. « Je n’imagine pas ce que [Degand] peut faire si j’arrive à m’échapper », déclare-t-elle en pleurant. L’homme a aussi confisqué son passeport.

Reginald Degand a été contacté à plusieurs reprises, sans succès. Cet article sera mis à jour s’il réagit.

Un système atroce

À La Mansion, chaque Vénézuélienne couve en silence une histoire horrible. Certaines affirment que des clients les traitent comme des « chiennes » et exigent des rapports sexuels sans protection. Certains clients abusent de la drogue vendue par le patron de la Mansion.

Selon plusieurs témoignages recueillis, le stupéfiant constitue le second « business » de La Mansion. Ecstasy, cocaïne, héroïne, marijuana, cristal… toute une panoplie de substances illégales vient compléter l’offre de la maison. Les femmes ne paient pas pour la drogue, mais se verront infliger une « multa » si elles refusent d’en consommer avec un client.

Une histoire de maltraitance en particulier semble avoir marqué les esprits dans le club cette année. Gabriela et Andreina rapportent toutes les deux, à intervalles séparés, l’histoire d’une jeune fille, venant du Venezuela enceinte. Pour éviter les dépenses liées aux frais d’accouchement, elle a subi un avortement artisanal.

À La Mansion, chaque Vénézuélienne couve en silence une histoire horrible.

« Elle était très malade après son avortement, mais on ne voulait pas l’amener à l’hôpital », se rappelle Andreina. La dame saignait pendant plusieurs semaines et ce n’est qu’après que ses pronostics vitaux furent engagés que les responsables de La Mansion se sont résolus à l’emmener voir un médecin.

Deux interventions des autorités judiciaires

Le samedi 1er août dernier, la police accompagnée du juge Clément Noël, a effectué une descente à La Mansion. Le club se situe à proximité de la résidence de l’ancien président Michel Joseph Martelly, des ambassades du Mexique et de Cuba et du Bureau des Nations unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS) à Peguy-Ville. Quelques minutes avant l’arrivée des policiers, Reginald Degand a quitté l’espace. Les policiers ont embarqué quelques filles qui reçoivent depuis l’assistance de l’organisation Exodus Group Haïti.

Dans la soirée du lundi 3 août, le substitut commissaire du gouvernement  Frantz Louis-Juste effectue une seconde descente des lieux pour récupérer le passeport des femmes « sauvetées » le week-end dernier. Même scénario : Reginald Degand s’échappe miraculeusement du club bien avant l’arrivée des policiers. Onze personnes sont appréhendées par les forces de l’ordre. La plupart ont été libérées depuis. Une autre vénézuélienne récupérée dans cette opération reçoit aujourd’hui l’assistance d’une institution internationale.

« Tout ce que je veux, c’est rentrer chez-moi », déclare en sanglots, Gabriela, l’une des vénézuéliennes « emprisonnée » à la Mansion.

Comme pour toutes les autres femmes, le passeport de Gabriela fut confisqué dès son arrivée dans le pays. En dehors des sorties avec les clients, elles ne peuvent circuler librement, ou même fuir, sous peine d’être traquées et pénalisées. Régulièrement, Reginald Degand les rappelle la puissance de ses connexions politiques et ses rapports étroits avec la police. Entre 2019 et 2020, au moins deux femmes se sont évadées de La Mansion.

En 2014, Haïti a adopté une loi sur la traite des personnes. L’infraction désigne « le recrutement, le transport, l’hébergement ou l’accueil de personnes, par la menace de recours ou le recours à la force ou à d’autres formes de contrainte, par enlèvement, par la fraude, la tromperie par abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité, ou par l’offre ou l’acceptation de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre à des fins d’exploitation. »

Depuis le début de la crise, plusieurs enquêtes rapportent que des Vénézuéliennes, tenaillées par la précarité, acceptent des offres fallacieuses de travail pour être ensuite enrôlées dans des réseaux de prostitutions. En 2019, le Comité national de lutte contre la traite des personnes (CNLTP) avait reçu le signalement de la disparition de Kelly Zambrano, une jeune femme vénézuélienne à qui une connaissance avait promis un job dans un hôtel qui paierait 2000 dollars le mois. Elle n’est plus revenue chez elle et sa famille a perdu contact depuis.

Contacté au sujet de La Mansion, le président du CNLTP André Ibréus explique que le dossier se trouve au niveau du système judiciaire. « Je suis là pour donner assistance aux victimes, je n’ai pas encore les informations me permettant de faire une quelconque intervention par rapport à ce dossier, dit-il. On a commencé à agir au niveau de la justice, j’attends le bon moment pour pouvoir accompagner les victimes. »

Toute personne reconnue coupable de la traite des personnes commet un crime et est passible de sept à quinze ans d’emprisonnement et d’une amende de deux cent mille gourdes à un million cinq cent mille gourdes.

Bien avant de se relocaliser à Peguy-Ville, le club qu’entretiennent Degand et sa femme était logé à Meyotte et s’appellait Casa Grande.

Widlore Mérancourt

Andreina et Gabriela sont des noms d’emprunt utilisés pour protéger l’identité des victimes.

C’est un dossier en cours. Ayibopost publiera d’autres mises à jour. 

Commentaires

Widlore Mérancourt
Éditeur en chef d'Ayibopost. Consultant média. Précédemment manager chez LoopHaïti et à HEINEKEN. Amateur de philosophie. Grand curieux des nouvelles façons d'exercer le journalisme sur internet. Grand curieux, tout simplement.

Le commissaire du gouvernement est sur un siège éjectable. C’est un gros problème.  

Previous article

Tout sa w dwe konnen sou fenomèn tèt chòv la

Next article

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost