AYIBOFANMSOCIÉTÉ

Pourquoi de plus en plus de jeunes femmes sont atteintes d’un cancer du sein ?

0

En général, ce cancer touche les femmes vers la cinquantaine. Mais la tendance tend à changer depuis quelque temps. De plus en plus de jeunes femmes présentent cette pathologie. Les spécialistes évoquent d’éventuelles causes

Angeline Laguerre avait seulement 28 ans quand elle a été diagnostiquée d’un cancer du sein en 2017. Elle n’a eu comme symptômes qu’une démangeaison au niveau du sein gauche.

Quand elle s’est rendue à l’hôpital, Laguerre a appris qu’elle devait se faire opérer sur le champ. Lors de cette intervention, les médecins lui ont enlevé le sein gauche qui avait été affecté. Après l’opération, elle allait plutôt bien et avait repris ses activités.

Trois ans plus tard, soit en janvier dernier, Angeline Laguerre remarque une plaie dans la cicatrice au niveau de son sein gauche. « Quand on s’est rendu à l’hôpital avec elle, son cas était trop grave. Les médecins nous ont conseillé de nous rendre à l’étranger », témoigne Gilbert Fernandez Joseph, le jeune frère de Laguerre qui rajoute que sa sœur faisait régulièrement sa chimiothérapie.

Lire aussi: Le cancer du sein, un assassin silencieux en Haïti

Angeline Laguerre qui était alors une vendeuse de friperies a dépensé toutes ses économies pour organiser un voyage en République dominicaine. « Une fois sur place, nous avons appris que les hôpitaux ne prenaient en charge que les cas de Covid-19. Nous avons dû rebrousser chemin alors qu’Angeline allait de mal en pis. Maintenant, on attend de l’aide de l’État haïtien pour l’emmener à Cuba », ajoute Joseph.

Un peu partout dans le monde, de plus en plus de jeunes femmes en dessous de la quarantaine sont atteintes d’un cancer du sein. Cette pathologie vient souvent freiner leur carrière professionnelle et affecte non seulement leur avenir, mais aussi celui de leurs proches.

Le spécialiste recommande de consommer au moins trois fruits par jour et de faire régulièrement des exercices physiques pour maintenir l’organisme en santé.

Angeline Laguerre va avoir bientôt 32 ans. Son sein droit est à présent touché par le cancer. La dame qui a une fille de 11 ans parle au téléphone d’une voix faible, à peine perceptible. Depuis onze mois, elle reste cloitrée dans sa maison, loin de toutes ses activités économiques qui lui permettaient de prendre soin d’elle-même, de son enfant et de tous ses proches qui étaient sous sa responsabilité.

Des hypothèses

Selon les médecins, Jean Cantave et Bernard Joseph Junior, respectivement cancérologue chirurgien et spécialiste en maladies infectieuses, il n’y a pas de causes bien définies pour le cancer du sein affectant les jeunes femmes. Cependant, depuis les années 2000, l’on a constaté que le cancer du sein se rajeunit. Les Drs Cantave et Joseph Junior expliquent qu’il y a plusieurs hypothèses à considérer.

D’abord le style de vie des gens peut dans une certaine mesure favoriser la formation d’un cancer. « On mange de moins en moins d’aliments nutritifs, relate Dr Bernard Joseph. Les gens ne font souvent pas d’exercice physique. L’on constate que les femmes en surpoids ont des risques de développer un cancer du sein. »

Les jeunes patientes atteintes de ce type de cancer font généralement état d’une déficience en vitamine D, évoque Dr Cantave. Selon le médecin, les rayons du soleil stimulent les cellules de la peau à produire cette vitamine. Cependant, les gens ne s’exposent pas au soleil si ce n’est pas pour une activité qui les oblige à le faire. Cette situation se trouve aggravée avec l’insécurité ambiante.

Certaines femmes ont une prédisposition génétique favorisant le développement du cancer dans leur organisme. Les gènes sont transmis des parents aux enfants. Quand une femme a des antécédents de cancer dans sa famille, elle court le risque d’en être atteint aussi même à un très jeune âge, selon Dr Cantave. C’est le cas de Rebecca François, une jeune femme de 21 ans. Alors que sa grande sœur avait été atteinte du cancer du sein, François se trouve aujourd’hui touchée par la même maladie.

De mauvais diagnostics

Parfois, les médecins se trompent de diagnostic.

À 20 ans, Rebecca François venait tout juste de boucler ses études classiques quand elle a remarqué une boule en dessous de ses aisselles. Lors de ses visites à l’hôpital, les médecins lui ont faussement diagnostiqué une simple allergie aux déodorants. Mais la boule refusait de disparaitre jusqu’à ce que la jeune femme subisse une intervention chirurgicale. Ce n’est qu’après cette intervention que le chirurgien a analysé la masse et s’est rendu compte qu’il s’agissait d’un cancer. À ce moment, la maladie était déjà métastasée dans l’organisme de François qui avait alors 21 ans.

Lire également: Cause de douleurs et d’hémorragie, la grossesse ectopique peut tuer les femmes

Cinq mois plus tard, Rebecca François qui venait tout juste de débuter des études en Économie a dû tout abandonner pour son traitement du cancer. « Les médecins nous disent que l’évolution de la maladie n’est pas trop bonne. Rebecca est à présent inconsciente sur un lit d’hôpital », confie une proche qui n’a pas voulu s’identifier. Selon cette parente, François est une jeune femme courageuse qui avant d’avoir été inconsciente rassurait ses proches qu’elle allait bien même quand elle était alitée par la maladie.

Par ailleurs, le traitement du cancer du sein peut avoir une incidence sur la fertilité des femmes. « Certains médicaments utilisés en chimiothérapie peuvent affecter les cellules reproductrices, selon le Dr Jean Cantave. Mais si le cancer est détecté très tôt, il est probable que la patiente ne passe même pas par la chimiothérapie », précise le docteur.

Une probabilité de fatalité importante  

Le cancer du sein est longtemps plus violent chez les jeunes femmes que chez celles qui sont âgées, selon les spécialistes. En 2018, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié des statistiques sur le cancer. L’institution rapportait 18,1 millions de nouveaux cas pour 9,6 millions de décès.

Le cancer du sein est la principale cause de décès par cancer chez les femmes.

Le cancer du sein est la principale cause de décès par cancer chez les femmes. C’est un fléau qui ravage la vie des femmes à travers le monde surtout dans les pays en développement.

Selon Dr Jean Cantave qui est aussi président de la Société haïtienne d’Oncologie (SHONC), il n’y a pas un registre national qui pourrait déterminer le taux du cancer du sein en Haïti, mais tenant compte des chiffres que l’OMS a publiés sur Haïti, sur chaque 4 cas de cancer du sein, il y a 3 décès.

Se faire diagnostiquer tôt

Toutefois, les médecins soulignent que le cancer du sein n’est pas un billet gratuit pour le tombeau. Selon eux, les patients potentiels doivent se faire diagnostiquer tôt, et éviter d’attendre qu’elles aient un âge avancé et des douleurs atroces pour aller se faire dépister.

Selon les experts, la prévention reste le meilleur moyen pour combattre le cancer du sien. Autant que possible, Dr Cantave recommande de consommer au moins trois fruits par jour et de faire régulièrement des exercices physiques pour maintenir l’organisme en santé.

« Toute femme de 20 à 39 ans devrait apprendre à palper ses seins chaque mois après ses règles. Une femme qui connait son corps pourra remarquer, quel que soit le changement qui s’y opère », conseille Dr Cantave. Il précise que chaque trois ans, les femmes de cette tranche d’âge devraient consulter un médecin pour analyser leurs seins. « À partir de 40 ans, les femmes doivent faire leur première mammographie et procéder annuellement à une évaluation médicale », continue-t-il.

Lire enfin: Les fibromes ne sont pas des cancers, mais ils peuvent être mortels

Même après un diagnostic précoce du cancer suivi de traitement, la patiente doit rester sous surveillance pour éviter que la maladie soit récidivée comme dans le cas d’Angeline Laguerre. « L’on enregistre plusieurs cas de jeunes femmes avec une récidive locale parce qu’en Haïti il n’y a pas de service de radiothérapie disponible pour brûler les cellules cancéreuses chez les patientes », dit Dr Bernard Joseph.

Parfois, la récidive résulte de la chirurgie qui n’est pas complète. « Cela se produit quand les patientes arrivent à l’hôpital à un stade très avancé où le cancer atteint déjà les os et les muscles, dit le spécialiste. Dans de telles circonstances, il est parfois trop tard pour traiter la patiente. »

Selon le médecin, après un traitement du cancer du sein, il faut des suivis sur une période de cinq ans avant de considérer que la patiente est en rémission complète.

Laura Louis

Commentaires

Laura Louis
Laura Louis est journaliste à Ayibopost depuis 2018. Elle a été lauréate du Prix Jeune Journaliste en Haïti en 2019. Elle a remporté l'édition 2021 du Prix Philippe Chaffanjon. Actuellement, Laura Louis est étudiante finissante en Service social à La Faculté des Sciences Humaines de l'Université d'État d'Haïti.

Comments

Comments are closed.