AYIBOFANMCoronavirusSOCIÉTÉ

L’hôpital Nos Petits Frères et sœurs ferme son service de maternité

0

La pandémie du nouveau coronavirus a encore frappé. L’hôpital Saint Damien (Nos Petits Frères et sœurs) est obligé de fermer son service de maternité en raison de la vulnérabilité des femmes enceintes face à la maladie

Bien avant la présence officielle du Covid-19 en Haïti, l’Hôpital Saint Damien/Nos Petits Frères et Sœurs était parmi les premiers hôpitaux du pays à promettre une prise en charge des cas de cette nouvelle pathologie qui ronge actuellement la population mondiale.

Malgré des efforts consentis, les dures circonstances produites par la covid-19 ont touché cet hôpital qui vient de fermer hier lundi 25 mai son service de maternité pour les grossesses à risques afin de « diminuer les risques énormes de coronavirus encourus par les femmes déjà vulnérables avec leur grossesse à risques ainsi que leurs nouveaux nés », rapporte Jacqueline Gautier, directrice exécutive à l’hôpital Saint Damien.

« C’est une petite catastrophe pour la population des femmes cherchant à accoucher dans la zone métropolitaine », détaille Gautier, médecin expérimentée en maladies infectieuses et immunisation. « Depuis la fermeture de la maternité de Médecins sans Frontières (MSF) à Delmas 33, nous avons dû consentir une augmentation de notre volume d’accouchements. De plus, par temps dur, notre maternité a toujours assuré des soins 24/24. La direction a bien pesé l’impact de cette décision et en a averti le MSPP. »

Désormais, les femmes ayant des urgences obstétricales et en quête de soins n’ont plus besoin de se rendre à l’hôpital Saint Damien/Nos Petits Frères et sœurs dont les locaux se trouvent à Tabarre.

Un coup dur

Les systèmes de santé des pays les mieux développés sont mis à genou par l’actuelle pandémie du nouveau Coronavirus. Avec une carence accrue en ressources humaines et matérielles, le Covid-19 représente un défi énorme pour le système sanitaire du pays.

« Notre structure ne nous permet pas d’isoler les femmes enceintes qui présentent des signes de la maladie de la Covid-19 tout en leur offrant des soins adéquats », regrette Dre Gautier.

Lire aussi : Seuls les hôpitaux Saint-Luc et Saint-Damien reçoivent des patients du Coronavirus dans la zone métropolitaine

Avec une capacité de 234 lits, dont 40 étaient dédiés aux femmes enceintes, cet hôpital materno-infantile dessert la population depuis une trentaine d’années sous la tutelle de l’organisation « Nos Petis Frères et sœurs ».

Les femmes en pleine ceinture, particulièrement celles avec des grossesses à risques et les enfants de 0 à 14 ans sont pris en charge par ce centre hospitalier.

Les enfants et le coronavirus

Les enfants infectés par la maladie présentent majoritairement des formes peu graves. Cependant, un degré de sévérité est remarqué chez de rares enfants présentant des symptômes liés à la maladie, explique Dre Jacqueline Gautier.

Cela dit, avec la création d’un circuit spécial, l’hôpital Saint Damien assure la prise en charge des cas d’infections respiratoires aigües (IRA) ainsi que d’autres présentations variées affectant les systèmes digestifs, cardiovasculaires, neurologiques ou autres, occasionnées par la covid-19. « Cette unité de soin à une capacité de dix lits destinés aux enfants infectés par cette nouvelle pathologie », précise Dre Jacqueline Gautier qui relate avoir gardé aussi les enfants présentant des symptômes liés à la maladie.

Lire également : 735 médecins haïtiens formés à Cuba et en RD bloqués par le MSPP

« À date, environ 47 cas ont été suspectés, 39 testés pour le coronavirus chez les enfants. Vu la difficulté des tests de dépistage, des enfants attendent des résultats ou attendent d’être testés. Parmi les résultats obtenus, 5 enfants ont contracté le virus. Un d’entre eux est mort », rapporte-t-elle.

Dre Gautier pense que du point de vue épidémiologique, il est important de connaître le poids des enfants dans la transmission du virus ainsi que l’impact réel de la maladie chez eux.

« Fort souvent, explique-t-elle, le cas des enfants est mal compris lors d’une nouvelle pathologie. Soit parce que ce n’est pas la tranche d’âge la plus atteinte ou parce que la présentation de la maladie diffère beaucoup de celle des adultes. »

Un centre de pédiatrie de référence

L’hôpital Saint-Damien est une institution d’utilité publique catholique à but non lucratif. Ses opérations sont financées par des collectes de fonds aux niveaux local et international en vue de répondre à leur objectif d’offrir des soins de qualité à la population « en toute compassion chrétienne ».

« Des services de base ainsi que des services spécialisés en pédiatrie qui n’existent qu’à notre hôpital sont offerts à la population », se réjouit Dre Gautier qui est aux commandes de cette structure fonctionnant sous l’égide du Ministère de la Santé publique et de la population (MSPP).

Lire enfin : Tout prekosyon ou dwe pran ak te amwaz

L’Hôpital Saint Damien est un centre académique de référence et de formation en pédiatrie et en chirurgie pédiatrique. Ses unités de soins spécialisés incluent l’oncologie pour le traitement des cancers chez l’enfant et d’autres spécialités pédiatriques telles la cardiologie, la néphrologie, l’épilepsie, l’anémie falciforme, le VIH/SIDA. D’autres types de soins y sont également administrés dépendamment de l’affection que présente l’enfant.

En sus, un comité de contrôle et de prévention de maladies fonctionne à l’hôpital prônant, entre autres, des mesures strictes pour l’hygiène des mains. Ce comité, dont le rôle se révèle crucial à l’institution pour limiter la transmission de la Covid-19,  prête ses services depuis 3 ans à l’hôpital.  

La collaboration du centre s’étend également avec des programmes importants en santé publique : survie des nouveau-nés, nutrition, VIH/SIDA, tuberculose, diminution de la mortalité maternelle, vaccination. L’hôpital s’est aussi associé à la Société haïtienne de Pédiatrie (SHP) en vue d’offrir d’apporter sa contribution éducative à la communauté des pédiatres en Haïti.

Emmanuel Yves Moïse

Commentaires

Emmanuel Moïse Yves
Journaliste à AyiboPost. Étudiant en communication sociale. Je pratique le journalisme pour le rendre utile à la communauté.

À 72 ans, Jacqueline vend du thé pour joindre les deux bouts

Previous article

À quoi servent les dermatologues en Haïti ?

Next article

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost