CoronavirusSOCIÉTÉ

Seuls les hôpitaux Saint-Luc et Saint-Damien reçoivent des patients du Coronavirus dans la zone métropolitaine

0

Ayibopost a appelé 21 hôpitaux. Deux d’entre eux acceptent de recevoir des malades qui affichent les symptômes du Covid-19

Deux hôpitaux du département de l’Ouest acceptent de recevoir des patients présentant les signes associés au Coronavirus, selon les résultats d’une enquête menée par AyiboPost.

Entre panique, désespoir, fermeture des urgences de certains centres hospitaliers de renom dans le pays, les hôpitaux Saint-Luc et Saint-Damien sont les deux seules institutions qui disent vouloir accueillir quelqu’un qui présente des symptômes de la maladie.

21 hôpitaux, choisis pour leur importance, ont été contactés. La liste se trouve au bas de l’article. Après la description d’un éventuel cas de Coronavirus, on leur a demandé s’ils accepteraient qu’on vienne avec la personne.

Onze de ces centres hospitaliers déclarent catégoriquement qu’ils ne reçoivent pas les patients suspectés d’avoir le Coronavirus. Or, une personne symptomatique n’est pas automatiquement infectée. « Prenez contact avec les autorités du MSPP, appelez 2020 ou probablement 116 », disent les plus modérés. Ayibopost a tenté en vain de parler à un responsable à travers ces numéros.

Lire aussi: Les asthmatiques haïtiens menacés et discriminés à cause du Covid-19

Trois institutions font savoir que des salles d’isolement pour recevoir les éventuels cas de Covid-19 sont en préparation. Elles sont : l’hôpital de Fermathe et deux des centres hospitaliers des Médecins sans Frontières (Drouillard et Tabarre).

Un seul des hôpitaux contactés admet avoir fermé ses services d’urgences et d’hospitalisation à cause de son incapacité à affronter l’actuelle pandémie et face à la menace que représente le Coronavirus pour ses patients et son personnel médical.

4 des 21 hôpitaux ont été introuvables par téléphone.

Selon une source, des efforts se multiplient au niveau des plus hautes instances de l’État pour créer un centre de traitement du Covid-19 en Haïti depuis l’annonce de l’introduction de la maladie le 19 mars. Ces efforts n’ont toujours pas abouti, faute de matériels.

En République Dominicaine, un panorama différent se dresse quant à la gestion de la pandémie. Dès l’introduction officielle de la maladie, l’État dominicain a annoncé au grand public l’existence d’un centre hospitalier habilité à fournir des soins aux personnes infectées du Covid-19.

Le nombre de lits et des hôpitaux en République voisine dédié à la prise en charge augmente graduellement au fur et à mesure que les cas confirmés se multiplient.

Une prise en charge en deux étapes

La prise en charge des personnes infectées au Coronavirus se fait en deux étapes.

Des mesures préventives et curatives sont adoptées dès la suspicion d’un cas. Les mesures préventives consistent à isoler le patient. Ensuite, l’étape curative procède au traitement du patient dans un espace d’isolement.

Dans le cas du Coronavirus, seulement des traitements symptomatiques sont envisagés, car aucun protocole de traitement n’est encore considéré pour cette affection.

Lire également: L’histoire d’un grand chirurgien haïtien emporté par le Coronavirus aux USA

L’hôpital Saint-Luc est l’un des rares centres du pays à avoir transformé ses espaces de soin, ce même avant l’annonce officielle d’un premier cas en Haïti. « L’hôpital dispose d’une unité d’infection respiratoire aiguë (IRA) d’une capacité de 30 lits. Le nombre de lits peut passer à 40 selon les besoins », confie Edson Augustin, directeur médical de l’hôpital.

Cet espace de soin reçoit les IRA, y compris les personnes atteintes du Covid 19. « D’abord, on a un espace de réception pour tous les IRA. Ensuite, nous disposons d’une unité d’isolement pour les cas qui répondent aux critères de suspicion de Coronavirus des autorités sanitaires. In fine, [on a] un espace d’isolement pour recevoir les cas positifs du Covid-19 déjà dépistés et confirmés par les autorités », précise Augustin.

Selon ses dires, l’hôpital travaille de concert avec les autorités sanitaires du pays en suivant strictement les directives officielles de la gestion de crise. L’hôpital Saint-Luc fonctionne de manière autonome et a fait l’acquisition des matériels nécessaires sans aucune aide de l’État.

Pour sa part, l’hôpital Saint-Damien s’engage, lui aussi, dans le traitement des enfants en attendant l’apport des autorités. Cet hôpital a déjà testé un cas suspect de Coronavirus d’un enfant dans leur site d’isolement qui a une capacité de dix lits, fait savoir Jacqueline Gauthier, directrice exécutive du centre.

Les hôpitaux publics dans la tourmente

Les responsables des centres Saint-Luc et Saint-Damien croient que les autorités sanitaires doivent fournir des intrants à tous les hôpitaux afin qu’ils puissent se préparer à la crise qui s’annonce grave dans les jours à venir.

Par exemple, le plus grand centre hospitalier du pays témoigne des difficultés pour garder les patients suspects du Coronavirus.

« Les patients suspects sont placés à l’hôpital d’urgence. L’HUEH est seulement en mesure de faire le prélèvement auprès du patient suspect pour le test du Coronavirus. Après quoi, l’équipe épidémiologique du MSPP est alertée et elle se charge de canaliser le patient dans des centres désignés par le ministère », informe Jessy Colimon, directrice de l’HUEH.

La directrice médicale de l’hôpital Universitaire La Paix, Rosalina Simon Assad, a pratiquement les mêmes mots que sa consœur de l’HUEH. Elle a par ailleurs mentionné que plusieurs centres hospitaliers sont habilités à recevoir ces patients. « Les autorités du MSPP sont les seuls à pouvoir indiquer qui sont ces centres », dit-elle.

Lire également: Cris de détresse des médecins de l’hôpital Chancerelles

Les demandes d’entrevues auprès des docteurs Lauré Adrien et Martial Béneche, respectivement directeur général du MSPP et directeur départemental de la Santé de l’Ouest, n’ont pas abouti. Le secrétaire d’État à la Communication, Eddy Jackson Alexis, a aussi été contacté sans succès.

Selon les informations du plan de préparation et de réponse au Coronavirus du MSPP, dix sites d’isolements sont disponibles dans le département de l’Ouest. Deux d’entre eux, classés au niveau II, sont réservés dans la prise en charge des cas compliqués ou d’autres types de soins avancés du coronavirus. Aucun nom ni adresse n’est affiché dans le document. Rien n’indique l’existence réelle de ces structures.

Les moyens de communication

L’État est le seul garant des informations relatives à la gestion de cette pandémie. Des numéros ont été mis à la disposition du public pour faciliter la communication avec une personne qui dit avoir les symptômes liés au Covid-19.

Les numéros 4343-333 | 2020 | 116, ont été injoignables durant la période de cueillettes d’informations pour la rédaction de cet article.

2020 est devenu un numéro de sensibilisation de la maladie. En composant ce numéro, l’on écoute pendant environ 4 minutes des messages de sensibilisation au virus, ce, à plusieurs reprises. Personne ne vient répondre pour offrir une assistance.

Avec cette défaillance, il devient quasiment impossible pour les personnes manifestant les signes de la maladie de rentrer, en toute urgence, en contact les autorités pour une prise en charge adéquate. Qui pis est, l’État tarde à offrir les moyens nécessaires aux centres-hôpitaux afin qu’ils puissent lutter contre cette pandémie.

« Nous n’avons rien reçu de l’État. Mais l’hôpital Bernard Mevs se prépare à recevoir les cas graves des personnes infectées au Coronavirus », confie le docteur Jerry Bitar de l’hôpital Bernard Mevs.

Lire aussi: Des médecins haïtiens ont peur du Coronavirus

Certains centres hospitaliers ont reçu des masques et des lunettes de la part du MSPP.

Selon le pneumologue et directeur médical de l’hôpital Sanatorium, Jean Esther Ardouin Louis Charles, son centre hospitalier n’a reçu que 10 lunettes pour ses 12 résidents depuis l’introduction de la maladie dans le pays. Le pneumologue dit enregistrer un manque de médecin résident. Ceux-ci refusent de travailler sans matériels de protection.

Parallèlement, la quasi-totalité des résidents du Sanatorium se met à la disponibilité du MSPP pour le centre de traitement que l’État s’efforce de créer pour le coronavirus. « L’hôpital Sanatorium est actuellement mis à nu », déplore-t-il.

La situation du pays «en dehors»

AyiboPost n’a pas pu rentrer en contact avec les centres hospitaliers de tous les départements du pays. Cependant, la plupart des hôpitaux appelés disent être favorables à l’accueil d’un patient suspect de Coronavirus. D’autres n’ont pas répondu.

Aussi, l’hôpital Notre dame des Cayes (Sud) ; l’hôpital Sacré-Cœur de Milot (Nord) ; l’hôpital la Providence des Gonaïves (Artibonite) et l’hôpital Universitaire de Mirebalais (Hinche) sont les établissements qui répondent positivement à l’admission d’un cas suspect de Covid-19.

Listes des hôpitaux contactés dans le département de l’Ouest

  Nom de l’Hôpital Accueil d’un cas suspect de Coronavirus
1 Hôpital Français d’Haïti Service d’urgence et d’hospitalisation fermés
2 Hôpital Saint François de salle Non
3 Hôpital de l’Université d’État d’Haïti (HUEH) Non
4 Hôpital foyer Sainte Camille Non
5 Hôpital Sanatorium Non
6 Hôpital Espoir Non
7 Hôpital Canapé-Vert Non
8 Hôpital Adventiste de Diquini Non
9 Hôpital Bernars Mevs, Non
10 Hôpital de Fermathe Salle d’isolement non encore prêt
11 Hôpital Saint-Louis Non
12 Hôpital de Drouillard (MSF) Salle d’isolement non encore prêt
13 Hôpital de traumatologie de Tabarre (MSF) Salle d’isolement non encore prêt
14 Hôpital La Paix Non
15 Hôpital Sainte Croix de Léogane Non
16 Hôpital Saint-Esprit Introuvable
17 Hôpital Saint-Luc (Petits Frères et Sœurs) Oui
18 Hôpital Plurimédic Introuvable
19 Geskhio Introuvable
20 Hôpital Ofatma Introuvable
21 Hôpital Saint-Damien Oui

L’hôpital Français n’est pas fermé. Son service d’urgence et d’hospitalisation ne fonctionnent plus. 17/04/2020 18:47

Cet article a été mis à jour avec des précisions de l’hôpital de Damien. 17/04/2020 20:14

Commentaires

Emmanuel Moïse Yves
Journaliste à AyiboPost. Étudiant en communication sociale. Je pratique le journalisme pour le rendre utile à la communauté.

Medam, men kijan pou n pran swen bouboun nou !

Previous article

Indignations après la libération d’un ancien député accusé de traffic de drogue

Next article

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost