ART & LITERATURECULTURESOCIÉTÉ

Pourquoi autant de « love » dans le compas ?

0

Les chansons qui traitent « l’amour » comme thématique dominent ce genre musical

L’amour monopolise le compas. Ce phénomène dépasse les cadres du pays et de ce genre musical, d’ailleurs. Une simple recherche Google avec la question, « pourquoi y a-t-il autant de chansons d’amour » génère plus d’un milliard de réponses en moins d’une seconde.

« Les chansons d’amour sont très faciles à comprendre », déclarait en 2016, Brian Fauteux, un professeur au Département de musique de l’Université d’Albuquerque. « Nous avons tous une idée de ce qu’est l’amour et de ce qu’il peut être, et il est réconfortant de sentir une partie de nous-mêmes dans la culture populaire. »

Néanmoins, le règne sans partage de l’amour dans les chansons compas est un phénomène récent. Lorsqu’on écoute les chansons de l’ancienne génération, l’on peut rapidement identifier les évènements qu’a connus le pays dans les années 1960, 1970 jusqu’à 1980. Le compas d’avant reflétait la réalité sociale et politique complexe que vit le pays.

Lire aussi: Les musiciens du compas maltraitent énormément le créole

Qu’est-ce qui explique le revirement « love » actuel ? Il faut d’abord regarder l’argument marchand et la quête effrénée du « hit » commercial. Trouver des paroles adaptées à la population, des refrains faciles à répéter sont les premiers, et parfois les seuls objectifs de beaucoup de producteurs de cette génération. Ceci accouche des chansons qui fort souvent ne traversent pas le temps.

Les observateurs avisés de la musique pensent que cette réalité prend racine dans une autre, moins discutée : produire des textes sur les phénomènes sociaux exige des réflexions, et un regard critique. « Aujourd’hui un musicien seul peut produire tout un album dans son studio, déclare Johny Célicourt, analyste musical. Écrire des textes pour dire “chérie je t’aime” reste la priorité des musiciens, car c’est plus facile et plus rapide. »

D’un autre côté, la plupart des groupes et artistes entretiennent souvent des rapports contractuels ou familiers avec les administrations en place. Pour ne pas polariser leur audience, mais surtout pour ne pas perdre les avantages offerts (participation au carnaval, spots, contrats etc.), ils évitent de sortir des chansons pouvant être interprétées comme des critiques à l’endroit des gouvernements.

L’amour, encore et toujours

Presque tous les grands tubes compas des cinq dernières années sont des chansons d’amour. Le dernier album du groupe Enposib « Kamasootra » sorti en juillet dernier comporte quatorze titres dont treize portent sur l’amour, soit 93 % des compositions. « My Time », le dernier opus de Nu-look compte la même quantité de musique, avec 11 qui psalmodient l’amour (72 %).

L’album « Respè » de Harmonik sorti il y a deux ans est « love » à 90 %. Il affiche neuf chansons d’amour sur dix. « Game Over », le dernier opus de Vayb, n’est pas en reste avec une teneur rose à 71,42 %, tout comme la moitié des titres du premier album de Kaï.

D’autres groupes comme Disip, T-Vice ou encore Djakout #1 donnent la priorité aux chansons d’amour sur leur dernier album. L’on observe la même tendance chez des artistes comme J-Beatz, Ray Raymond, Ti Linèt et Daan Junior : ces messieurs ne chantent que pour le cœur.

Un niveau en baisse

« Jusqu’à la fin des années 1980 et au début de 1990 [le compas enregistrait] de très beaux textes, pleins de poésies, précise Johnny Célicourt. Les textes connaissent leur plus bas niveau à partir des années 2000. Toutefois, des groupes comme Disip, Klass et Zenglen gratifient toujours les mélomanes de productions bien structurées. »

Il convient de souligner que les paroliers des 1960, 1970 et 1980 avaient en majorité un niveau intellectuel très poussé. Les passages à l’école de musique et le niveau académique étaient des critères prépondérants.

Lire également: Grandeur et gloire de l’orchestre Septentrional

Dans cette génération, les analystes distinguent quelques rares paroliers exceptionnels comme Richie et Dener Ceide. Zenglen et K-dans font partie des exceptionnels groupes qui font souvent l’effort de la qualité et de la diversité.

Avec Jean Hérard Richard (Richie) comme directeur musical, ou avec Jean Brutus Derissaint, Zenglen traite de sujets très variés à travers ses chansons. Avec le fameux chiffre 5, Richie a offert autant de morceaux à Zenglen : 5 Dwèt, 5 Kontinan, 5 Etwal, 5 sens + 1 et 5e vitesse.

Parmi les sujets sociaux qui occupent la discographie de la bande étoilée, l’on dénombre l’homosexualité, le boycottage, l’internet (depuis 1997), la drogue, l’alcoolisme, la diaspora, les vacances, la culture créole, la gratitude, les tapages dans les bals, les abus contre les jeunes filles, le travail comme valeur, l’importance des mères de famille, la prostitution, la responsabilité des enfants, l’importance des exercices sportifs chez les femmes, la tromperie…

Pour K-Dans, il y a les graduations, l’anniversaire, l’amitié, le sida, les jeux de hasard, la sincérité, la danse, les femmes ménagères, l’internet…

Les premières notes de l’histoire

Le compas d’avant était témoin de son temps. Après le cyclone David, DP express a fait une chanson titrée « David » en 1979. Tabou Combo a sorti « In memoriam » en 1982 en hommage à quelques personnalités importantes décédées, dont John Lennon, un musicien légendaire de rock.

Tabou Combo a fait référence au rapprochement planétaire survenu le 10 mars 1982 dans la chanson « Pataje ». Cet événement astronomique a été l’objet de nombreux articles et de débats partout dans le monde. La bande à Herman Nau a aussi rendu public « Prejije », une chanson très commentée qui dénonce le racisme. Et sans oublier « Yo » l’un des plus grands tubes de Tabou qui met à l’index le traitement infligé aux Haïtiens à l’étranger dans les années 1990.

Lire aussi: Tabou Combo : plus d’un demi-siècle et dernier survivant des mini-jazz haïtiens

Avec la chanson « Permanente » sortie en 1979, Bossa Combo a aussi reflété la réalité sociale de l’époque. Ti Manno a chanté avec DP express et Gemini All Stars dans les années 1970 et 1980 beaucoup de chansons traitant des phénomènes sociaux. Exploitation, « Maryaj enterè », Sida et Canter comptent parmi ces titres.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, plusieurs grands évènements survenus dans les années 2000 — le choléra, le « goudougoudou », le dossier Petro Caribe, l’insécurité, le kidnapping — n’ont pas trouvé place dans le compas. Alors que le pays connait une descente en enfer sur le plan sociopolitique, les chansons compas engagées peuvent se compter sur les doigts de la main. En exemple, « Fè L Vini Avan » de Klass est l’un des rarissimes albums Compas des 25 dernières années à compter deux textes engagés : « Priyorite » et « Nou Se Ayisyen ».

Cinq meilleurs textes compas des 20 dernières années

J’ai réalisé un sondage non scientifique auprès de plus d’une centaine de mélomanes (entre 18 et 30 ans) afin de connaitre ce qui constitue selon eux les cinq meilleurs textes compas des vingt dernières années. Mes intervenants sont, entre autres, des universitaires, professionnels et animateurs de radio. Ils devaient porter une attention particulière à la qualité du texte, suivi de l’accompagnement musical. Au total, 121 participants se sont prêtés au jeu et 210 textes ont été choisis.

Ci-après, les résultats :

— 81 personnes sur 121 ont fait choix d’au moins un texte de Jean Hérard Richard (Richie), soit 87 %. Sur les 210 chansons listées, 23 de ses textes — avec Zenglen, Klass ou en solo — ont été choisis, soit 11 %.

— La chanson « Pou Lavi » du groupe « New York All Stars » a été la plus sollicitée. 77 personnes sur 121 l’ont choisie, soit 63,63 % de mes interrogés.

— Les chansons « Istwa Kache » de Toxic et « Pouki » de Nubel, deux jeunes groupes qui n’ont pas fait long feu dans le secteur, ont été très sollicitées. Elles sont choisies respectivement par 23 et 31 personnes sur les 121.

— 10 textes de Dener Ceide avec 5 groupes différents ont été choisis. Je peux citer entre autres, « Jere M » de Harmonik, « Savalou » de Zafem, « San Manti » de Disip, « Lajan Sere » de Klass et « Cherie M Dirèk » avec Mass Konpa.

— 8 chansons du groupe Harmonik ont été choisies sur ses 5 albums. 19 personnes ont mis en avant la chanson « Incroyable ».

Lire enfin: Comment la mort lente des night-clubs fait augmenter le prix des bals compas

— Aucune chanson de Enposib, de T-Vice, de CaRiMi et de Gabel n’a été mentionnée. À rappeler que ces groupes ont produit dans l’ensemble dix-neuf albums au cours des vingt dernières années.

— Seulement 5 chansons de Nu-look ont été choisies. Parmi lesquelles « Souvenir », « Destination Finale » et « Travay ».

— Au total 7 chansons de K-Dans se sont trouvées dans les listes, parmi lesquelles « Touman », « An Tout Franchise » et « Graduation ».

— Kreyòl La affiche uniquement « Mathématique Love », un texte de T-Ansyto.

— Sur quatre albums, neuf textes de Disip ont été choisis. « San Manti », « Psaumes 150 » et « J’ai Brûlé Les Étapes » demeurent les plus sollicités.

— Seulement 3 chansons des groupes de l’ancienne génération ont été choisies par mes répondants. « Tu As Volé » de Tabou Combo sortie en 2000. « Pa Leve Men Sou Li » de System Band sortie en 2007, et « Histoire d’Amour » de Tropicana sortie en 2015.

Nazaire «Nazario» Joinville

Commentaires

Nazaire Joinville
Communicateur social. Professeur. Écrivain. Passionné de la musique en général et fan du compas en particulier. Je m'accroche aussi au leadership et au développement personnel. Mon premier livre ayant pour titre "Leçons de réussite" a été publié en 2019.

    Opinion | Haïti, une Nation au Cœur Brisé ?

    Previous article

    Konprann poukisa Jovenel Moïse atake kou siperyè dèkont  

    Next article

    Comments

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost