RECOMMENDEDSOCIÉTÉ

L’eau traitée par osmose inverse est imparfaite. Voilà pourquoi !

0

L’eau que nous achetons apporte-elle des éléments nutritifs à notre corps ou est-elle seulement apte à la consommation?

Quand il s’agit de consommation en eau, la taille de l’individu, le climat de son pays ou même son mode de vie dictent la quantité nécessaire. En moyenne, l’être humain a besoin d’un litre et demi d’eau, soit 8 verres par jour. Haïti est un pays tropical où la canicule persiste quasiment toute l’année. Le climat du pays exige donc une consommation élevée d’eau par jour.

Malgré les efforts de la Direction nationale de l’eau potable et de l’assainissement (DINEPA), la difficulté d’enrayer les éléments polluants de l’eau demeure une préoccupation de santé publique. La meilleure offre de services en eau potable dans la région métropolitaine demeure celle proposée par les opérateurs privés qui produisent de l’eau par osmose inverse.

« À l’état naturel, l’eau douce contient généralement de nombreux minéraux en quantité infime qui contribuent à une bonne santé », peut-on lire dans un rapport publié en 2017 par la Direction du contrôle de la qualité et de la protection du consommateur (DCQPC) du ministère du Commerce et de l’Industrie (MCI). Ces minéraux sont entre autres, les chlorures, les sulfates, les nitrates, le calcium, le magnésium, le sodium, le fer, etc. Il en résulte que des bactéries, des virus et des protozoaires sont également présents dans l’eau douce.

Consommation de l’eau osmosée

« [Ces dernières années], l’eau traitée par osmose inverse a connu une ampleur considérable en Haïti. Nombreux sont ceux qui en boivent. Le procédé consiste à éliminer les composantes bactériologiques et chimiques de l’eau dont les bactéries, le calcium, le magnésium », explique Pierre-Yves Rochat, directeur de Rezodlo. Cette entreprise haïtienne fournit son expertise à des organismes nationaux et internationaux dans le domaine de l’eau potable et de l’assainissement.

L’osmose inverse est une méthode ultra-performante qui enlève jusqu’à 90% toutes les substances que contiennent l’eau. Pierre-Yves Rochard estime que l’eau osmosée est comparable à l’eau de pluie. « Une fois que l’eau est traitée par osmose inverse, elle ne renferme que les particules H20 », dit-il en ajoutant que les éléments nutritifs y sont complètement supprimés. L’ensemble des substances contenues dans l’eau douce ne sont pas forcément nocives pour notre santé. Certaines sont salubres dont le magnésium, le calcium et les sels minéraux.

D’un point de vue sanitaire, «l’eau traitée par osmose inverse peut éviter d’attraper des bactéries pouvant causer des maladies » affirme-t-il. À ce stade, l’eau devient une eau pure ou un « eau déminéralisée ». Ainsi, sa principale fonction n’est autre que l’hydratation car elle ne peut fournir à l’organisme les éléments nutritifs nécessaires à la santé humaine.

Le spécialiste en eau estime que le régime alimentaire d’un individu qui consomme l’eau osmosée doit être équilibrée. Ce, afin de récupérer par la ration alimentaire les éléments nutritifs perdus susceptibles de se trouver dans l’eau.

Autres procédés de traitement de l’eau

Les méthodes les plus reconnues en matière de traitement d’eau sont le filtrage, le chlore, et l’eau bouillie. Selon le spécialiste, jusqu’à date, la meilleure méthode retenue est le chlore. Il recommande des tablettes de chlore avec un dosage contrôlé lors du traitement de l’eau.

Selon Pierre-Yves Rochard, le chlore permet d’éliminer les micro-organismes (bactéries et virus) qui sont à l’origine des maladies comme le choléra, la typhoïde et autres épidémies meurtrières. « La chloration n’a aucun effet sur les éléments nutritifs de l’eau », dit-il. Cette méthode présente aussi l’avantage de conserver son pouvoir désinfectant en cas d’intrusion de nouvelles bactéries dans l’eau lors de son utilisation.

À titre d’inconvénients, la chloration peut laisser une odeur ou un goût perceptible dans l’eau. Ces goûts et odeurs ne sont ni dangereux pour la santé, ni un signe que l’eau contient des produits nocifs.

Des controverses

Certaines recherches estiment que le chlore pourrait être à l’origine de maladies cancérigènes. Le directeur et spécialiste en eau de la société Rezodlo ne partage pas cet avis. Il croit que la teneur du chlore doit être réglé avant utilisation.

Malgré ce vif débat autour de la chloration, le directeur technique de la DINEPA, Emmanuel Molière, avait confirmé dans une interview accordée à AyiboPost en janvier 2018 que la méthode de traitement de la compagnie pour les 14,000 mètres cubes d’eau produit à travers 17 sources et 18 forages, demeure le chlore.

Commentaires

Emmanuel Moïse Yves
Journaliste à AyiboPost. Étudiant en communication sociale. Je pratique le journalisme pour le rendre utile à la communauté.

    Les 11 maladies pour lesquelles il faut se faire vacciner en Haiti

    Previous article

    Voici pourquoi le pays ne peut pas nourrir tous les Haïtiens

    Next article

    Comments

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost