SPORT

Haïti vs Brésil : le dilemme cornélien

0

Haïti se prépare à jouer face au Brésil, ce soir à l’Orlando Citrus Bowl, pour son deuxième match dans cette Copa America Centenario. Une grande première pour les Grenadiers en compétition officielle. Cette rencontre qui enchantait le public haïtien à l’idée de battre la Seleção commence à soulever quelques interrogations. Au point où certains fans traditionnels du Brésil en Haïti avouent souhaiter une défaite haïtienne. Entre le «patriotisme» de certains et le «surréalisme» d’autres, des débats sulfureux se tiennent à moins de quelques heures de cette rencontre historique et décisive pour les deux équipes. S’il est clair que nous soutenons fermement les Grenadiers, nous avons essayé de pénétrer les interstices de l’absurdité pour trouver au moins trois raisons justificatives à ceux qui soutiendront subtilement voire ouvertement les « Auriverde ». 

  1. Le Brésil est (déjà) en grand danger

Le Brésil n’est plus ce qu’il était. Deux ans après l’humiliation infligée par l’Allemagne lors de sa propre coupe du monde, les Brésiliens peinent à se sortir la tête de l’eau. De plus, pour cette centième édition de la Copa America, la Seleção ne compte pas sur ses principales armes. Avec les choix stupides de Dunga, les blessures de certains cadres et la non-convocation de Neymar, le Brésil se présente édenté à la compétition. Pour leur entrée en lice, les coéquipiers de Dani Alves ne se sont pas rassurés, encore moins leurs fans en concédant le nul (0-0) face à l’Équateur. Une nouvelle contre-performance face aux Grenadiers mettrait les «Auriverde» dans une très mauvaise posture. La victoire est quasi obligatoire pour les quintuples champions du monde s’ils veulent accéder au second tour. Pour quelqu’un qui a toujours supporté le Brésil, cela doit faire bizarre la possibilité de le voir sortir par la petite porte.

  1. Haïti est (déjà) au tapis

Face au Pérou, Haïti a perdu contre l’adversaire le plus faible (en théorie) de son groupe. Un tel résultat a eu pour effet d’hypothéquer considérablement l’avenir des Grenadiers dans la compétition. C’est ce que traduisaient probablement les larmes de Belfort après l’occasion en or manquée à quelques secondes de la fin du match. L’horizon s’assombrit. L’optimisme est rudement éprouvé. On n’y croit presque plus. Les maigres chances de qualification, pour certains, ont été galvaudées face aux Péruviens. Donc, même en cas d’exploit face au Brésil, Haïti risque l’élimination face à l’Équateur lors du troisième match. De ce fait, cette éventuelle victoire haïtienne pourrait avoir un double effet négatif pour les «Brésilistes» : l’élimination d’Haïti et celle du Brésil. Le Pérou et l’Équateur doivent se réjouir de cette confrontation, car suivant ce qui se profile à l’issu de ce match, une de ces deux équipes (Brésil et/ou Haïti) ne verra pas le second tour. « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras » ! Compte tenu du niveau général des Grenadiers et devant la quasi-impossibilité de qualifier les deux, les Haïtiens fans du Brésil préfèrent miser sur la Seleção.

  1. L’Argentine est (déjà) bien lancée

À chaque tournoi international où l’Argentine et le Brésil sont en compétition, les fans haïtiens supportant l’une ou l’autre de ces formations souhaitent particulièrement deux choses : le bonheur des leurs et le malheur de l’autre. Donc, une éventuelle élimination du Brésil laisserait le champ libre à l’Argentine et augmenterait automatiquement les chances de succès de l’Albiceleste. Pour certains fans (malades) du Brésil, un tel dénouement est tout simplement inconcevable. Haïti ne doit pas être l’une des causes probables d’un sacre des coéquipiers de Lionel Messi. Grands rivaux des Argentins, les Brésilistes comptent sur leur équipe pour barrer la route aux joueurs de Tata Martino. D’un autre côté, Les «Argentistes» qui suivront la rencontre de ce soir viseront coup double. D’une part, ils souhaiteront la victoire de leur pays, mais aussi, et surtout, la défaite de leur pire ennemi. Grandissime favori de l’épreuve, une élimination prématurée du Brésil leur arrangerait bien des choses.

Devant les milliers de raisons pour lesquelles Haïti doit absolument s’imposer face au Brésil, ceux qui privilégieront leur passion au devoir de soutenir leur pays pourront s’accrocher à ces trois (petits) arguments. Pas franchement rassurés de convaincre leurs traditionnels compagnons brésilistes, ils pourront au moins se targuer d’avoir de vraies (fausses) raisons d’agir de cette manière.

En tout cas, tout en soupirant une victoire haïtienne, nous espérons que ces justifications ne tiendront pas devant l’espoir de tout un peuple de voir nos Grenadiers créer l’exploit en dominant la Seleção.

Grenadye Alasssssoooooooo ! Sa ki pou Brezil zafè a yoooo !

Commentaires

Nathan Laguerre
Nathan Laguerre est avocat au Barreau de P-au-P. Il adore le football.

    Une confession empoisonnée

    Previous article

    Corps rompu !

    Next article

    Comments

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost