MigrationSOCIÉTÉ

Haïti en danger : l’insécurité pousse les médecins spécialisés à quitter le pays

0

«Nous avons peur de faire de l’inventaire pour ne pas être choqués du nombre de médecins qui sont partis vers les États-Unis», déclare Dr Paul Junior Fontilus

Bien avant l’accélération de l’insécurité à partir de 2019, Haïti ne comptait aucun spécialiste dans des domaines tels que la rhumatologie, la médecine nucléaire ou la transplantation.

Aujourd’hui, les rares médecins formés à l’étranger qui sont revenus travailler en Haïti dans des disciplines non disponibles dans le système de formation local, comme la chirurgie vasculaire ou la neurochirurgie, quittent le pays en masse, d’après des témoignages de personnes au courant de ces départs.

Pire encore, les quelques formations en médecine spécialisée offertes en Haïti – orthopédie et traumatologie, médecine interne, anesthésiologie, réanimation, etc. – sont en péril en raison d’un manque de matériel et de l’abandon du pays par les formateurs. Cela laisse planer sur Haïti le risque d’une indisponibilité de spécialistes en médecine dans des domaines importants pour la santé de la population.

Les rares médecins formés à l’étranger qui sont revenus travailler en Haïti dans des disciplines non disponibles dans le système de formation local […] quittent le pays en masse.

«Il reste actuellement peu de médecins professionnels anesthésistes en Haïti», regrette le Dr Jude Milcé, nouveau directeur général de l’hôpital de l’université d’Etat d’Haïti (HUEH).

Le spécialiste en chirurgie vasculaire dit qu’il connaît également un grand nombre de chirurgiens, des internistes et des pédiatres qui vivent désormais à l’extérieur du pays.

La majorité des professionnels membres de l’Association des Médecins haïtiens (AMH), parmi eux des spécialistes, prennent part depuis l’étranger aux réunions habituelles de l’association, indique pour sa part le Dr Jean Ardouin Louis-Charles, directeur général de l’hôpital Sanatorium et secrétaire général de l’association.

Lire aussi : Infirmière à domicile, un métier menacé en Haïti

« Je connais des pneumologues, des gynécologues, des internistes et des anesthésistes qui ont déjà quitté le pays », déclare le Dr Jean Ardouin Louis-Charles qui fait savoir que l’association n’a pas fait de décompte exact du nombre de médecins qui ont quitté le pays.

Durant le mois de mars 2023, l’hôpital universitaire de Mirebalais a effectué cet exercice et les résultats étaient alarmants : 22 % des médecins de l’institution ont quitté leur poste avant de quitter Haïti.

Ces départs en masse de médecins arrivent dans un contexte où ces professionnels étaient en manque dans le pays.

Quatre médecins affectés au service d’urgence de l’hôpital Universitaire de la Paix se sont rendus aux États-Unis à travers le programme «Humanitarian Parole» lancé par le gouvernement de ce pays en début d’année, révèle à AyiboPost le responsable de l’institution, Dr Paul Junior Fontilus.

«Nous avons peur de faire de l’inventaire pour ne pas être choqués du nombre de médecins qui sont partis vers les États-Unis», déclare Dr Fontilus.

À l’hôpital de Sanatorium de la rue Monseigneur Guilloux, les cas d’abandon et les absentéistes sont légion. «Certains médecins ne veulent plus mettre les pieds à l’hôpital à cause de l’insécurité dans la zone», dit Dr Jean-Ardouin Louis Charles.

Ces départs en masse de médecins arrivent dans un contexte où ces professionnels étaient en manque dans le pays.

Les cas d’abandon et les absentéistes sont légion.

Avant la crise actuelle, des études rapportaient que 40 % des médecins formés en Haïti avaient fui le pays. 13 % d’entre eux se trouvaient aux USA. Selon l’Organisation mondiale de la Santé dans un rapport de 2017, le pays compte en moyenne 5,9 médecins ou infirmières, et 6,5 professionnels de santé pour chaque 10 000 habitants.

La grande majorité des médecins aujourd’hui dans le pays sont généralistes, sans spécialisations.

Déjà, les spécialistes en Haïti sont formés uniquement dans des domaines de bases telles que la médecine interne. Ceux qui sont formés en sous-spécialité l’ont été à l’étranger.

Lire aussi : La fuite des cerveaux et du capital humain ne peut être un plan de bonne gouvernance !

Les hôpitaux publics versés dans la formation des médecins spécialistes sur concours de la Faculté de Médecine et de Pharmacie (FMP), après leurs cursus de sept à huit ans sont : l’HUEH, l’hôpital universitaire La Paix, l’hôpital Justinien et l’hôpital de Mirebalais.

À l’HUEH, plus grand centre hospitalier du pays, plusieurs services importants pour les médecins résidents en formation de spécialisation sont sur le point d’être supprimés faute de moyens et de personnels.

Dans les hôpitaux publics, pas moins de douze services de base sont impliqués dans la formation des médecins spécialistes qui peut durer entre trois ou quatre ans.

Par exemple, le service anatomopathologie de l’HUEH duquel dépend la « chirurgie » ne fonctionne plus depuis 2019 à cause du manque de matériels et d’intrants, fait savoir Desliens Ary, l’un des trois médecins résidents admis en formation de spécialisation en « chirurgie » au sein l’institution.

Lire aussi : S’installer en province, le recours de nombreux professionnels fuyant l’insécurité à Port-au-Prince

Interviewé par AyiboPost, le directeur général de l’hôpital, Dr Jude Milcé déclare que des pourparlers sont en cours afin de faire fonctionner à nouveau le service anatomopathologie dans un contexte de protestation des médecins résidents pour de meilleures conditions de travail, depuis le 22 décembre 2022.

L’offre d’un ajustement salarial de 40 % proposé depuis le 27 mars dernier par le ministère de la Santé publique et de la population aux médecins résidents n’a pas pu mettre fin à un mouvement de grève entamé dans l’hôpital, presque totalement paralysé.

Le service hémato-oncologie n’existe plus à l’HUEH depuis le décès le 10 février 2020 du Dr Elsie Metellus Chalumeau, fait savoir Samuel Faldor, médecin résident en médecine interne. Experte dans la prise en charge du cancer du sang, Dr Chalumeau était la seule hématologue affectée à l’HUEH.

Aujourd’hui les malades qui viennent à l’hôpital général pour des problèmes de cancer du sang sont renvoyés vers d’autres centres de santé, poursuit le médecin spécialiste Samuel Faldor.

Tout comme presque tous les corps de métiers, les médecins sont cibles de kidnapping.

Le 2 avril dernier par exemple, les docteurs Junior Daris et Emmanuel Joseph ont été enlevés à Delmas 75. Résidents finissants en médecine interne à l’HUEH, ils s’apprêtaient à présenter leur thèse. Le Rectorat de l’UEH dans une note publiée le 4 avril dernier avait condamné l’enlèvement.

Par Fenel Pélissier


Gardez contact avec AyiboPost via :

▶ Notre canal Telegram : cliquez ici

▶ Notre groupe WhatsApp : cliquez ici

Fenel Pélissier est avocat au Barreau de Petit-Goâve, professeur de langues vivantes et passionné de littérature.

    Comments

    Comments are closed.