FREE WRITINGSOCIÉTÉ

Échelle de Bruns

0

Ferme les yeux…
Imagine… 
Toi…
Noir… ou comme tu veux…Brun
Si tu veux à la minutie près…Citrouille
Ou plutôt Orange Brûlée… Non?… Je vois, c’est la couleur de ton avant-bras, ça!…
Alors caramel… Tabac… Fauve…ou encore Rouille… Comme tu veux…
Toi…
Tu es debout à l’arrêt de bus…
Les rayons dorés du soleil sont projetés faiblement et sont entremêlés à la pluie qui fouette doucement le goudron noir du sol.
Tu pestes contre le ciel grisâtre depuis déjà cinq jours…
Et ton parapluie rouge écarlate ne parvient pas à te mettre de bonne humeur…
Dix minutes passent…
Le bus n’arrive toujours pas…
Tu te perds dans la contemplation des voitures rougesbleues,vertes et qui défilent à tout allure et qui se perdent dans la nature…
Tu aperçois un point NOIR à l’horizon qui s’avance vers toi lentement…
Lui…
La première réaction de ton cerveau…
Une ampoule de mille watts allumée et aveugle tout ton être…
Ta réaction… Un sursaut…
Ta description du “Lui” en question…
Chocolat Noir 90%
Pas marron
Pas couleur puce
Pas Chocolat
NOIR
Ou comme tu dis, Tellement NOIR qu’il en est BLEU
Ton acolyte de travail…
Ton compatriote…
Ton…
NON… Tu sais où j’en arrive…Ce n’est pas ton frère!… Il n’a pas la même couleur que toi… Il ne peut pas être ton frère!…J’essaie de te comprendre, bien que…

raceEt il te rejoint…
Tu frissonnes…Tu as peur de te coller à lui… l’abribus est tellement petit… Tu as peur de mélanger ta couleur à la sienne…
Il s’approche et se place à côté de toi…
Tu recules lentement  pour ne pas lui montrer ton complexe…On se demande pourquoi…
Tu trépignes d’impatience! Quand est-ce que ton bus arrive?!
Tes sensations: Envie de vomir, mal de tête, mal de gorge… tout… Pourquoi pas la mort tant que tu y es?!
Il se tourne vers toi…
Ton coeur bat deux cent coups à la seconde…
Tu n’en peux plus… Tu te sens menacée… Tu sens ta couleur en danger…
Il te demande l’heure…
Tu cries comme tu le ferais en voyant des défécations… En voyant des chiens sales…
Tu l’entend encore faire echo dans l’abribus…
De la haine entremêlée à ces sons…
“Lui” recule,
“Lui” frissonne,
“Lui” a les yeux grands ouverts d’étonnement…
“Lui”…
Mais, on s’en fout de lui!!!
Soudain, tu sens l’abribus devenir immense…
Tu aurais aimé prendre tes jambes à ton cou…
Tu ressens quelque chose… Ce n’est pas de la honte!… C’est plutôt du soulagement…
Mais le bus…
Le bus, il arrive…se rapproche de toi…
Tu te sens plus légère
Un hèlement te fait tourner la tête
Une jeune femme accourt…
Elle va rater le bus…
Non… Elle court vite… Ses cheveux blonds volent au vent…
Son teint de pêche… ou beige… Ou….
Si seulement…
Elle court aussi vite que le bus…
Elle vient se placer derrière “LUI”…
Elle est au téléphone…
Le bus s’arrête devant vous…
Tu l’entends parler avec son accent étranger…
Tu l’entends dire les mots qui blessent…
Les mots qui tuent…
“… Non, mais… j’te rejoins dans le bus, là… Je suis juste derrière…
Derrière les deux NOIRS, là”…..
Imagine,
Ouvre les yeux…

 

SJ Rameau

 

 

Commentaires

Marine monte, Charles part!

Article Precedent

Treat yourself…

Article Suivant

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost