CoronavirusSOCIÉTÉ

Covid-19: Dialyse 3 fois par semaine, malnutrition et autres tracas des Haïtiens les plus vulnérables

0

À travers le monde, les personnes âgées et ceux qui présentaient déjà des complications de santé sont les plus gravement affectés par le Coronavirus. Une bonne partie de la population haïtienne tombe dans ces catégories 

Manianita Pierrevil souffre de problèmes de santé très sévères depuis neuf ans. Chaque semaine, elle doit obligatoirement subir trois séances de dialyse. En ces temps où plusieurs cas de Coronavirus sont confirmés dans le pays, cette dame de 30 ans doit régulièrement défier les recommandations de confinement pour aller se faire soigner.

Depuis l’annonce de la pandémie, Manianita Pierrevil n’a jamais fermé l’œil la nuit. « La peur m’a envahi. Mon système immunitaire très faible ne pourra pas résister au Covid-19. D’autant que je sais que l’État est absent dans ce pays je me vois déjà allongée dans un cercueil», dit-elle sur un ton ironique.

Pierrevil intègre la catégorie des personnes les plus vulnérables. Cliniquement, le Covid-19 fait plus de morts auprès des personnes déjà gravement malades et ceux en âge avancé.

Lire aussi: Des médecins haïtiens fuient le Coronavirus

En 2015, une recherche scientifique révélait que l’hypertension est la principale cause de mortalité chez les adultes dans le pays. Approximativement, 150 000 Haïtiens vivent avec le VIH, plus de 7 000 personnes sont diagnostiquées avec un cancer en une année et le pays compte le plus haut taux de tuberculose de l’hémisphère occidental.

Les proches de Pierrevil lui ont apporté du support émotionnel, mais elle reste encore tourmentée. « Durant la journée, j’ai l’impression que ça va. Mais pendant la nuit, mon insomnie vient me convaincre du contraire. Récemment, j’ai interrompu ma séance de dialyse à cause d’un violent mal de tête que j’ai eu à l’hôpital. »

D’après Pierrevil, les autres patients en dialyse qu’elle côtoie à l’hôpital sont bien plus alarmés qu’elle. « C’est moi qui, avec toutes mes inquiétudes, leur remonte le moral.»

Protéger les catégories vulnérables

L’État devrait prendre des mesures drastiques pour protéger les catégories les plus faibles de la population, analyse Delvalès Doccy qui est gestionnaire des services de santé. Ces personnes ont besoin d’un accompagnement particulier face aux menaces du Covid-19 rapporte le médecin qui dresse toute une liste de personnes à risque.

En tête, viennent ceux qui ont des problèmes cardiovasculaires, ceux dont le système immunitaire est défaillant comme les personnes qui sont sous dialyse, ceux qui souffrent de la tuberculose, du Sida, les personnes qui ont un cancer… Toutefois, Delvalès Doccy met l’accent sur les personnes qui souffrent d’hypertension artérielle parce qu’une bonne partie de la population est frappée par ce problème.

Covid-19: un des médicaments en expérimentation peut être produit en Haïti

En effet, 49 % des femmes haïtiennes âgées de 35-64 ans présentent une hypertension artérielle contre 38 % des hommes de la même tranche d’âge, selon l’Enquête de Mortalité, Morbidité et utilisations des services (EMMUS VI) parue en 2017. Par ailleurs, Haïti présente le taux le plus élevé d’Accidents cérébro-vasculaires (ACV ou AVC) dans toute la Caraïbe et l’Amérique d’après une étude menée par le centre Gheskio entre 2016 et 2017.

En dehors des problèmes de santé chronique, le Dr Delvalès Doccy souligne qu’il faut aussi considérer les gens qui sont malnutris en Haïti.

« Si votre système de défense n’est pas solide, vous ne pouvez pas faire face aux infections virales, rapporte-t-il. Or pour que votre système immunitaire soit fort, il a besoin de protéines et d’autres éléments que l’on trouve dans l’alimentation. Si les gens qui souffrent de malnutrition (enfants et adultes) sont exposés au Covid-19, je ne pense pas qu’ils pourront survivre.»

Ne pas s’exposer

Selon l’EMMUS VI, 22 % des enfants âgés de moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique. Toujours selon la même enquête, 42 % des femmes âgées de 35 à 64 ans souffrent d’anémie. Pour les hommes de la même tranche d’âge, la prévalence est de 27 %.

Le combat s’annonce donc difficile selon Doccy qui pense que beaucoup d’Haïtiens ne survivront pas si le Covid 19 attaque Haïti avec le même respect de critère épidémiologique qu’il le fait dans les autres pays.

Le médecin conseille aux catégories vulnérables de ne pas s’exposer face au coronavirus.

« Les gens qui ont des problèmes de santé doivent limiter leurs sorties avance Delvalès Doccy. Ils pourraient essayer d’autres alternatives comme développer un rapport de proximité avec leur médecin qui peut leur faire des prescriptions au téléphone s’il n’y a pas d’urgence.  Si l’État avait des mesures structurelles, il pourrait soutenir les personnes qui doivent faire la dialyse régulièrement».

Prudence est mère de sureté

Christophe Tima est handicapé depuis plus de 40 ans. L’homme, qui est aujourd’hui âgé de plus de soixante ans, aurait perdu ses fonctions motrices et langagières par suite d’une fièvre qu’il a eue dans son adolescence, révèle sa cousine, Claudia Danticat.

Le sexagénaire ne souffre peut-être d’aucune pathologie chronique, mais ses proches craignent qu’il ne contracte pas le nouveau Coronavirus. « Nous n’avons jamais été aussi inquiets pour Christophe, ajoute Danticat. Jusqu’ici, il n’a jamais été hospitalisé. Nous faisons tout pour qu’il soit épargné, mais nous ne sommes pas certains qu’il fera lui-même assez d’attention vu qu’il n’est pas aussi lucide que nous.»

Interview: Témoignage détaillé d’un médecin haïtien depuis un foyer de Coronavirus aux USA

Le Covid-19 attaque plus sévèrement ceux qui sont déjà gravement malades, mais les personnes en santé, et les jeunes, ne sont pas épargnés des complications a expliqué Frantz Pierre-Louis, un médecin haïtien évoluant dans l’État du New Jersey dans une interview accordée à Ayibopost.

Dr Frantz Pierre-Louis conseille à tout le monde en général et aux catégories vulnérables en particulier de prendre soin d’eux-mêmes.

« Les gens doivent non seulement respecter les principes d’hygiène, mais ils doivent aussi limiter leurs sorties, dit-il. Ce n’est pas le moment de rendre visite aux proches. Par ailleurs, il convient en ce moment d’avoir une alimentation saine. Il est conseillé de manger des fruits et des légumes. L’heure n’est pas aux nuits blanches, ce n’est pas le moment de rester tard la nuit à regarder la télé. Il est important que les gens soient en santé.»

Manger et boire

Tout compte fait, beaucoup d’Haïtiens n’arrivent pas joindre les deux bouts pour manger et boire. Les membres de famille de Christophe Tima avouent qu’ils avaient de grandes difficultés pour se nourrir avant même le Covid-19.

La situation de Manianita Pierrevil n’est pas meilleure. « Chez moi on n’a pas assez d’argent pour cuisiner deux fois par jour. Souvent, on reste affamé le matin pour manger en après-midi. Quand je trouve les moyens, je fais des jus de feuilles, mais cela n’arrive pas souvent.»

Les proches de Christophe Tima et de Manianita font des efforts pour trouver de l’eau et du savon pour le lavage des mains. Pour le reste, ils s’en remettent au Bon Dieu.

Laura Louis

Photo originale: Global Press Journal

Commentaires

Laura Louis
Laura Louis est journaliste à Ayibopost depuis 2018. Elle a été lauréate du Prix du Jeune Journaliste en Haïti en 2019. Actuellement, elle est étudiante finissante en Service social à La Faculté des Sciences Humaines de l'Université d'État d'Haïti.

La justice n’a pas de budget pour effectuer les tests ADN afin de vérifier les paternités

Previous article

L’industrie de la prostitution s’adapte au Coronavirus en Haïti

Next article

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost