AYIBOFANMCULTUREEN UNEFREE WRITINGRECOMMENDEDSOCIÉTÉ

Au naturel et j’assume!

0

C’est en troisième année d’études universitaires que la réflexion identitaire en tant que femme noire m’a vraiment interpellée. Ce fut une période où je devais faire des choix déterminants pour le reste de ma vie d’adulte aussi bien au niveau professionnel que personnel. A l’époque, après avoir visualisé le documentaire intitulé «Good hair» de l’acteur américain Chris Rock, j’eus une prise de conscience sur la projection de la femme noire dans la société occidentale. Et c’est aussi  durant cette même période que j’ai décidé de retourner aux cheveux crépus, d’explorer cette partie de moi que j’avais oublié. Et comme dans de nombreux cas, le retour au naturel a également  été un pas vers le questionnement sur mon identité.

Quand on se rend compte, à 21 ans, qu’on ne se connaît pas vraiment et qu’on se perd dans une société qui nous dit constamment quelle image est appropriée, ça soulève beaucoup de questions. Pourquoi je n’aime pas mes cheveux? Pourquoi ai-je toujours cru que les cheveux lissés étaient un synonyme de beauté, contrairement aux cheveux crépus? N’oubliez pas que le mouvement afro a été intrinsèquement lié au mouvement des droits civiques aux États-Unis. Il y a toujours eu un lien entre les cheveux crépus et la quête d’identité. ​Face à toutes ces questions, je n’ai pu m’empêcher de nourrir mon âme d’activiste alors que ma conscience s’éveillait sur ces sujets.

Mon aventure capillaire a été faite de haut et de bas. Il y a eu des doutes et des critiques désagréables venant de ma famille et de mon entourage. Ce qui est amusant, c’est que ces critiques ont renforcé mon désir de poursuivre  ma nouvelle aventure. J’étais pleinement consciente que cette décision allait provoquer des mots de découragement et même des insultes. La première phase de cette aventure a été mon « big chop » et je ne m’étais jamais sentie aussi libre, avec mes cheveux courts et surtout, crépus.

Aujourd’hui, mes cheveux naturels font partie de ma vie quotidienne. J’en prends soin à ma manière et j’évite de forcer sur le peigne. Presque tout dans ma vie est revenu au naturel et je suis en parfait accord avec moi-même. Cette femme que je suis devenue assume complètement son identité en tant que femme et en tant que Noire. Aujourd’hui, je me plais et après tout, c’est l’essentiel.

D’abord et avant tout, je veux rassurer les filles qui me lisent en leur disant : «Votre corps vous appartient et vous avez le droit d’en faire ce que vous voulez!» Mais je crois qu’il est important de réfléchir sur ces sujets et d’avoir une discussion franche et établie. La représentation de la beauté dans notre société projette toujours la femme blanche aux cheveux droits. On peut même dire que c’est une injonction sociale. Il est temps de briser cette projection et d’affirmer notre beauté en tant que femme noire.

Ce ne sera pas facile car beaucoup de personnes considèrent les cheveux crépus comme un fléau qui reste et demeure encore un énorme tabou. La question n’est pas de forcer tout le monde à retourner au naturel, mais plutôt de promouvoir une rupture avec les idées reçues sur ce type de cheveux. Je pense que les femmes noires ont besoin d’être valorisées. Il est temps que ces femmes ne se sentent plus comme des extra-terrestres dans un monde dominé par une esthétique dictée par les canons de beauté occidentale. Il faut aussi éduquer les individus et leur faire comprendre l’importance de l’acceptation de soi et ce, dès le plus jeune âge.

Avec l’internet aujourd’hui, on a la chance de créer des ponts et rassembler les gens sur différents réseaux. Effectivement, reconstruire la société noire après des années de colonisation et d’esclavage mental, est un véritable défi. Néanmoins, c’est génial de savoir que nos sœurs d’Amérique et d’Europe commencent sérieusement à utiliser les secrets de nos grands-mères d’Afrique. Nous citerons en exemple l’utilisation des produits tels que le beurre de karité, l’huile de coco ou le beurre à la mangue etc.…

Mon retour au naturel a eu un énorme impact sur ma vie et a changé profondément  mon mode de pensée. Je pense que la révolution est en marche et je suis contente de me dire que je vais pouvoir partager cet amour du naturel avec mes enfants et mon entourage.

Pensée d’une âme éveillée…

Commentaires

Rock André sur l’importance du financement pour les entrepreneurs

Previous article

Enfin, un véritable marché financier en Haïti !

Next article

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost