AYIBOSPORTSPORT

Sept secondes de quintessence de football

0

Messi et Di Maria ont envoyĂ© l’Argentine aux quarts. Le but de Di Maria en toute fin de rencontre, sur passe de Messi, synthĂ©tise le football dans ce qu’il a d’intelligence (comprendre) et d’esthĂ©tique (habiletĂ© digne de contemplation).

Essayons de décortiquer par la prise en compte de trois éléments : l’espace, les joueurs directement concernés et le temps.

L’espace

L’action se passe exactement sur la ligne mĂ©diane, cĂ´tĂ© gauche de l’attaque argentine Ă  environ huit mètres de la ligne de touche ; Palacio est en train de gagner un duel avec Lichsteiner. La zone « dĂ©militarisĂ©e » belge, c’est-Ă -dire l’espace entre la ligne classique de dĂ©fense et la ligne classique du milieu de terrain, est très haute. Et entre ces deux lignes, une bonne vingtaine de mètres laisse comprendre que les Suisses prennent le risque d’une attaque de la dernière chance, faisant confiance Ă  Lichsteiner possesseur du ballon, mais qui sera contrariĂ© par Palacio. Ainsi, entre Djourou, Shaer et Rodriguez, les trois autres dĂ©fenseurs suisses, d’une part, et les deux mĂ©dians dĂ©fensifs Inler et Behrami, d’autre part, un large espace inhabituel oĂą on voit presque alignĂ©s de gauche Ă  droite, Palacio, Messi, Higuain, Di Maria. La zone dĂ©militarisĂ©e belge est donc infestĂ©e d’ennemis.

Les joueurs et le temps

Quand Palacio chipe le ballon des pieds de Lichsteiner, il transmet illico Ă  Messi positionnĂ© Ă  cinq mètres du rond central. Les trois dĂ©fenseurs suisses sont dĂ©semparĂ©s; Messi a le temps d’effectuer deux contrĂ´les, se dirigeant Ă  toute bouline vers le but suisse. Higuain s’envole se crĂ©er un trou entre Djourou et Rodriguez; Di Maria Ă©tend et bat ses ailes ; Palacio poursuit l’action. Djourou et Rodriguez sont obligĂ©s de reculer, tactique classique, tandis que Schaer sort dĂ©fier Messi qui contrĂ´le le ballon une troisième fois pour l’éviter. Deux autres contrĂ´les suivront avant la passe dĂ©cisive exactement Ă  l’entrĂ©e du demi-cercle. Sur un plan serrĂ© de la tĂ©lĂ©vision, on voit les yeux de Messi regarder Djourou et Rodriguez : il les fixe, jamais un clin d’œil vers Di Maria sur sa droite. Il se trompe, ou il oublie, ou il ment, quand il dit « qu’au dernier moment il voulait frapper au but mais il vit Di Maria dĂ©marquĂ©, et il choisit de lui passer le ballon». Il faut croire au contraire que Messi avait photographiĂ© et l’espace et les joueurs dès sa prise de balle sur la passe initiale de Palacio. Dans le mĂŞme temps, Behrami, Inler, et Shaer qui a Ă©tĂ© dribblĂ© par Messi, se donnent Ă  fond pour rattraper celui-ci, qui en 4 secondes, a couvert vingt-trois mètres, a eu le temps de passer Ă  Di Maria sans le regarder, ce que n’a pas tout de suite compris Higuain qui pensait que c’était une passe mal ajustĂ©e de Messi pour lui-mĂŞme. Deux secondes se sont Ă©coulĂ©es entre la distance parcourue par la passe du pied gauche de Messi au pied gauche de Di Maria et la frappe de l’Ange Ă  contre-course de Benaglio le gardien suisse, application de la thĂ©orie de Romario selon laquelle il faut placer le ballon au cĂ´tĂ© opposĂ© de la course du gardien de but. Il restait deux minutes Ă  jouer. L’exultation des Argentins en simultanĂ©itĂ© de Lichsteiner accrochĂ© dans les filets suisses exprime la cruautĂ© de la vie. Le Suisse n’avait pas le regard hagard : c’étaient des yeux rĂ©alistes qui s’efforçaient de surmonter l’atrocitĂ© de la douleur provoquĂ©e par les clameurs argentines, autant de coup de fouet dans le dos d’un suppliciĂ© stoĂŻque.

Patrice Dumont

Commentaires

Patrice Dumont
Patrice "Pepé" Dumont est professeur d’Histoire, Relation internationale et Communication. Journaliste et commentateur sportif, il dirige l’émission Sportissibo à Radio Ibo. Reste toujours impliqué dans la vie politique et sociale d’Haïti.

    Comments

    Comments are closed.