AYIBOSPORTSPORT

Ronaldo, Neymar et Messi

0

Cristiano Ronaldo n’a pas participĂ© aux matchs de prĂ©paration du Portugal après la clĂ´ture de la saison en Europe. Il ne peut donc ĂŞtre jaugĂ© dans la perspective des performances des grandes figures en phase de poule de la Coupe du Monde qui commence donc ce 12 juin. Ayant jouĂ© sous infiltration la finale de la Ligue des Champions, qu’il traversa d’ailleurs comme un fantĂ´me, malgrĂ© sa fausse joie pour un penalty rĂ©ussi en toute fin de match alors que son Ă©quipe, le Real, menait dĂ©jĂ  3–0, le Portugais pourrait mĂŞme ne pas dĂ©buter la partie capitale du 16 juin contre l’Allemagne. On ne connaĂ®t donc pas son Ă©tat de forme. Ă€ la limite, le risque se justifie de pronostiquer qu’il ne sera pas le meilleur de la phase de poule oĂą son Ă©quipe rencontrera, en plus de l’Allemagne, les États-Unis et le Ghana. Neymar, quant Ă  lui, a rĂ©ussi quelques dribbles en 1ère mi-temps de BrĂ©sil Panama – par exemple, un dĂ©licieux petit pont suivi d’un centre piquĂ© pour Fred qui avait mĂ©ritĂ© d’être transformĂ© en but — et surtout, un coup franc-but plein de classe, le premier des quatre que le BrĂ©sil a marquĂ©s aux Canaleros. Sa 2e mi-temps fut encore plus prometteuse. D’abord par une envie manifeste d’assurer le leadership technique de son Ă©quipe tant il varia dans l’occupation spatiale : le couloir pour Ă©tirer la dĂ©fense adverse, dĂ©border, dribbler, centrer ; l’axe pour diriger les grandes manĹ“uvres technico-tactiques. Il fut mĂŞme brillantissime quand il permit Ă  Hulk, par une talonnade au cĹ“ur d’une dĂ©fense il est vrai Ă  la dĂ©rive, de marquer par une frappe fouettĂ©e de l’extĂ©rieur du pied gauche. C’est encore Neymar qui, Ă  40 mètres du but panamĂ©en, accĂ©lĂ©ra dans l’axe, après une passe anodine reçue de Fernandinho, pour livrer une passe interstitielle dans le dos de la dĂ©fense, et permettre Ă  Maxwell de centrer vers Willian qui marqua le 4e but brĂ©silien. En revanche Neymar fut, Ă  l’image de toute l’équipe brĂ©silienne, assez ordinaire face Ă  la Serbie vaincue finalement 1–0 grâce Ă  un but opportuniste de Fred qui a bien exploitĂ© une longue passe diagonale de Thiago Silva. Contre Trinidad et la SlovĂ©nie, Messi, peut-ĂŞtre mĂŞme plus que Neymar, a montrĂ© un Ă©tat d’esprit totalement diffĂ©rent de ce qu’on a pu voir cette annĂ©e, en Europe, sous le maillot de Barcelone empoisonnĂ© par une gestion administrative et psychologique calamiteuse, dont on ne connaĂ®tra peut-ĂŞtre jamais tous les contours. L’Argentin a mĂŞme retrouvĂ© goĂ»t au marquage. Les buts qu’il a ratĂ©s, plus que de la maladresse ou la malchance, tĂ©moignent de son entrain. Il Ă©claira sans cesse le jeu argentin, tira un coup franc, autant travaillĂ© que puissant, qui s’écrasa sur le poteau gauche de Williams et repris victorieusement par Mascherano. LaissĂ© au repos contre la SlovĂ©nie comme la plupart des titulaires argentins, il donna un sens au jeu argentin et aggrava la marque ouverte par Alvarez. Et de quelle manière ! Sur le cĂ´tĂ© gauche de l’attaque argentine, durant plus de huit secondes, il conserva le ballon malgrĂ© la pression successive et collective de quatre adversaires avant qu’un contre chanceux ne profita Ă  AgĂĽerro qui enchaĂ®na sur Di Maria dans les 20 mètres; l’Ange piqua son ballon pour AgĂĽerro qui s’était dĂ©marquĂ© dans la profondeur, il suffisait alors Ă  celui-ci de remiser dans l’axe pour Messi qui marqua de sang-froid. En pĂ´le-position pour la figure du premier tour : Messi, Neymar le suit de près, Ronaldo est en embuscade.

Commentaires

Patrice Dumont
Patrice "Pepé" Dumont est professeur d’Histoire, Relation internationale et Communication. Journaliste et commentateur sportif, il dirige l’émission Sportissibo à Radio Ibo. Reste toujours impliqué dans la vie politique et sociale d’Haïti.

    Comments

    Comments are closed.