AYIBOSPORTSPORT

Qui peut stopper Team USA*?

2

La dernière défaite des États-Unis d’Amérique remonte à 2006 ! Je dis ça, je dis tout. Nous venons d’assister encore une fois à une démonstration insolente de l’équipe américaine de basketball au cours de cette Coupe du Monde organisée en Espagne. +37 en finale de Coupe du Monde ? La preuve flagrante que le basketball mondial n’est pas au niveau de Team USA.

Bien avant le début de cette compétition, malgré les absences d’un certain LeBron James, ou encore d’un Carmelo Anthony — pour ne citer que ces deux superstars, on s’est dit que l’équipe américaine était largement favorite. Tout simplement car l’actuel MVP de la NBA (Kevin Durant) et Paul George avaient suffisamment l’étoffe et la compagnie nécessaire pour guider une sélection américaine  à la médaille d’or.

Mais on se souvient tous, ou du moins ceux qui suivent religieusement ce sport, de la terrible blessure de la vedette des Pacers d’Indiana lors d’un match d’exhibition de l’équipe américaine. De là, les doutes commençaient à planer, non pas sur le talent des joueurs restants, mais sur leur état d’esprit ou encore sur leur volonté d’aller disputer cette Coupe du Monde. La défection de Kevin Durant quelques jours plus tard après la blessure de Paul George faisait sourire toute l’Espagne, autre favori de cette compétition. Nous voilà maintenant avec une équipe américaine sans superstar, sans leader, sinon le légendaire coach Mike Krzyzewski (Duke, NCAA). L’équilibre était établi ! Vraiment ?

Du premier match de préparation à la Finale, Team USA n’a jamais été mis à l’épreuve. Jamais ! Pas un match gagné à la dernière seconde. Tous étaient pliés bien avant les dernières cinq minutes. Ils ont gagné avec un écart moyen de 33 points. Est-ce cette domination insolente qui explique que l’américain ne regarde pas vraiment son équipe nationale? Peut être! Car à quoi bon regarder, si on connait déjà le résultat ? En ce sens, Corneille nous aurait dit: « À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ! » Mais maintenant la vraie question serait : qui peut stopper la troupe de coach K ? Il faut avouer que cette main mise américaine sur le classement mondial n’est pas trop en faveur du basketball. La beauté même du sport reste et demeure le challenge. L’équilibre. Ce n’est pas pour rien qu’il y a des catégories dans plusieurs disciplines. C’est dans le but de donner une égalité de chance aux deux parties. Team USA est tout simplement hors catégorie.

Il faut toutefois souligner que, durant les trois dernières années, les États-Unis n’ont pas joué contre les deux meilleures équipes européennes (France et Espagne). Quand nous savons que ces deux ténors ont eux aussi participé à la Coupe du Monde, qui faut-il blâmer ? Malgré un effectif moyen par rapport aux autres que nous avons connus, une équipe B ou même C, les compatriotes de Kyrie Irving (MVP de la CM) ont écrasé tout sur leur parcours. Et quand nous jetons rapidement un coup d’œil sur le palmarès de cette sélection, 14 médailles d’or sur 17 possible aux Jeux Olympiques, 5 médailles d’or en Championnat du Monde, nous nous disons tout simplement que si pour le football il y a peut être débat, le basketball quand à lui porte la marque d’une nation: États-Unis d’Amérique !

Ce n’est pas de gaité de cœur que nous écrivons ces lignes. Comme passioné de ce sport nous aimons voir les rivalités. Vivre le « money time ». Attendre les dernières secondes pour savoir qui va planter le « at the buzzer ». Retenir son souffle et se croiser les doigts pour que l’adversaire rate les deux derniers lancers francs de la fin. C’est là toute la passion du basketball. Une passion que Team USA détruit par sa puissance. C’est de loin un texte dithyrambique. Mais les faits sont là et nous ne pouvons pas les nier. Faut-il attendre 2016 au Brésil pour voire une défaite américaine ? Nous ne croyons pas. Même en cas d’absence des LeBron et co, cette équipe que nous avons vue en Espagne cet été sera encore plus forte aux J.O.

Mais en dépit de tout, nous croyons qu’il y a une équipe peut être qui pourrait vaincre Team USA, l’équipe haïtienne de basketball. C’est bien dommage qu’elle ne soit pas encore formée…

(*Surnom donné à l’équipe masculine de basketball américain)

Commentaires

Bel-Ange Séjour

Shassy, Fofo, Bye Bye Nicole… Symboles d’une élite intellectuelle haïtienne en décrépitude

Previous article

JPMedia Group, when strategic consulting meets Haitian entrepreneurship…

Next article

2 Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost