AYIBOSPORTSPORT

Les sept travaux de Messi ?

1

Nombreux sont ceux qui pensent que cette troisième participation de Lionel Messi à une coupe du monde sera décisive. Elle pourra soit aider à établir définitivement son statut et son legs par rapport à ses pairs et aux générations futures soit lui coller l’étiquette de joueur de club  à la peau. La société dans laquelle nous évoluons nous juge à la mesure de nos résultats, il faut dire que la production « messiesque » en sélection nationale d’argentine est maigre. Revêtu de la tunique albiceleste, Messi frôle l’ordinaire. Durant ces dernières années, les appréciations négatives ont fusé, pointant ce comportement indigne d’un aspirant à la place de meilleur joueur de tous les temps.

Cette vingtième édition du mondial pourrait permettre à Léo de faire taire les critiques. Sept matchs le séparent de ce bonheur incommensurable qui le placerait définitivement dans cette classe de joueurs hors normes qui ont illuminé la plus grande compétition de football.

Travail 1 – La Bosnie-Herzégovine

L’a priori de chacun aidant, tout le monde prédisait une victoire facile pour la sélection argentine et une pluie de buts pour Messi. Mais la réalité a été toute autre. En effet, la composition poussive de l’entraineur Sabella un 5-3-2 modulable en 3-5-2 ne laissait présager rien de bon. Ce schéma tactique expérimental a été mis en place pour pallier les lacunes défensives de cette équipe tout en essayant de profiter un maximum du jeu dans les couloirs latéraux. L’Argentine n’est pas à considérer comme une pointure mondiale au niveau défensif mais à voir toute la difficulté qu’ils avaient face à cette méritante équipe de Bosnie il faudrait se poser des questions sur la possible réalisation des travaux de Messi. Il est aussi à signaler que l’évolution du schéma tactique vers un 4-3-3 en seconde période a un peu aidé à rendre moins décevant le jeu des Sud-Américains jusque-là si poussif.

Et que dire de sa prestation?

Malgré un match moyen dans l’ensemble il ne lui a fallu que d’une action pour démontrer toute l’étendue de son talent .Nous sommes peu après l’heure de jeu, l’albiceleste mène 1–0 grâce à un auto-but bosnien. Messi est en possession du ballon au niveau du rond central, il nous gratifie d’une accélération dont lui seul a le secret, se retrouve quelques enjambées plus tard à une dizaine de mètres du grand rectangle de l’équipe bosnienne, une combinaison rapide avec Higuain le place au niveau de l’arc du grand rectangle. Il en profite pour passer en revue deux défenseurs et frappe un « poteau- rentrant » qui signe le « premier but » argentin de ce mondial. La célébration de « La Pulga» juste après son bijou en dit long sur le malaise qui le pesait…

L’odyssée du « Messie argentin » sera longue, mais un des sept travaux possibles du » lutin-titan » a été réalisé non pas de la plus belle des manières mais c’est déjà un début.  Gageons que l’avenir sera plus brillant pour le quadruple ballon d’or et ses coéquipiers…

Commentaires

Emmanuel Vilfort
Amoureux de sport et de foot en particulier , l'écriture constitue pour moi un exutoire et un incroyable moyen de partage.

Pays-Bas, bourreau impitoyable de l’Espagne

Previous article

Notre ennemi le Temps.

Next article

1 Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost