EN UNEPOLITIQUERECOMMENDEDSOCIÉTÉ

Le « retour volontaire » des immigrants haïtiens de la République dominicaine : imposture et irresponsabilité des deux États

0

Peu de voix ont dénoncé dans la presse haïtienne et dominicaine l’imposture de la question des retours dits volontaires des immigrants haïtiens de provenance de la République dominicaine. Seul les témoignages des concernés démontrent clairement le caractère forcé de ces retours, les dégâts que cela provoque déjà dans leur vie et les malheurs qui en résulteront tels que l’abandon involontaire d’une partie de leur patrimoine, la confrontation en Haïti de l’inconnu et de l’incertitude, la séparation familiale, etc.

En réalité, la tendance à mettre en exergue le caractère volontaire de ces retours est clairement trompeuse. Elle cache en fait une double imposture haïtienne et dominicaine qui se définit à plusieurs niveaux.

 La ruse dominicaine dans cette affaire

La principale astuce dominicaine dans cette affaire est de faire croire que les ressortissants haïtiens qui fuient « volontairement » la République dominicaine sont des personnes qui y vivaient en situation irrégulière et qui n’ont pas été inscrits au Plan National de Régularisation des Étrangers (PNRE). Rien n’est plus faux. Car, ces fugitifs proviennent de toutes les catégories confondues. En général, ce sont surtout ceux qui ont peur et qui n’ont aucune confiance dans les promesses dominicaines de respecter les droits des personnes qui seront éventuellement rapatriées en Haïti. De plus, une vague de menaces pèse sur leur vie et leurs biens, et les dirigeants dominicains n’ont rien fait pour les mettre en confiance. Parmi ceux qui sont revenus, quelques-uns ont même témoigné qu’il n’était plus possible pour eux de rester, car leur loyer n’était pas renouvelé et même leur crédit dans les épiceries avait été suspendu.

L’autre astuce dominicaine est de provoquer ces retours dits volontaires en vue d’occulter la réalité des déportations massives et collectives. En concentrant l’attention sur ces retours dits volontaires –  plus de 7000 en une journée, selon un communiqué du Ministre de l’intérieur et des Collectivités territoriales, M. Ariel Henry – les dirigeants dominicains continuent pourtant de rapatrier quotidiennement les haïtiens par centaines dans les zones de passage officielles et non officielles. Ces cas ont déjà été rapportés par les organisations de droits humains telles que GARR, le Service Jésuite aux Migrants (SJM) et le Réseau Frontalier Jeannot Succès (RFJS) qui assurent en permanence une vigilance sur la frontière.

De fait, en marge de l’article 38 du Décret 327-13 du PNRE qui interdit les rapatriements au cours de la mise en œuvre du Plan, les déportations n’avaient jamais cessé. Le GARR a d’ailleurs observé dans une note rendue publique par Alterpresse que « 2,420 personnes ont été rapatriées à la frontière de Belladère/Elias Piña, de janvier à mai 2015 ».

La République dominicaine doit assumer que les rapatriements sont en train d’avoir lieu et que derrière l’apparence volontaire du retour massif en Haïti des immigrants haïtiens se cache une vraie « chasse aux sorcières », volontairement incontrôlée par l’État dominicain.

 L’irresponsabilité renouvelée de l’État haïtien

Conforme à ses habitudes, l’État haïtien s’est une fois de plus comporté en amateur irresponsable dans le dossier des rapatriés haïtiens de la République dominicaine. En plus d’être hâtifs, démagogiques et insignifiants, ses préparatifs pour l’accueil des rapatriés se limitent à une perspective d’intervention post factum.

En conséquence, les immigrants haïtiens doivent une fois de plus affronter tout seuls les menaces qui pèsent sur leur vie et leurs biens dans ce pays voisin qui leur devient de plus en plus hostile. Face à une diplomatie haïtienne en République dominicaine quasiment nulle, il a fallu encore que l’État dominicain établisse, en faveur de ces migrants délaissés, un « Programme d’assistance gratuite pour les retours volontaires des étrangers ».

À cet égard, faut-il rappeler que les missions diplomatiques sont des prolongements de l’État en territoire étranger. Il est donc inacceptable que l’ambassade d’Haïti à Santo Domingo et ses différents consulats à Dajabon, Higuey, Barahona et Santiago soient aussi indifférents aux malheurs de ces citoyens qu’ils sont supposés défendre. Les quelques déclarations de l’actuel ambassadeur Daniel Supplice dans des medias dominicains ne sauraient être la seule dimension de ce combat multifacétique et bien structuré que devrait mener l’État haïtien en réponse aux déportations actuelles.

De plus, il est déplorable que l’État haïtien n’apporte aucun soutien en Haïti à ces prétendus rapatriés volontaires sous prétexte qu’ils ne sont pas des rapatriés à proprement parler. Prises dans le piège des dominicains, les autorités haïtiennes semblent croire aussi que les rapatriements annoncés n’ont pas encore commencé. Sur cette base, ils justifient également le retard de leurs soi-disant préparatifs d’accueil des rapatriés.

Le peuple haïtien en paie doublement les frais, victime à la fois de l’imposture de l’un et de l’irrémédiable insouciance de l’autre.

 

Smith Augustin

Consultant, Doctorant en Sociologie

Secrétaire technique de NAPSA

Commentaires

Cessons d’être légers et superficiels!

Article Precedent

A beautiful summer for the unfortunate youth…

Article Suivant

Comments

Comments are closed.