EN UNERECOMMENDEDSOCIÉTÉ

Opinion | Le festival MassiMadi était un test. Haïti l’a raté en 2016 !

0

Note: Le corps sans vie du militant des droits humains Charlot Jeudy a été retrouvé chez lui ce lundi 25 novembre 2019. Alors que les circonstances de son décès restent floues, Ayibopost rediffuse ce texte d’opinion qui analysait comment l’homophobie a contraint le défenseur des LGBTQ à annuler le festival Massimadi en 2016.

L’année 2016 s’expire. Elle aura été riche en événements aux rebondissements tantôt plats, parfois fulgurants. Ainsi fut le cas pour le festival MassiMadi. Programmé entre le 27 et le 30 septembre, ses initiateurs ont dû le noyer sous les vociférations épouvantables de l’escadron traditionnel, autoproclamé défenseurs des valeurs, de la famille et de la société. Régression, menaces, violences, désinformation… aucune bassesse ne semble avoir été épargnée pour empêcher la représentation et la propagation d’idées que, politiciens, églises, quelques citoyens, estiment contraires aux fondations d’une certaine nation haïtienne. Le débat espéré n’a donc pas eu lieu. La démocratie haïtienne a été testée : l’échec fut éclatant.

Ceux qui en Haïti se risquent à aborder ces sujets sont au mieux traités de vendus à une idéologie importée, au pire, de militants à leur propre cause, des homos du dimanche, débauchés qui réclament le droit de se donner en spectacle sur les places et de convoler sur les bancs sacrés de l’Église. L’autre argument imparable est celui des priorités. Celui-là fait encore plus sens lorsqu’on sait qu’en Haïti, une minorité, indécente se gave quand le reste de la population végète dans la précarité. Cependant, aucune cause n’est indépendante. Et si collectivement, l’on aspire à une société égalitaire, prospère, les luttes doivent être multiples et simultanées. Le savoir voter ne s’affranchit guère du « savoir » qui ne peut faire l’économie d’une éducation équilibrée qui elle, ne saurait s’épanouir dans l’indigence absolue…

MassiMadi, un test au droit à la différence

Au prime abord, MassiMadi fut un test au droit à la différence, à la possibilité d’aller son chemin individuel sans renoncer à l’ensemble, sans s’exclure de la communauté nationale encore moins s’aliéner les privilèges inhérents à sa condition même d’être humain, doté de liberté et de dignité. Impossible que cela réplique les thuriféraires de l’intolérance. À leur prêter l’oreille, il faudrait faire le deuil de l’idée même du vivre ensemble sans être pareils, l’altérité sexuelle devrait « à tout prix » se terrer, s’enterrer au profit de la toute-puissance hétérosexuelle et la « liberté d’être » perd toute signification si au demeurant, elle ne revient pas à être comme eux…

L’évènement a éprouvé les socles de la république…

Le verdict devrait inquiéter.

L’on reconnait le totalitarisme à cela que l’artiste est muselé, et que la scène, loin d’être cet espace de subversion, de liberté, de critique du présent et de projection dans un avenir commun, se trouve rabaissée à véhiculer l’idéologie dominante, à ressasser les poncifs, à conforter une certaine pureté religieuse et culturelle qu’on gagnerait à faire évoluer, à dépasser. MassiMadi se devait d’abord d’être un festival artistique, on l’a trouvé dérangeant, nocif. Il s’agit là d’une atteinte inouïe à la démocratie dont les monstrueuses conséquences se multiplient à l’infini. Déjà, l’on entend des propositions de création d’un office de la censure dont le rôle serait d’approuver et de rejeter, selon les obscurs concepts de « salut public » ou de « protection des jeunes » les productions culturelles aptes à être diffusés au grand public. Des signes avant-coureurs d’un retour au Moyen-Âge qui, s’ils atteignent aujourd’hui les minorités sexuelles ne s’arrêtera jamais en si bon chemin !

S’il s’avère cependant impérieux de tirer les conséquences de cette interdiction, c’est surtout parce qu’elle est symptomatique d’un mal profond qui ronge et gangrène le débat public et politique en Haïti. Ce cancer se dénomme : « l’exécration des vérités objectives ». Désignons par ce terme, toute vérité dont la validité dépasse les chapelles idéologiques et les officines religieuses.  En cela les vérités objectives sont un marqueur de civilisation, un indice de prospérité. Quand les innombrables croyances divisent, ses conclusions, éprouvées par la recherche, l’expérimentation et la vérification rassemblent.

Embrasser les vérités objectives reviendrait donc à se débarrasser des à priori et préjugés pour se tourner en tout vers la science. Se faisant, l’on percevrait mieux le ridicule qui consiste à répéter en 2016 que l’homosexualité serait une maladie mentale, qu’on l’attrape en regardant un programme de télé, qu’elle serait responsable des cyclones ou autres énormités dans le genre… Sur d’autres sujets sociétaux, l’on aurait des débats construits, argumentés, soutenus par les faits. Les politiques publiques et les décisions administratives ne seraient point guidées par la haine de l’autre, la peur, les absurdes craintes de l’enfer…mais par l’obligation d’efficacité, d’agir au mieux avec les informations disponibles. Et pour cela, un changement de paradigme s’impose. Après avoir refoulé le religieux dans les sphères intimes, il faudrait que l’objectivité, la recherche et les faits reprennent droit de cité. Rien ne saurait s’éloigner plus de la société haïtienne d’aujourd’hui.

Widlore Mérancourt

Image: Têtu.fr

Commentaires

Widlore Mérancourt
Éditeur en chef d'Ayibopost. Consultant média. Amateur de philosophie. Grand curieux des nouvelles façons d'exercer le journalisme. Grand curieux, tout simplement.

Radiographie du choléra en Haïti

Article Precedent

Tout pour le visa (partie 2)

Article Suivant

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost