EN UNESOCIÉTÉ

Joyeux 12 janvier

0

Joyeux 12 janvier à toi. Non, je ne me moque pas de toi. Ce n`est pas de l`ironie. Je  sais que tu es triste. Je sais qu’il y en a qui te manque. À moi aussi, figure-toi. Je sais que ça donne de mauvais frissons de te rappeler que tu aurais pu également y passer.  Moi aussi. Mais je me suis arrêté un moment, entre le chagrin et la reconnaissance, j’ai étrangement ressenti les symptômes d’une certaine joie.

Pourtant comme beaucoup, ce jour-là j’ai pleuré. J’ai pleuré des larmes “assainissantes”, des larmes qui ont nettoyé mon esprit, ma vision et mon ouïe. Alors, comme toi j’ai vu, j’ai entendu, j’ai survécu. Et si j’éprouve de la satisfaction, de la joie, c`est surtout parce que depuis ce jour j’ai beaucoup appris.

J’ai appris de très bonnes choses.  Par exemple, j’ai appris que même s’il y a des biens qui coûtent chers, même s’il y a des réalisations très prenantes, finalement, rien ne vaut une vie. J’ai appris qu’un peuple considéré comme sous-développé et barbare  au 21e siècle peut être solidaire et humaniste dans le malheur. J’ai appris que le confort et le luxe qui nous préoccupent souvent pouvaient s’absenter de notre liste de priorités. J’ai appris que le besoin de manger pouvait être accessoire (Pou janm renmen manje!).

J’ai appris qu’il faut chérir  chaque seconde du moment présent parce que rien n’est moins sûr que l’instant suivant.   J’ai appris que remettre des choses à demain peut vouloir simplement dire: remettre à jamais.

« Bip moi, on se verra plus tard

Jusqu’à cet adieu qu’on prenait pour un au revoir […]

Pour prouver notre amour, on est souvent trop lent

On croit toujours que la mort prendra tout son temps »  Keri James

 

J’ai appris que l’orgueil et le conditionnement peuvent occasionner les pires sentiments. J’ai appris qu’on pouvait changer de statut social ou mental en un rien de temps.

J’ai appris qu’il faut beaucoup de temps pour gagner un peu, mais seulement 35 secondes peuvent suffire pour tout perdre.

Si je suis content d’avoir appris de bonnes choses, il y en a d’autres qui m’ont fait de la peine. J’ai appris que le profit était aussi une religion et que le culte de la rentabilité est célébré même dans les pires moments. Même si on ne lui a érigé aucune statue, l’argent aussi est l’un des dieux les plus vénérés. Probablement le plus populaire d’entre tous.

Anpil moun te fè kòb nan 12/10/2010 men yo ka pè di sa

300,000 moun te jwe boul sa a ak vi yo, men yo pèdi sa a” K-libr

J’ai appris, sans l’aide de Raoul Peck, que l’assistance peut être mortelle. Entre l’assistanat et l’esclavage, il n’y a qu’un écart de quelques générations. J’ai appris que la mort était préférable à certaines douleurs.

35 secondes qui ne représentent rien pour certains humains peuvent constituer un délai fatal pour plus de 300 000 autres. 

Je bénis ce jour où j’ai commencé à  prendre conscience de beaucoup de ces choses. Non pas parce que j’ai oublié, mais parce qu’en scrutant mon rétroviseur, j’ai vu que c’est déjà loin derrière. Donc, à la lumière de tout ce que j’ai appris, je continuerai d’avancer.

Ça fait maintenant 6 ans que je considère ce jour comme la date de ma nouvelle naissance. C’est pourquoi au premier coup de minuit, je me suis souhaité joyeux 12 janvier. Si comme moi, ce jour t’a marqué, si tu as toi aussi l’impression qu’il t’a changé, permets-moi de te souhaiter : joyeux 12 janvier à toi.

Joyeux 12 janvier à vous.

Propos d’un Rescapé!

Commentaires

Steeve Bazile
Je suis Steeve Bazile, entrepreneur, journaliste, mais avant tout amateur de littérature. J’ai trouvé en cette dernière, un trésor surpassant toute forme d’intelligence : le bon sens. Le mien étant régulièrement aiguisé, je m’arroge donc de dire, de débattre, d’opiner, de contester, de questionner tout ce que je crois comprendre. Un érudit, dites-vous! Mais non, je ne suis qu’un profane… Le profane avisé!

    Séisme du 12 janvier, cette fameuse colère divine : six ans après

    Previous article

    12 janvier 2010, avons-nous muri depuis?

    Next article