EN UNEFREE WRITINGRECOMMENDEDSOCIÉTÉ

Je choisis d’être une handicapée extraordinaire !

0

Fort souvent, ballotés de part et d’autre dans notre parcours, nous oublions l’essentiel. Je l’ai vécu oh combien de fois ! Il m’a fallu rencontrer ma mort une énième fois, plus directement cette fois, découvrir mon essence et déterrer cette force dormant en moi pour enfin me rendre compte du gaspillage inconscient et involontaire (supposément) que je cautionnais.

Nombreux sont ceux qui marchent, bougent, rient, se marient, font des enfants, fondent des compagnies… mais ne sont guère en vie… Une fois les feux du projecteur éteints, ils se révèlent des caricatures aussi vides qu’un bonhomme de bois, de pâles reflets de l’image projetée. Nombre de jeunes portent des blessures immenses, mais le droit à la guérison ne leur est pas accordé parce qu’alors il faudrait tout réviser, tout remettre en question. Je dis bien « accorder » parce que le nombre à avoir réussi à exorciser leur mort est minime si ce n’est quasi insignifiant. Notre société porte des maux, ou plutôt nourrit des maux, que beaucoup refusent de nommer parce que si cela se fait, ils devront faire face à leurs propres angoisses, à leurs squelettes cachés, à leur vide de sens.

Je ne sais comment j’ai survécu… Je ne sais comment j’ai pu faire montre de pareille résilience… Certains croient que je suis quelque peu une extraterrestre. D’autres s’attendaient hypocritement à ce que je sombre rien que pour le plaisir de leur chaos intérieur, de cette malsaine tendance à se soulager dans et par la douleur d’autrui, de trouver son importance dans le désastre s’abattant sur l’autre.

J’ai si longtemps cru en des balivernes… des mensonges que certains parents blessés dans leur intimité voulaient imposer à ma personne. L’amour filial m’a sauvé bien des fois. L’amour pour l’humanité m’a maintenu en vie. L’amour de moi-même m’a permis de m’accepter. Il m’a fallut 34 années pour finalement me voir différemment… et c’est long 34 années quand on ne se connaît pas ! Mais au bout du compte, il me fallait ce voyage pour découvrir l’être que je suis, cet être dépassant les bornes de ce corps qui m’abrite.

Je Suis Extraordinaire! Non pas parce que ma réputation est intacte, que mon compte bancaire explose, que je possède le réseau le plus performant ou le plus actif, que je suis une beauté selon les canons de la mode, que j’ai un corps parfait, ou que j’ai diplômes et position assurés au niveau de la société. Non ! Rien de tout cela ! Je suis plutôt à l’inverse de ces critères. Je ne suis pas une beauté, n’ai pas un compte bien rempli, je n’ai pas un corps parfait et suis d’ailleurs maintenant handicapée, je n’ai ni diplômes, ni poste important et encore moins une renommée éclatante. Pourtant je suis Extraordinaire. Pourquoi j’ose le dire? Parce que je suis en vie, réellement EN VIE, consciente de l’être cette fois. Et, mes cicatrices font partie de mes plus grandes richesses parce qu’elles sont preuves de cette vie. Ne vous y trompez pas! J’aspire à de grandes choses humainement. Mais mon “Extraordinairisme” ne se limite plus au monde matériel, peu importe son importance. Je me suis rencontrée et je ne me connaissais pas pareille force, pareil caractère, pareille résilience, et définitivement pas cette puissance à dominer les circonstances.
Je suis Extraordinaire, Phénoménale dans mon essence… Tout comme Vous! Peu importe la situation, peu importe les larmes et les souffrances, il y a ce petit quelque chose en chaque être que le monde, ou plutôt la folie du monde, tente d’étouffer et arrive même à étouffer sous des couches d’inepties, sous des exigences qui permettent d’émerger de la foule ou encore [et aussi] de s’y noyer… comme dans les mouvements d’une vague.

Dans notre jeunesse, nous nous imaginons la vie en noir ou blanc, une ligne droite menant à nos rêves, à nos aspirations profondes. En grandissant, nous nous rendons compte que pas mal de facteurs influent nos perceptions, nos aspirations, nos désirs, notre détermination, jusqu’à notre désir de vivre. La peur et la honte sont le lot de tellement de personnes. Le plus cruel en tout cela, c’est que cette peur et cette honte sont si souvent injustifiées, injustifiables, infligées à nous par d’autres pour qui tourner la vie d’autrui en médiocrité est le but ultime. Nous ne pourrons nous libérer de ces chaines du jour au lendemain. Mais en prendre conscience est une première étape. Ensuite, il faut choisir de se libérer. Choisir de reconnaitre son unicité, choisir d’être cet Extraordinaire même dans les petites choses de tous les jours, dans ces petites choses ordinaires, ne point attendre d’être au-devant de la scène pour éblouir, mais briller même dans son petit coin. Une toute petite bougie ne fait-elle pas un monde de différence une fois allumée dans une salle où régnait l’obscurité ? Lui faut-il vraiment attendre de devenir flambeau pour être utile ? Je vous laisse répondre.

Ce texte n’a pas pour but d’impressionner, mais celui de me rappeler le chemin parcouru, l’importance ou plutôt le symbolisme de mes cicatrices, et surtout l’opportunité offerte par l’obtention de cette nouvelle vie, de ce nouveau sang. Ne vous méprenez pas! Je ne parle pas de religion, ni même de spiritualité. Je parle de vie comme une rescapée d’une agression armée. Je parle de sang comme un être s’étant vidé du sien après une blessure et ayant bénéficié d’une transfusion. Néanmoins, je parle d’Extraordinaire comme un être ne se connaissant cette force de résilience, ni cette détermination à dépasser les pronostics et pouvant à nouveau se tenir debout malgré tout.

Shedlie P. Montfort

Commentaires

Je suis Serge Aurier!

Previous article

Dernier soupir

Next article

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost