EN UNERECOMMENDEDSOCIÉTÉ

J’ai rencontré l’avenir et il m’a plu…

0

Si vous m’aviez demandé il y a quatre ou cinq mois de cela ce qu’est le Rotaract Club, je vous aurais répondu sans aucune incertitude ni réticence que c’est une association à but non lucratif. Mais, si vous m’interrogez aujourd’hui à propos d’elle, ma réponse sera la suivante: « Nous sommes une famille unie pour servir, la famille rotarienne. »

À titre d’information pour vous qui ignorez complètement tout du Rotaract et qui lisez cet article, nous sommes un «club», composé essentiellement de personnes âgées entre 18 et 30 ans, parrainé par le Rotary Club, association implantée internationalement, regroupant des bénévoles engagés de la tranche d’âge supérieure à la nôtre. Les membres sont appelés à développer leurs talents, leurs capacités intellectuelles, à découvrir une autre vision du monde, à parfaire leur éducation, à découvrir d’autres cultures, mais surtout à s’engager et servir. Néanmoins, chacun y expérimente bien plus que ce qu’il espérait. J’ai cru intégrer un club, pour plutôt intégrer une famille.

Samedi dernier, après ce qui fut pour nous tous une semaine harassante et malgré la conjoncture du pays, nous avons avec nos plus jeunes, ceux faisant partie du club Early-Act, visité le Musée du Panthéon National. Une activité sociale qui nous tenait à cœur, puisque ces jeunes représentent aussi l’avenir et qu’il est d’autant plus important d’inculquer ou de cultiver en eux l’amour de la patrie. On ne peut aider sa patrie si on ne l’aime pas et on ne peut surtout pas tendre la perche à une autre si l’on n’aime pas la sienne. Puis, l’histoire est d’autant plus importante, puisque le passé nous renseigne sur le présent et nous montre la voie du futur. Nous pouvons nous enorgueillir d’avoir eu des ancêtres intelligents, intrépides, courageux. Le récit de leurs vies et réalisations est une source d’inspiration intarissable.

Toutefois, la surprise fut mienne, lorsque par pur hasard, j’ai cru bon de demander aux plus jeunes de la famille rotarienne ce que représentait pour eux le club Early-Act. Ce fut un moment de grande émotion et de joie. Je me suis remémorée toutes ces fois où je n’ai probablement pas su bien faire et me suis promis d’y remédier. Ces enfants avaient ranimé en moi plus que jamais le désir d’être une femme meilleure. En faisant d’eux des êtres engagés, nous avions vraiment changé leur manière de voir les choses.

«Un early-actien est une personne qui aide toujours les gens.» «La présidente du club Early-Act est une guide qui montre aux enfants comment il faut faire; comment doit-on servir, partager avec les autres et être early-actien c’est être un bon exemple dans la famille, dans les rues, dans la société ; c’est ne pas gêner les autres, ne pas les taquiner à l’école ou dans les rues ; de cultiver le savoir-vivre et le savoir-faire.»

Dans quelques années, ils seront comme Nous (Rotaractiens), plus forts, plus sages, plus informés, meilleurs. À ces enfants, à nos jeunes frères et sœurs, tout comme leurs parents, nous leur avons offert l’opportunité de construire quelque chose de grand, de contribuer à changer les choses ; comme le dit si bien notre devise : « L’union fait la force ». Et ils nous ont offert en retour ce que nous perdons peut-être un peu plus chaque jour : l’innocence. Une innocence qui jadis nous donnait l’illusion de pouvoir tout accomplir et qui plaçait dans nos cœurs l’espoir indéfectible, cet espoir qui nous permettait notamment d’aller au-devant des difficultés que nous rencontrons quotidiennement.

La visite au MUPANAH fut productive. Au terme de l’activité, les earlyactiens ont reçu des souvenirs fabriqués par des artisans haïtiens, un pamphlet relatant l’histoire d’une héroïne ou d’un héros. Un petit concours d’histoire a été organisé et les gagnants ont remporté des primes. J’ai rencontré l’avenir et l’avenir m’a plu…

À la famille rotarienne.

Tara Shaina Estimé

Rotaractienne du Club Pétion-Ville.

Commentaires

Nancy Duméus, une rapatriée dominicaine reçoit une maison

Previous article

L’indiscipline:une excuse éternelle en Haiti

Next article

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost