AYIBOSPORTSPORT

Brésil vs Allemagne : l’Or de la revanche ?

0

Le rêve olympique du Brésil ne tient plus qu’à un fil. Après avoir franchi avec brio l’obstacle du Honduras (6-0), la Seleção s’est offerte une place en finale des Jeux olympiques de Rio, où elle défiera l’Allemagne, elle-même tombeuse du Nigéria (2-0). Quatre ans après l’échec de Londres avec cette défaite face au Mexique (1-2), les Brésiliens tenteront de décrocher le seul titre qui manque à leur prestigieux palmarès. Pour ce faire, ils devront relever un défi de taille. Deux ans après l’humiliation infligée par les Allemands, il y aura de la revanche dans l’air. Plus qu’un simple match, pour les Auriverde, seule la victoire sera permise. En mission depuis le début de la compétition, les coéquipiers de Neymar devront l’emporter, ce samedi (3h :30), face à la Nationalmannschaft pour restaurer l’honneur du peuple brésilien sali lors du mondial 2014.

Ce n’est un secret pour personne, le Brésil veut ce titre olympique. La Confédération brésilienne de Football a d’ailleurs pris toutes les dispositions pour mettre l’équipe dans des conditions optimales pour atteindre cet objectif. Cela constitue une anomalie que la Seleção, quintuple championne du monde, n’ait jamais remporté l’or olympique. Difficile d’imaginer qu’au pays de la samba, des magiciens (Romario, Bebeto, Ronaldo, Ronaldinho), il manque un titre olympique. Pour les Brésiliens, le moment est venu de boucher ce trou dans leur palmarès. Les coéquipiers de Neymar sont prévenus, c’est la victoire ou rien. Au Brésil on ne respire que l’or. Perdre en finale serait une catastrophe. Surtout qu’en face, il y aura l’Allemagne. Ces Allemands qui deux ans de cela on fait pleurer tout le Brésil. En infligeant au Brésil la plus lourde défaite de son histoire en Coupe du Monde (1-7), la Nationalmannschaft s’était permise de remplacer l’Uruguay dans la hiérarchie des Bourreaux des Auriverde. Devant leur public, les Brésiliens ont mordu la poussière. Humiliés devant les caméras du monde entier, ils n’ont toujours pas digéré cette défaite. En finale, même s’il ne s’agit pas de la même équipe, de la même catégorie, des mêmes joueurs, du même contexte, de la même compétition, ni du même enjeu, les Brésiliens se contenteront largement de leur victoire. « lè w pa jwenn manman, ou tete grann ». Mathias Ginter, seul rescapé allemand du mondial sera bien là pour rapporter la nouvelle à ses autres compagnons.

Rogerio Micale, Sélectionneur de l’équipe brésilienne refuse systématiquement de comparer son équipe à celle de 2014. «  Ce qui s’est passé en 2014, c’était durant la Coupe du Monde, ici nous sommes aux Jeux olympiques », a précisé le technicien brésilien. Ainsi, il veut libérer ses joueurs de la pression populaire. Pas sûr que cela puisse rassurer les supporters de la Seleção. Au Brésil, on est superstitieux et R. Micale est payé pour le savoir. Les vieux démons de la Coupe du monde planeront sur le Maracaña, et comme en 1950, la moindre défaite virera au cauchemar.

Le Brésil aux JO, des échecs répétés… 

On l’a vu. L’histoire n’a pas toujours souri aux footballeurs brésiliens aux Jeux olympiques. Quatre ans de cela à Londres, la Seleção avait chuté en finale face au Mexique (1-2). Grandissime favori de l’épreuve, le Brésil, alors emmené par Neymar n’avait pas réussi à s’imposer.

Cette désillusion en finale, le Brésil l’avait connue à deux reprises auparavant. Battue en 1984 et en 1988 respectivement par la France (0-2) et l’URSS (1-2), la Sélection Auriverde échoua à la dernière marche de la consécration ultime. Mais, il est difficile de parler des échecs brésiliens aux Jeux olympiques sans se référer à l’édition de 1996 à Atlanta. Le Brésil n’avait pas, certes, perdu en finale, mais ça reste, à ce jour, l’une de ses plus grandes déceptions dans cette compétition. Alors qu’ils menaient au score (3-1) à la pause, les Brésiliens qui comptaient dans leurs rangs Ronaldo, Bebeto, Rivaldo, Roberto Carlos, Dida, Juninho, se sont finalement inclinés face à des courageux Nigérians. Cette génération dorée des Super Eagles, emmenée par Kanu et Okacha, avait finalement remporté la médaille d’or en dominant l’Argentine en finale (3-2), là encore avec un scénario renversant.

Ce samedi en finale, la Seleção ne sera pas uniquement opposée à l’Allemagne, mais aussi à elle-même. Lors des jeux de Sydney (2000), sous la houlette de Ronaldinho, le Brésil s’était fait sorti par le Cameroun. Réduits à neuf, les Lions indomptables avaient réussi à vaincre l’équipe brésilienne, malgré tout.

L’Argentine a refait son retard… 

Le Brésil n’est pas le seul géant sud-américain à avoir souffert de la carence de l’or olympique en football. Pendant longtemps, les Brésiliens ont partagé leurs souffrances avec l’Argentine. Tant que le pire ennemi ne gagnait pas, on ne s’en plaignait pas. Mais, depuis 2004 et les Jeux d’Athènes, les Argentins ont rectifié le tir. Portée par un Tevez en feu, l’Albiceleste avait survolé le tournoi avant de l’emporter. Quatre ans plus tard, soit aux Jeux de Pékin en 2008, les Argentins cette fois-ci, emmenés par Messi avaient réussi à réaliser un doublé inédit, avec au passage un succès retentissant face au Brésil (3-0). Les voisins, double champion olympique, ne ratent jamais l’occasion de chambrer le rival brésilien qui court toujours après ce titre. Les Brésiliens veulent corriger cela également.

Neymar, l’élu ?

Ce samedi on suivra particulièrement un homme : Neymar. Le capitaine brésilien ne cache pas son ambition de remporter la médaille d’or. Impuissant lors de la défaite face au Mexique, la star catalane veut se racheter, et ce, à double titre. Aussi faut-il rappeler qu’en face, il y aura l’Allemagne. Blessé avant la demi-finale de la Coupe du Monde, le joueur Blaugrana avait échappé à l’humiliation. Au Brésil, l’absence de Neymar lors du massacre allemand est souvent utilisée comme prétexte. Mais, cette fois-ci, il sera bien là. En cas de défaite, il sera le premier coupable. Critiqué en début de compétition, l’ancien joueur de Santos s’est repris depuis. Il n’a pas fait l’impasse sur la Copa America Centenario pour venir se contenter d’une simple médaille d’argent. Remporter cette finale sera un bel exploit considérant les grands noms du football brésilien qui ont échoué dans cette quête.  Cette finale, Neymar la jouera pour son pays, mais aussi pour lui. Il se doit une revanche. Il doit au Brésil la rédemption.

Et pendant ce temps-là…

Les Allemands ont fait une tout aussi belle compétition. Sérieux et appliqués jusqu’au bout, les joueurs Horst Hrubesch n’ont pas volé leur place en finale. Tout heureux de retrouver l’une de ses plus belles victimes de la dernière Coupe du Monde, la Mannschaft se prépare à jouer un autre sale coup aux Brésiliens. Pour marcher sur les traces de leurs prédécesseurs, ils savent ce qu’ils ont à faire. La médaille d’or olympique leur fera beaucoup de bien également. Le seul triomphe allemand aux Jeux olympiques a été obtenu avant la tombée du mur de Berlin par l’Allemagne de l’Est (RDA) en 1976 à Montréal. Certains observateurs refusent de donner la maternité de ce titre olympique à la sélection allemande de football. Donc, une victoire face au Brésil leur permettra d’éteindre définitivement cette polémique. En bon européen, gagner de l’or en Amérique n’est jamais une mauvaise chose. Le Brésil est donc prévenu, l’Allemagne aura de sérieuses raisons d’aller chercher cette victoire. Mathias Ginter sera présent pour expliquer à ses coéquipiers le bonheur qui vient avec une victoire face au Brésil à domicile. Reste à savoir si ces Brésiliens, avides d’or et de revanches, se laisseront faire.

Commentaires

Nathan Laguerre
Nathan Laguerre est avocat au Barreau de P-au-P. Il adore le football.

    Voilà pourquoi je retourne en Haïti après mes études aux USA

    Previous article

    Petite révolution éducative et énergétique aux Abricots

    Next article

    Comments

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost