AYIBOSPORTSPORT

Argentine se souviendra-t-elle de la leçon allemande ?

0

DĂ©but juillet 2010, Argentine laissait le Mondial africain la queue entre les jambes, après avoir reçu une de ses plus sĂ©vères leçons de football. Avec lui, ses supporters venaient d’essuyer une cinglante dĂ©faite 4–0 face Ă  l’Allemagne en quart de final. Quatre ans plus tard, la sĂ©lection sud-amĂ©ricaine en quĂŞte d’un troisième titre revient pour cette Ă©dition avec un entraĂ®neur plus expĂ©rimentĂ©, Alejandro Sabella. Mais, celui-ci a-t-il rĂ©ussi Ă  corriger les failles qui avaient coutĂ© Ă  l’Albi Celeste sa mĂ©saventure en Afrique du Sud?

Rien n’est moins sĂ»r. La sĂ©lection argentine promet d’ĂŞtre, cet Ă©tĂ©, tout aussi percutante qu’elle l’Ă©tait en Afrique du Sud, en revanche, sa ligne dĂ©fensive, autrefois vacillante avec les Heinze, Di Michelis et Burdisso, s’est considĂ©rablement affaiblie. En effet, pour protĂ©ger leurs buts, les Fantastic Four (Aguero-Higuain-Messi-Di Maria) ne devront compter que sur des dĂ©fenseurs novices au mondial: Fernandez-Garay-Rojo-Zabaleta. Autant dire aux supporters de se croiser les doigts et de souhaiterque leur coup d’essai dans cette compĂ©tition soit un coup de maĂ®tre. Car avec Romero encore dans les buts, rien n’est garanti.

À la vĂ©ritĂ©, dans cette coupe du monde comme dans la prĂ©cĂ©dente, peu de sĂ©lections peuvent s’enorgueillir d’une attaque aussi talentueuse que celle de l’Argentine. Cependant, la meilleure dĂ©fense a beau ĂŞtre l’attaque dans les livres, cet avantage compĂ©titif  ne leur avait pas suffi en 2010 pour nuire Ă  la symphonie allemande. D’ailleurs, l’atout offensif, mĂŞme avec le meilleur joueur du monde, n’a jamais Ă©tĂ© une condition suffisante pour remporter la Coupe du monde.

En fait, les pays vainqueurs des plus rĂ©centes Ă©ditions ont plutĂ´t d’autres dĂ©nominateurs communs. Qu’il s’agisse du BrĂ©sil de 94 ou de celui de 2002, de la France de 98, de l’Italie de 2006 ou de l’Espagne de 2006, tous avaient au moins une dĂ©fense solide et un excellent gardien.

Pourtant, ces deux aspects très dĂ©cisifs au second tour manquent cette annĂ©e encore Ă  l’Ă©quipe argentine. Comme si l’humiliation allemande de 2010 datait d’hier.

Commentaires

Carl-Henry Cadet

Comments

Comments are closed.