SOCIÉTÉ

Ouanaminthe : BSAP a tenté d’accaparer par la force le ciment du canal

0

Des agents de la BSAP ont tenté de prendre par la force des sacs de ciment destinés à la construction du canal de Ouanaminthe, confirment à AyiboPost des membres du comité

Des agents de la Brigade de Sécurité des Aires protégées (BSAP) ont débarqué au dépôt de matériaux géré par le comité de la construction du canal de Ouanaminthe pour «prendre de force» des sacs de ciment pour la construction de leur «base» sur la frontière le 20 novembre dernier, selon les révélations à AyiboPost du porte-parole du comité, Wideline Pierre.

L’équipe qui assure les questions logistiques pour la construction du canal a catégoriquement refusé de se plier à l’intervention de la BSAP, arguant qu’elle n’a pas reçu l’ordre du comité pour livrer des matériaux, continue Pierre.

Cet incident émerge dans un contexte de tensions entre le comité et la BSAP. Le groupe armé est accusé de recevoir dans une totale opacité des dizaines de milliers de dollars américains et de faciliter la contrebande de produits dominicains sur la frontière.

Le chef de la BSAP à Ouanaminthe, Fritzner Jean Pierre, confirme à AyiboPost qu’aucune demande officielle n’a été adressée au comité avant la tentative d’accaparement irrégulière des sacs de ciment. Il ne nie pas les accusations de complicité de contrebande.

L’équipe qui assure les questions logistiques pour la construction du canal a catégoriquement refusé de se plier à l’intervention de la BSAP.

Ancien militaire, Fritzner remplace Samson Camiel qui a été agressé physiquement par la population le 7 novembre.

Selon Wideline Pierre, membre du comité, l’équipe de la BSAP se fait l’idée qu’elle a un droit sur les matériaux pour la construction du canal. «Ce qui n’est pas vrai sans une entente préalable», précise Pierre.

La BSAP sur la frontière construit un poste physique pour abriter ses agents. Pour l’initiative, l’entité reçoit des dons notamment de la diaspora afin d’assurer leur fonctionnement et construire la «base».

«La BSAP a reçu ses propres dons, elle doit les utiliser pour faire son travail», estime le trésorier du comité de construction du canal, Gaston Étienne.

Le comité a cependant accepté de faire des prêts de matériaux à la BSAP pour qu’elle commence la construction de sa «base».

Cependant, la gestion non transparente des dizaines de milliers de dollars reçus par la BSAP contraste avec les diffusions régulières d’informations sur l’argent reçu par le comité du canal.

Lire aussi : La liste des exactions attribuées à la BSAP s’allonge

Un groupe de la diaspora qui a proposé la construction d’une base pour la BSAP a déjà donné en total 29 000 dollars américains, selon Wideline Pierre. Elle informe que d’’autres particuliers ont aussi versé des sommes non connus à la BSAP.

En plus, le trésorier du comité Gaston Étienne dit avoir toujours transféré à la BSAP sa part lorsque les donations sont conjointes. Par exemple, sous l’indication de l’association des CASEC, Etienne dit avoir remis 100 000 gourdes à la BSAP.

«La fédération des magistrats haïtiens a également indiqué le transfert d’un montant à la BSAP, mais le virement n’est pas encore disponible»,  informe Étienne.

Le groupe armé est accusé de recevoir dans une totale opacité des dizaines de milliers de dollars américains et de faciliter la contrebande de produits dominicains sur la frontière.

Le commandant en chef de la BSAP à la frontière, Fritzner Jean Pierre, dit n’être pas impliqué dans tous les détails de la collecte des fonds pour la BSAP.

Jean Pierre dit avoir a été informé de deux dons respectivement de 10 000 dollars et de 4 000 dollars américains faits à la BSAP pour la «construction de la base». Le commandant affirme que ces fonds sont déjà dépensés notamment dans les travaux.

De plus, rajoute commandant Jean Pierre, des dons de quelques centaines de dollars américains sont souvent dépensés pour nourrir les agents.

«Un chèque de 15 000 dollars américains a été déposé sur le compte d’un agent de la BSAP», confie commandant Fritzner Jean Pierre. «Cette somme n’est pas destinée aux travaux de construction de la base et elle sera disponible à la première semaine du mois de décembre», maintient Jean Pierre.

Fritzner Jean Pierre informe que la BSAP a reçu un don de 1 000 dollars américains le 26 novembre dernier. Pour une meilleure gestion des dons reçus par la BSAP, le commandant Jean Pierre informe avoir mis sur pied une commission pour recevoir et gérer les fonds.

Selon lui, la BSAP a un devoir de transparence envers la population. En ce sens, la structure produira son rapport et «tous les prêts de matériaux seront acquittés», déclare-t-il.

Le commandant en chef de la BSAP à la frontière, Fritzner Jean Pierre, dit n’être pas impliqué dans tous les détails de la collecte des fonds pour la BSAP.

La BSAP est de plus en plus critiquée sur la frontière. La Fédération des associations de commerçants dans le Nord-Est dénonce les activités de contrebande dans lesquelles seraient impliqués des agents de la POLIFRONT et de la BSAP alors que la barrière frontalière haïtienne est fermée.

Le président de la Fédération des associations de commerçants du Nord-Est, Clément Pierre déclare à AyiboPost que des commerçants dominicains l’ont informé avoir monnayé des agents haïtiens qui assurent la surveillance afin de laisser passer leurs marchandises.

Le responsable de la BSAP à la frontière, Fritzner Jean Pierre ne nie pas l’implication de certains agents de la BSAP dans la contrebande. Toutefois, il dit avoir intimé l’ordre à tous les agents de laisser la surveillance de la frontière aux policiers et de s’occuper de la sécurité sur le canal.

Le Directeur général de l’Agence nationale des Aires protégées, Jeantel Joseph, a été contacté par AyiboPost, mais il n’a pas accordé d’interview.

Sur la frontière, la BSAP compte 75 agents qui travaillent la journée et un nombre approximatif pour la soirée. De plus, selon un responsable, il y a un groupe réserviste en cas de besoin de renfort.

Le responsable de la BSAP à la frontière, Jean Pierre Fritzner ne nie pas l’implication de certains agents de la BSAP dans la contrebande.

Le 28 novembre 2023, des individus armés et cagoulés ont rouvert de force la barrière frontalière haïtienne, informe Clément Pierre à AyiboPost. Les autorités locales ont procédé à sa fermeture le même jour.

Entre-temps, selon l’entrepreneur Pierre, les commerçants haïtiens ayant des marchandises brûlés ou gâtés dans des dépôts en République Dominicaine attendent le soutien du gouvernement haïtien. Ces derniers espèrent également une ouverture formelle et négociée de la frontière avec la satisfaction des revendications de la population, selon Pierre.

Selon une évaluation faite par les ingénieurs travaillant dans la construction du canal le 29 novembre, il faut plus d’un million de dollars pour finaliser les travaux de construction du canal, confie à AyiboPost Gaston Étienne.

Lire aussi : «Kanal la Pap Kanpe», un des plus importants mouvements de solidarité populaire d’Haïti

Au 30 novembre 2023, la structure a reçu près de 33 millions gourdes et 155 218 dollars américains, selon sa plateforme en ligne. Les dépenses se chiffrent à 36 millions de gourdes.

Par Rolph Louis-Jeune

Image de couverture : Des agents de la BSAP se sont abrités lors du déploiement des militaires dominicains à la frontière en novembre 2023. | ©  Jean Feguens Regala/AyiboPost


Gardez contact avec AyiboPost via :

► Notre canal Telegram : cliquez ici

► Notre Channel WhatsApp : cliquez ici

► Notre Communauté WhatsApp : cliquez ici

Louis-Jeune est journaliste à AyiboPost depuis avril 2023. Il a fait des études en philosophie et en science politique à l'Université d'État d'Haïti.

    Comments

    Comments are closed.