AYIBOSPORTSPORT

7-1 Désastre Emotionnel

2

Mats Hummels a enfoncé le clou dans la plaie brésilienne hier matin, quand il a expliqué qu’à la mi-temps l’équipe allemande s’était mise d’accord pour éviter de scorer autant en deuxième période. En dehors du score lui-même, savoir qu’une équipe a épargné le Brésil d’une humiliation ultime est terrible. Donc, si ce n’était le grand cœur et le fair play allemand, on serait encore en train de compter des buts, trois jours plus tard.

Comment expliquer cette défaite lamentable ? La supériorité de l’équipe allemande sautait aux yeux. Son efficacité avec ou sans le ballon était d’un autre monde durant toute la première mi-temps. Ils lisaient avec facilité les passes brésiliennes et même, il me semble, leur pensées. Leur jeu était d’une grande fluidité grâce au trio Schweinsteiger-Khedira-Kroos. Derrière eux, Hummels participait activement au jeu offensif. C’était beau! C’était grand! C’était efficace, c’était allemand!

De l’autre côté, les brésiliens étaient ivres de leurs émotions. Déjà, c’était alarmant de voir à quel point ils étaient émotionnels en chantant leur hymne nationale depuis le début de la compétition, ou encore les larmes de Thiago Silva lors des séances de tirs au buts face au Chili. Les émotions étaient si fortes qu’après ce match Scolari et la CBF ont fait venir un psy pour une évaluation de l’état psychologique et émotionnel du groupe. L’émotion est l’épice qu’on ajoute à la cuisson pour mettre en relief certaines saveurs. La Seleçao a voulu faire de l’émotion le plat principal et du jeu l’épice.

L’émotion peut certainement aider de manière positive une équipe mais, à trop grande dose, on perd nos sens. Le match du Brésil a été perdu après le troisième but et on pouvait tous sentir venir la catastrophe. Les 5 ou 6 premières minutes, le Brésil jouait à un rythme très élevé. Il voulait vite arriver au camp adverse sans trop penser à la construction. Nous étions en train de regarder un Brésil plein de fougue mais trop peu pensant. Comme malheureusement l’effort physique a ses limites, après la 7e ou 8e minute, ils étaient obligés de prendre un souffle. Et c’est là que la construction allemande a commencé: passes bien dosées, circulation du ballon, permutation automatique entre Kroos et Schweinsteiger, un Khedira précis et un Ozil libre et à son aise dans l’espace d’entrejeu. Le mauvais placement de Marcelo a rendu la tâche encore plus facile à Lahm dans le couloir droit. Le désordre tactique dans le placement de la ligne défensive de la Seleçao contrastait avec le positionnement quasi-parfait de Müller et Klose en attaque. Tout s’est dit dans les 3 ou 4 minutes qui ont précédé le premier but de Müller. L’explosion émotionnelle des brésiliens s’est traduite par un désordre tactique qui leur a coûté le premier goal sur corner.

Le désordre tactique continuait avec le but de Klose qui, pour le coup, mettait la légende brésilienne, Ronaldo, au participe passé. Marcelo était curieusement placé à 3 mètres derrière la ligne défensive auriverde en train de suivre Müller comme un fou. Ce qui a automatiquement mis Müller dans le jeu et donc en position non fautive pour recevoir le ballon avant de le passer à Klose qui était libre et pas hors-jeu, grâce à ce même Marcelo. Après deux buts encaissés aussi rapidement, la réaction rationnelle serait de calmer le jeu pour se reprendre petit à petit. Mais non, pour les brésiliens émotionnellement instables, la réaction devait être immédiate. Ils ont encore essayé de monter en attaque mais dans un désordre fou. Calmement et facilement, les allemands reprenaient le ballon et relançaient leurs attaques structurées et mesurées. Le troisième but allemand est marqué à contre-jeu. Les brésiliens avaient perdu leur lucidité et l’équipe allemande menait une opération du beau jeu avec une précision chirurgicale. C’était fini ! Oui, à la 24e minute de jeu, Toni Kroos avait annoncé le désastre inévitable !

Le Brésil a voulu faire de l’euphorie du moment et de l’effervescence patriotique leurs principales armes alors que l’Allemagne a construit sa victoire sur son jeu d’ensemble, sa rigueur et son intelligence tactique. Bien sûr, tout cela mis en oeuvre avec une fluidité et une vitesse d’exécution irréprochables. Que c’était beau! Ahhh, ces allemands!

Après les larmes, les grincements de dents et la douleur de la soirée du 8 juillet, le lendemain, l’ennemi juré du Brésil se qualifiait pour la finale aux dépens de la Hollande. Situation cauchemardesque! Entre les 7 coups de poignard allemands et la joie de Messi courant dans les bras de Romero, le peuple brésilien est plongé dans un état de dépression collective.

La fête brésilienne est finie, plus de samba, plus de tambours, plus de rythme envoutant afro-américain… Dimanche, à Rio, Messi essayera de danser du tango sur du Mozart mais le rythme et la précision de cette musique classique pourront difficilement être suivis.

Commentaires

Jétry Dumont
Directeur Général | Co-fondateur | J'aime me considérer rationnel et mesuré avec une vision semi-ouverte du monde. J'ai un baccalauréat en finance. Je m'intéresse au Barça, à la politique, à l'entrepreneuriat et à la philosophie.

M’ pa fanatik!

Previous article

Lebron Goes Back Home!!!

Next article

2 Comments

  1. Tres bel article Jetry Dumont. Selon moi tu aurais du parler des mauvais choix de Scolari et aussi de l’indiscipline de D. Luiz. En passant, il semblerait que Hummels n’aurait jamais fait une telle declaration, je dis bien semblerait, je n’ai pas chercher a la confirmer. Bon travail.

  2. Michel Ibrahim Valery Fils-Aime Benjamin Dalusma Marc Junior Jonathan Bernard Degraff

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost