CULTURE

Tanael Joachim : «Si j’étais encore en Haïti, je ne ferais pas de la comédie»

0

«J’aime le fait d’être en Amérique où je peux poursuivre un tel rêve. Je n’en suis pas triste», affirme le comédien Tanael Joachim

Read this piece in English

Immigré à la poursuite de son rêve, Tanael Joachim utilise la comédie pour payer son loyer et rendre les gens heureux.

Il a présenté son deuxième spectacle de stand-up «Haitian Dreams» à Miami, au mois d’août.

Sur la scène de la Fantasy Theater Factory du Sandrell Rivers Theater ce soir-là, les places étaient nombreuses. L’humoriste en herbe a abordé des sujets tels que la raison pour laquelle certaines personnes sont considérées comme des «héros», l’appartenance haïtiano-américaine et la prise de conscience d’être un descendant de personnes réduites en esclavage et son lien avec l’Amérique du Sud. À propos de ce dernier point, il plaisante sur le fait que les habitants de l’Amérique du Sud se sont réveillés avec un mauvais cas de «l’Espagnol». 

«La série se veut universelle», a déclaré l’humoriste dans une interview accordée à AyiboPost.

Cette émission spéciale est également à l’origine du clip populaire que vous avez peut-être vu sur les médias sociaux, dans lequel il plaisante sur le fait que la langue française n’est présente qu’en Haïti en raison d’un programme d’échange étranger appelé «esclavage». 

Bien que de nombreux rires aient résonné dans la salle, il n’y avait que 30 spectateurs dans le théâtre de 172 places.

Bien que Joachim s’efforce de remplir tous les sièges lors de ses spectacles, il insiste sur le fait que son travail consiste à donner le meilleur de lui-même, quel que soit le nombre de spectateurs, et affirme qu’il n’apprécierait pas un spectacle si le public ne s’amusait pas lui-même. 

En ce qui concerne l’affluence, le comique ne blâme pas le théâtre, ajoutant qu’ils ont fait un excellent travail.

Une capture d’écran du premier spécial de Tanael Joachim intitulé JANVIER 3RD sur Netflix.

Selon un porte-parole de la Fantasy Theater Factory, une interview sur NBC6 a été coordonnée, un communiqué de presse a été envoyé à la base de données de l’entreprise, qui compte 600 contacts avec les médias, et même si le marketing n’est pas obligatoire pour les locataires tels que M. Joachim, une certaine promotion est faite pour chaque client.

Il y a des posts pour le spectacle sur la page Instagram du Sandrell Rivers Theater, mais pas sur celle du Fantasy Theater Factory – cette dernière est une société de production de spectacles dans toute la Floride, principalement pour les familles et les enfants. Le porte-parole a confirmé que c’est ainsi que les choses se passent habituellement.

Avant le spectacle de Miami, Joachim a interprété «Haitian Dreams» à Austin (Texas), Boston (Massachusetts) et Montréal (Canada). En septembre et octobre, il a parcouru 13 pays d’Europe, dont une finale à Istanbul, en Turquie, avant de rentrer à New York.

Tanael Joachim sur scène

Pour cette étoile montante, voyager pour la comédie est arrivé bien des années après son immigration aux États-Unis à la recherche de meilleures opportunités éducatives, et il a fallu un certain temps avant qu’il ne parvienne même à grappiller assez d’argent pour couvrir son loyer grâce à cette profession notoirement difficile. Mais, déterminé à  réaliser son rêve, Joachim a quitté l’université et s’est fixé pour objectif de devenir comédien. 

Cependant, en tant qu’immigré, le parcours de Tanael commence aux Gonaïves, avant d’arriver en Amérique à l’âge de 19 ans.

Il a compris que son éducation en Haïti intéresserait les Haïtiens-Américains car, dans leur cas, ils sont nés aux États-Unis d’une ascendance haïtienne et ne savent pas ce que c’est que de vivre en Haïti.

«Ils reçoivent le meilleur d’Haïti en vivant aux États-Unis et ne sont pas exposés au pire d’Haïti», explique-t-il.

Vers l’âge de 14 ou 15 ans, il dit qu’il n’est pas allé à l’école.

«Je ne me souviens pas d’une année où je suis allé à l’école pendant toute l’année civile», dit Tanael.

Mais ses parents tiennent à ce qu’il reçoive une éducation. 

Il ajoute qu’ils ont insisté sur ce point. Pour eux, l’éducation est le seul moyen de faire quelque chose de sa vie. Il ne s’agit pas nécessairement d’une éducation formelle, comme un diplôme universitaire, mais de comprendre comment fonctionne la vie, de savoir lire et écrire, de savoir que l’accès à l’information est plus facile grâce aux bibliothèques et à l’internet, qui favorisent l’apprentissage.

Alors qu’il vit encore aux Gonaïves, ses parents l’envoient à la maternelle à L’abc Joyeux, puis au Collège Saint Paul, et dans une école catholique réservée aux garçons, l’école Cirguillot. Pour le collège, il va au Collège Immaculée Conception.

Plus tard, à Port-au-Prince, il poursuit ses études secondaires à l’Institution Saint-Louis de Gonzague où il commence à apprendre l’anglais. 

En 2008, Joachim quitte Haïti pour l’Université Adelphi à Long Island afin d’obtenir un diplôme en administration des affaires.

Lire aussi : À 20 ans, Festival Quatre Chemins dévoile sa «formule magique» de longévité

Deux ans après le début de ses études, le tremblement de terre de 2010 déclenche chez lui une crise existentielle. La vue d’une telle destruction en quelques secondes le marque profondément et le pousse à se concentrer sur ce qu’il veut vraiment dans la vie.

«J’ai réalisé que la vie était un peu trop éphémère», explique Joachim, qui s’est finalement retiré d’Adelphi et a décidé d’aller de l’avant avec la comédie. 

Travaillant à New York entre 2008 et 2012, il s’est efforcé de parler un meilleur anglais. Grâce à la télévision, aux livres et aux conversations, il parvient à s’améliorer et à mieux comprendre les choses aux États-Unis. Cependant, il faudra encore de nombreuses années pour que la comédie permette de payer le loyer.

Le chômage, la race et la classe sociale ont tous joué un rôle lorsque l’aspirant comédien s’est efforcé d’augmenter ses revenus pour éviter de perdre un toit au-dessus de sa tête.

Qu’il s’agisse d’aider des jeunes en difficulté dans le cadre d’un programme de thérapie en milieu naturel, de travailler avec un courtier dans un bureau immobilier en sillonnant les rues de Manhattan en tant qu’assistant et coursier à vélo (évitant au passage quelques accidents de voiture), son chemin vers le succès est pavé d’un large éventail d’expériences. 

Mais, à la suite du tremblement de terre et pour une bonne part avant que sa carrière de comédien ne devienne de plus en plus fiable, Joachim a surtout travaillé comme homme à tout faire, grâce aux compétences qu’il a acquises dans sa jeunesse en côtoyant des maçons et des charpentiers. 

Cette période est remplie d’insécurités, qu’il s’agisse de l’absence de couverture médicale et dentaire ou du fait qu’il ne sait pas s’il y aura du travail chaque jour. 

Il travaille comme homme à tout faire le jour et fait de la comédie la nuit dans des clubs et des concerts ouverts à tous, la plupart du temps gratuitement, sinon rien qui ne lui permette de gagner un salaire décent. 

Alors qu’il dépend d’un emploi de jour pour couvrir ses frais de subsistance, le bonheur que l’humoriste en herbe tire de ses débuts dans la comédie ne fait que croître.

Il décrit la comédie comme une expérience libératrice, où l’humoriste s’en tire à bon compte. Tandis que les blagues font rire les étrangers, le comique «nourrit son ego», explique-t-il.

Pour lui, un rêve fait plus que rendre quelqu’un heureux, il ne fait de mal à personne et apporte une certaine valeur au monde. Il peut y avoir des gens qui cherchent à offenser les autres dans ce domaine, mais ce n’est jamais l’objectif final d’un humoriste. Pour lui, dit Tanael, ce n’est pas une bonne chose d’offenser les gens.

«C’est un plaisir d’être drôle», ajoute-t-il.

Parmi ses sources d’inspiration, Tanael Joachim cite George Carlin, qu’il considère comme osé et comme l’un de ses humoristes préférés. 

Joachim se retrouve parmi d’autres humoristes haïtiens, dont Garihanna, basé à Montréal, Sejoe, dans la région de New York et du New Jersey, Success Jr, dans le sud de la Floride, Plus Pierre, basé en Floride, et Ti Inosan, basé dans le New Jersey.

Lire aussi: De quoi vit un.e comedien.ne dans ce pays ?

Historiquement, le stand-up américain est lié aux spectacles de ménestrels où les Blancs ridiculisent les Noirs en perpétuant les stéréotypes des Afro-Américains — utilisant du liège brûlé pour peindre leur visage, en exagérant les yeux et les lèvres de leur personnage, ce qui est connu sous le nom de «blackface». 

La caricature d’un homme noir, Jim Crow, devient un personnage courant dans les spectacles de ménestrels. 

De nombreux stéréotypes à l’encontre des Noirs sont nés des spectacles de ménestrels. Malgré l’apparition répétée du blackface, les minstrel shows ont diminué au fur et à mesure que les spectacles de vaudeville augmentaient et ont conservé leur popularité entre les années 1890 et les années 1930. 

Des spectacles comiques ont également eu lieu dans des spectacles burlesques, des saloons et des music-halls.

Avec l’élargissement de la base de talents et des outils de la comédie, les humoristes en herbe ont eu plus de choses à prendre en compte dans leur travail.

Après le vaudeville, en l’absence d’un ensemble de normes établies, ils consacrent plus de temps à la performance, en mettant l’accent sur la livraison et le timing, dans la mesure où les textes sont faciles à voler. 

Plus tard, dans les années 1960, des normes telles que la reconnaissance du talent et de l’expérience ont contribué à la prestation, et des humoristes comme Chris Rock s’investissent davantage dans l’écriture.

Des éléments clés tels que le timing, l’écriture, la livraison et la voix jouent un rôle central dans le travail de Joachim aujourd’hui, notamment dans sa blague sur le programme d’échange à l’étranger. 

Mais, selon Joachim, une blague ne peut pas être expliquée, sinon la magie n’existe plus. 

Aucun sujet n’est interdit dans la comédie. Même le fait d’être haïtien peut être tourné en dérision, ajoute-t-il. Enfin, à condition d’être capable de bien le faire.

«Je ne pense pas qu’il y ait de limite, c’est le but de la comédie, on peut se moquer de tout ce qui arrive dans la vie», dit Joachim, ajoutant que c’est le public qui décide si c’est drôle ou non.

Tanael Joachim sur scène

Le stand-up est la forme de communication la plus directe, affirme-t-il, plus que le chant, le rap, les instruments de musique et la parole. Le public rit ou ne rit pas lorsqu’il entend la blague. 

«Haitian Dreams» est le deuxième album spécial de Joachim enregistré devant un public. Le premier, publié en 2020 et baptisé « 3 janvier », est disponible sur Amazon Prime et porte le nom de l’anniversaire de l’humoriste.

Dans cette émission spéciale, il explore des sujets tels que l’anglais en tant que troisième langue, la race et le mouvement Me Too.

Le mouvement Me Too a été lancé par Tarana Burke pour exiger que les victimes de viol ou d’agression soient crues et que les auteurs de ces crimes soient tenus pour responsables. La plupart des victimes sont victimes de leurs partenaires intimes ou de membres de leur famille. Les auteurs sont souvent protégés par la culture du viol, dans laquelle les individus, les familles et les communautés diminuent la gravité de la violence et des abus contre les femmes pour protéger les hommes qui commettent ces actes. 

Dans son regard, Joachim explique que le mouvement «Me Too» a mis en lumière la dépravation qui consiste à protéger les hommes des conséquences de leurs crimes, et même la perversion qui se manifeste à différents niveaux, depuis les agressions pures et simples jusqu’à la mise mal à l’aise des femmes dans les espaces publics. 

Joachim ajoute qu’un miroir est tendu aux hommes pour qu’ils fassent ce qu’il appelle du «creep-management». 

«Les hommes doivent être beaucoup moins effrayants, de sorte que lorsqu’ils sortent dans le monde, ils ne considèrent pas les femmes comme des objets», déclare Tanael.

Sur scène à Miami, Malala Yousafzai est une héroïne et Greta Thunberg ne l’est pas, et le fait qu’une personne soit mal nommée n’est pas aussi traumatisant que de voir un cadavre brûlé jusqu’aux os, affirme Tanael.

Cependant, il a refusé de répondre aux questions concernant l’humour qui se cache derrière ses blagues.

Avant de décliner, il a ajouté que plus un sujet est grave, plus il faut essayer d’y trouver de l’humour pour en désamorcer la puissance et le rendre gérable.

Lire aussi: Échanges à Paris avec l’humoriste Haïtien Christolin Rodlin

Dans «January 3rd», il explore également la question de la race en relation avec Haïti, notant que le pays peut être considéré comme très favorable aux noirs, mais que l’identité haïtienne n’est pas noire. En Haïti, les Haïtiens se considèrent rarement, voire jamais, comme des noirs.

C’est à la suite de son déménagement que Tanael s’est rendu compte à quel point la race est liée à tant de choses aux États-Unis.

«Il y a certaines salles à Brooklyn où il n’y a que des Noirs, comme Moe’s et Essence, d’autres salles sont principalement occupées par des Blancs, comme celles de Williamsburg, de l’Upper East Side ou de l’Upper West Side», explique-t-il.

La difficulté de la vie en tant qu’immigré lui vient également à l’esprit, notamment la dette qu’il ressent à l’égard d’Haïti, qui l’a aidé à devenir le citoyen du monde qu’il voit aujourd’hui dans le miroir. 

En tant qu’étranger, l’humoriste est aux premières loges pour assister aux dernières étapes de la gentrification.

Ses observations sur la transformation de Brooklyn sont limitées, car sa vie à New York a commencé après la gentrification des années 1980 et 1990, mais ce qui s’est passé est toujours d’actualité et affecte la vie de ce transplanté.

Pour Tanael, une partie de la discussion raciale porte sur la pitié blanche-libérale, lorsque les libéraux blancs pensent que c’est à eux, en particulier, de sauver les Noirs.

«Il essaie d’être compatissant, mais il est vraiment condescendant», déclare-t-il.

Le combat du comique en herbe dans le système d’immigration américain a consisté à obtenir un visa d’étudiant, un visa de travail et à devenir détenteur d’une carte verte, bien que, techniquement, il s’agisse d’un «résident permanent des États-Unis d’Amérique».

Aux États-Unis, après avoir quitté Haïti où son frère est resté de l’adolescence jusqu’à la fin de la vingtaine, Joachim dit qu’il essayait de trouver un moyen de sauver Haïti.

«Je me sentais coupable», dit Tanael. «On ne peut pas sauver les gens. Haïti n’est pas devenu ce qu’il est grâce à moi.» 

Même si des humoristes haïtiens tels que Jean Claude Joseph, Papa Pierre et Tonton Bicha se produisent en Haïti, Tanael pense que c’est le fait d’avoir émigré aux États-Unis qui lui a ouvert les portes de la comédie.

En 2008, la situation économique d’Haïti était meilleure qu’en 2023, mais le président René Préval a déclaré que les Haïtiens devraient nager pour quitter le pays – ce qui montre à quel point Préval avait compris que le gouvernement haïtien serait utile. Les problèmes d’Haïti auraient été plus urgents dans la vie, dit Tanael, et la comédie n’aurait pu être faite qu’à petite échelle et sans possibilité de gagner de l’argent.

Il plaisante même sur le fait d’être un immigrant dans la comédie, puisque ce rêve lui est venu plus tard dans la vie, alors qu’il n’aspirait pas à devenir comédien dans son enfance. 

Sans regretter d’avoir quitté Haïti pour poursuivre un rêve, Tanael dit que s’il avait décidé de rester en Haïti, il aurait peut-être pu travailler avec les parents qui l’ont élevé, et l’école de médecine aurait pu être envisagée. 

«Si j’étais encore en Haïti, je suis presque certain que je ne ferais pas de la comédie. Je n’en suis pas triste.  Je me sens très chanceux de pouvoir faire de la comédie», déclare-t-il. «C’est la chose que j’aime vraiment dans la vie, c’est le métier que j’aime. J’aime le fait d’être en Amérique où je peux poursuivre un tel rêve».

Par Philippe Henold Buteau

Cover Image : Une capture d’écran du premier spécial de Tanael Joachim intitulé JANVIER 3RD sur Netflix. Capture d’écran 2023-08-13 20.36.43


Gardez contact avec AyiboPost via :

► Notre canal Telegram : cliquez ici

► Notre Channel WhatsApp : cliquez ici

► Notre Communauté WhatsApp : cliquez ici

Philippe started as a reporter with The Observer, student newspaper for Broward College. It was during the recession of 2007 and a story was about how the college was saving money came after a story about a painter who doubled as a college librarian and he tasked with creating a mural for a public school. As Philippe continued as a journalist for The Beacon of the student media department of Florida International University, an intern for The Sun Sentinel, The Miami Herald and a freelancer with The Miami Times, the importance of the connection with the painter, and the financial decisions of a public college kept up with Philippe's love of storytelling, his curiosity and that there should be accountability for people from marginalized communities.

    Comments

    Comments are closed.