EN UNESOCIÉTÉ

Source contaminée, fermeture de sites… les conséquences catastrophiques de l’urbanisation effrénée de la capitale

0

Parce qu’elle institue des mesures barrières comme nouvelle norme, notamment le lavage régulier des mains, la pandémie du nouveau Coronavirus exacerbe les précarités de certaines communautés et met à nu l’inefficacité du service public haïtien.

Depuis plus de 20 ans, les administrations successives se sont révélées de moins en moins capables de répondre aux besoins en eau potable des populations urbaines en nette croissance. La Direction nationale de l’Eau potable et de l’Assainissement d’Haïti (Dinepa) a remplacé la Centrale Autonome Métropolitaine d’Eau Potable (CAMEP), avec une constante : le manque cruel de politique publique pour protéger les bassins versants.

Résultats, urbanisation et pollution des nappes phréatiques, fermeture de sites d’exploitation d’eau… Le rapport entre le besoin en eau potable et la nécessité de politiques environnementales claires pour améliorer la qualité de vie des populations s’illustre à travers le cas pratique de morne Hôpital et de la ville de Port-au-Prince. Un reportage pour comprendre.


Pierre Michel Jean / K2D

Commentaires

Avec Kowonastigma, Michèle Lemoine s’essaie à la chanson

Previous article

Comprendre le débat sur la réforme constitutionnelle   

Next article

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost