ART & LITERATURESOCIÉTÉ

Shassy, Fofo, Bye Bye Nicole… Symboles d’une élite intellectuelle haïtienne en décrépitude

112

Je suis attentivement depuis quelques temps la folle effervescence provoquée par les hilarités de ces « prétendues superstars » des réseaux sociaux. En effet, la communauté haïtienne de Facebook, de Twitter a réservé un accueil des plus chaleureux à chaque apparition moribonde et futile de Shassy, Papi, ou récemment Fofo entre autres.

Que s’est-il passé pour qu’on soit réduit à si peu? Comment expliquer que la société haïtienne dans une conspiration malhonnête et inconsciente, puisse ériger en modèles ces « présumés artistes » ?

Il est temps de dire STOP! Stop à cette inconscience collective. Stop à ce suicide collectif. Stop à ce dérapage collectif. Stop à ce silence complice. J’ai lu quelque part que « celui qui accepte le mal sans lutter coopère avec lui »Aujourd’hui je fais un appel à tous ceux qui croient qu’Haiti doit être différente. Un appel à tous ceux qui croient qu’Haiti mérite mieux. J’invite la jeunesse haïtienne à se rebeller contre ce sentiment fataliste et défaitiste qui veut que le pays soit déjà condamné. Nous devons refuser cette inertie. Nous devons refuser cette passivité. Il faut arrêter l’hémorragie. Le patient agonise depuis trop longtemps. Nous n’avons pas le droit d’être complices de cet attentat orchestré à l’encontre du pays. Nous n’avons pas le droit d’être complices de cette mort programmée aussi pitoyable qu’incompréhensible.

Nous devons nous rappeler que notre chère patrie a une place prépondérante dans l’histoire de l’humanité. Souvenons-nous d’avoir été parmi les premiers à déclarer que tous les hommes sont et doivent demeurer libres, en réalisant l’épopée de 1804. La victoire de nos ancêtres sur l’armée française de Napoléon, symbolisait et demeure encore la preuve que nous sommes intrinsèquement un grand peuple.

Certes, nous sommes dans une période de turbulence chronique. Oui, il existe une sévère précarité économique qui touche la majorité d’entre nous. Mais rien de tout cela ne peut nous empêcher de rêver grand. Rien de tout cela ne doit nous conduire à la folie ni à la bassesse. Rien de tout cela ne peut enlever en nous cette grandeur d’âme.

Je suis convaincu que les choses doivent changer. Il nous faut nous révolter. Sortir le pays du bourbier dans lequel il est empêtré, exige un effort collectif, une prise de conscience réelle et un engagement citoyen à toute épreuve et continuellement renouvelé.

Nous sommes maîtres de notre destin. Nous avons le pouvoir de tracer le parcours que nous souhaitons. Jeunes de mon pays, l’avenir d’Haïti nous appartient. Montrons-nous en dignes. Assumons notre jeunesse. Prenons nos responsabilités. Mettons notre intelligence, nos connaissances, notre expertise et notre fougue au profit de cette nation.

Quel héritage allons-nous laisser aux générations futures ? Il est encore temps de continuer et d’améliorer l’œuvre de nos ancêtres. C’est un combat à mener. Soulevons-nous de grâce contre toute forme de médiocrité.

Aujourd’hui, il est de notre devoir de refuser ces modèles. Nous n’avons pas le droit de les glorifier. Je ne suis pas en train de porter un jugement sur les personnes que sont Shassy, Papi et Fofo. Néanmoins, je ne peux non plus tolérer ni cautionner qu’ils soient des références pour la jeunesse haïtienne ?

Comment expliquerais-je à mes petits cousins et cousines que Shassy a plus de «likes » sur YouTube qu’un BIC, qu’un K-libre Mystic, qu’un Bélo, qu’un Jean Jean Roosevelt ? Comment leur expliquerais-je qu’un « Bye-Bye Nicole » est une chanson plus connue qu’un « Ayiti peyi solèy » d’Émeline Michel, qu’un « Finies les colonies » de Manno Charlemagne entre autres. Quels seraient mes arguments pour justifier que Fofo fasse le buzz en ce moment ?

L’actuel ministre de l’éducation nationale a récemment annoncé un ensemble de 12 mesures phare, suite aux échecs flagrants des élèves aux examens du Bac. Mais le problème est plus profond. Il faut fondamentalement repenser la nation haïtienne. Quel type de société voulons-nous ? De quelle nation rêvons-nous ? Quelle est la place de l’homme haïtien dans la société d’aujourd’hui ? Que représente l’homme haïtien dans le monde d’aujourd’hui ? Ce sont pour moi des questions essentielles auxquelles il nous faudrait répondre rapidement. Il faut définitivement poser les bases d’une société haïtienne différente, moderne, développée et compétitive dans ce contexte de globalisation. Sinon, nous serons tous jugés coupables devant l’Histoire.

Jeunes de mon pays, prenons ensemble cet engagement solennel pour dépasser cette peur qui nous empêche d’agir. Engageons-nous tous ensemble dans ce combat pour une nouvelle Haïti. Soyons chacun de nous, pour citer Ghandi le changement souhaité. Je veux être du bon côté de l’Histoire. À vous !

Commentaires

Valery Fils-Aime
About me: Passion & Commitment I hope we can learn from each other and share our experiences through this platform. Welcome and leave your comments.

Jérémie Menez, mieux que Pelé

Previous article

Qui peut stopper Team USA*?

Next article

112 Comments

  1. zjymycnjnfznyzuumzutswblrvrfnn

  2. Would you be fascinated about exchanging hyperlinks?

  3. […] Fils-Aimé, j’ai lu ton article concernant notre l’élite intellectuelle… Une plume de caractère, une réflexion intelligente, bien amenée qui ne laisse […]

  4. Si seulement le ridicule et la celebrité etaient synonymes uniquement en Haiti…
    Ceci est beaucoup plus complex qu’une question d’elite intelectuelle en decadence

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost