POLITIQUESOCIÉTÉ

Qui sont ces officiels de l’administration de Jovenel Moïse accusés dans les massacres de la Saline?

1

Fednel Monchery et Joseph Pierre Richard Duplan sont deux anciens officiels de l’État. Tous deux sont soupçonnés dans des massacres

Dans une lettre adressée au président Jovenel Moïse, en date du mardi 24 septembre 2019, Fednel Monchéry, directeur général du ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, démissionne de ses fonctions de directeur général du ministère.

Le lendemain, un arrêté présidentiel est publié. Dans cet arrêté, le président Jovenel Moïse nomme Amos Zéphyrin comme nouveau directeur général du ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales. Garry Pierre Bernadotte est aussi nommé délégué départemental de l’Ouest en remplacement de Joseph Pierre Richard Duplan.

Soupçonnés dans le massacre la Saline

Ces développements surviennent alors que ces deux officiels de l’administration de Jovenel Moïse sont soupçonnés d’avoir organisé le massacre de La Saline.

Les 13 et 14 novembre 2018, des gangs armés se disputant le contrôle de ce quartier de 5 000 citoyens, foyer de protestations contre le pouvoir en place, ont attaqué des résidents. Plusieurs dizaines de personnes trouveront la mort lors de l’attaque alors que des femmes et des filles sont violées et des habitations incendiées.

Lisez: Témoignages, enquêtes… comprendre les massacres survenus à La Saline

La PNH, bien qu’alertée, n’est pas intervenue pour mettre fin aux violences et protéger les civils présents. Pourtant, un sous-commissariat fait face au quartier. « Les agents de la PNH entendaient les cris des résidents », précise un rapport de vingt pages réalisé par la mission de l’ONU en Haïti et le Haut-Commissariat aux droits de l’homme.

Parce que les noms de Fednel Monchéry et Joseph Pierre Richard Duplan sont cités dans ce massacre, des organisations de défense des droits humains parlent ouvertement de « massacre d’État ».

« Une rencontre de planification de l’attaque aurait eu lieu le 6 novembre 2018 à Delmas 6. Y ont pris part : le directeur général du Ministère de l’Intérieur Fednel MONCHERY, le délégué départemental de l’Ouest, Joseph Pierre Richard DUPLAN et le policier Jimmy Cherizier alias Barbecue membre de l’unité départementale de maintien d’ordre (UDMO) », révèle un rapport du Réseau national de Défense des droits humains (RNDDH) le 20 novembre dernier.

Interdiction de quitter le territoire

Le lundi 22 juillet 2019, le juge d’Instruction près le Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, Chavannes Etienne, adresse une correspondance au directeur du service de l’immigration et de l’émigration, Joseph Cianculli. Il signale que les deux officiels haïtiens n’ont pas l’autorisation de quitter le pays.

Le juge Chavannes Étienne affirme que sa décision est motivée par le rôle présumé de ces deux hauts fonctionnaires de l’État dans le massacre perpétré à La Saline les 12 et 13 novembre 2018. Ils sont donc accusés, entre autres d’association de malfaiteurs, assassinat, tentative d’assassinat, incendie, vols à main armée et évasion.

Cependant, Joseph Pierre-Richard Duplan se trouve depuis un certain temps en dehors du pays, pour raison de santé. Quant à Fednel Monchéry, il a considérablement limité ses apparitions en public.

Fednel Monchéry dans un scandale de trafic de visas américain

Un mois avant le massacre de la Saline, le nom de Fednel Monchéry a été cité dans une affaire de trafic de visa américain au sein du Ministère de l’Intérieur. Un réseau bien installé offrirait des documents officiels à celleux qui désirent obtenir un visa américain sous couvert de voyage dans le cadre de programmes de formations destinés normalement à des élus locaux.

Entre 2000 et 4000 dollars américains, c’est la somme exigée par le réseau pour fournir le visa permettant de fouler le sol des États-Unis d’Amérique. Certains ont eu le temps de voyager, mais d’autres ont perdu argent et passeport dans cette affaire.

Lire aussi: Des corps mutilés cachés sous les piles de fatras de Port-au-Prince

Quatre jours après l’éclatement du scandale, Fednel Monchéry a tenté de démentir toute implication du Ministère.

Pour se défendre, il explique avoir diligenté une enquête sur des suspicions concernant des associations qui auraient réclamé de l’argent à des individus pour les faire participer au programme de formation. Selon lui, plusieurs passeports ont été confisqués et deux personnes arrêtées.

Joseph Pierre Richard Duplan accusé de meurtre

Le 8 octobre 2014, Benoit Michael et Paul Ambroise sont assassinés devant le stade Sylvio Cator. Ils revenaient d’un match opposant la sélection nationale de football à l’équipe de la Guyane française au stade Sylvio Cator.

Les familles de ces victimes accusent Joseph Pierre Richard Duplan qui était agent exécutif intérimaire de Port-au-Prince d’avoir commandité le meurtre de ces deux jeunes hommes. Elles déposent une plainte et disent se constituer parties civiles.

Fednel Monchéry cité dans un autre scandale de visa dominicain

Jean-Marie Reynaldo Brunet est l’ancien ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales. Dans une lettre datant du 22 août 2019, il exige à Fednel Monchéry d’arrêter dans l’immédiat une démarche qu’il avait initiée à l’ambassade dominicaine sans que le chef du gouvernement, le président de la République et lui n’en soient touchés.

Dans la correspondance en question, l’ancien ministre précise que Fednel Monchéry a apposé sa signature au bas d’une lettre adressée à Alberto Despradel Cabral qui est Ambassadeur de la République Dominicaine en Haïti pour demander des visas au profit de 27 agents Spéciaux du Service d’Intelligence (SIN).

Fednel Monchéry aurait été condamné en 2015, révèle RNDDH

Fednel Monchéry était le candidat au sénat du Parti haïtien tèt kale (PHTK), pour le département de l’Ouest. Il était qualifié pour le second tour des sénatoriales 2016, suivant les résultats préliminaires du 4 décembre 2016.

Dans une correspondance adressée au titulaire du Ministère de la Justice et de la sécurité publique (MJSP) d’alors, Camille Junior Edouard, le RNDDH a révélé que Fednel Monchéry détient un casier judiciaire.

Selon l’organisation de défense des droits humains, le tribunal de première instance de Mirebalais (Plateau central) aurait « condamné, par contumace en juillet 2015, Fednel Monchéry et d’autres personnes, pour faux en écriture public et associations de malfaiteurs au détriment de l’officier de l’état civil d’alors, Bien-aimé Métellus.

La lettre indique que l’accusé, Fednel Monchéry, ne s’est pas présenté au tribunal.

Indexé dans la fusillade à Carrefour-Feuilles

Dans la soirée du mercredi 24 avril 2019, une attaque armée a coûté la vie d’une dizaine de personnes et fait plusieurs blessés à l’impasse Eddy de Carrefour-Feuilles.

Le mercredi 15 mai 2019, les parents des victimes du massacre déposent une plainte au Parquet de Port-au-Prince. Les noms de Fednel Monchéry, ainsi que Pierre Richard Duplan, Fritz Jean-Louis, Jean Marie Reynaldo Brunet et le Député Jean René Lochard sont mentionnés dans la plainte pour leur implication directe dans ce dossier.

Les démarches d’Ayibopost pour interviewer Fedner Monchéry et Joseph Pierre Richard Duplan n’ont pas abouti.

Commentaires

Snayder Pierre Louis
Journaliste à Ayibopost. Je m'intéresse à la politique et à la culture.

    Comments

    Comments are closed.