ÉCONOMIEEN UNE

Pourquoi le prix des produits ne cesse d’augmenter en Haïti ?

0

Les économistes, depuis quelque temps, ne cessent de répéter que l’économie haïtienne connait une inflation à deux chiffres. Cette situation provoque des conséquences directes sur la vie quotidienne de chaque citoyen. Pour comprendre ces conséquences, il faut comprendre les notions de base de l’inflation.

 

Lorsque le prix des produits augmente de manière générale, les économistes appellent ce phénomène inflation. Pour vraiment parler d’inflation, Cette hausse doit être durable et doit toucher plusieurs biens ou services du panier de biens.

On appelle panier, un ensemble de produits fréquemment consommés. Comme l’essence par exemple, les produits alimentaires, l’eau, etc. D’autres biens durables comme les vêtements, les appareils électroménagers, et différents services sont aussi pris en compte. Le calcul de l’inflation se fait à partir de l’indice des prix à la consommation (IPC) qui est une moyenne du prix de divers produits sur une période donnée. Par exemple, il n’y a pas longtemps le papita, produit haïtien à base de banane, se vendait à 5 gourdes. Aujourd’hui, il se vend à 25 gourdes. Il a donc subi une inflation de plus de 400%.

L’augmentation des prix a une conséquence néfaste sur le pouvoir d’achat des ménages, c’est-à-dire la quantité de biens et de services qu’un revenu permet d’acheter. Les ménages devront dépenser, demain, plus d’argent pour acheter le même produit qu’aujourd’hui. L’inflation ne touche pas tout le monde de la même façon, car, certains ont plus de revenus ou consomment différemment que d’autres. L’inflation a ainsi une incidence sur l’épargne, la consommation et l’investissement. Quand l’inflation est forte, l’épargne diminue. Les ménages ont alors plusieurs options : baisser leur consommation, se précipiter pour acheter ce dont ils ont besoin, car ils seront plus chers dans le futur, ou investir. S’ils baissent leur consommation, il y a moins d’argent en circulation dans l’économie. Cela fait baisser la production des entreprises. Lorsque la production des entreprises diminue, le prix des produits augmente encore plus. Les salaires stagnent.

Si les ménages choisissent d’acheter rapidement, avant que les prix s’envolent beaucoup plus, la monnaie circulera, probablement, en trop grande quantité dans l’économie. Tout le monde veut acquérir les mêmes biens. Le résultat est simple : les entreprises augmentent leurs prix. On peut donc dire que, dans ces cas-là, l’inflation crée encore plus d’inflation. Quant à l’option de l’investissement, elle peut aussi causer des torts à l’économie. Les ménages qui veulent investir choisiront un secteur qui leur semble sûr, durable, comme par exemple l’immobilier. Si tout le monde investit dans l’immobilier pour préserver la valeur de son argent, le secteur peut connaître une bulle spéculative. Les prix pratiqués pour l’achat d’une maison seront exagérément hauts. Plus hauts que leur valeur réelle. Une bulle spéculative est un danger pour l’économie.

Les prix doivent être stables

 Pour que l’économie fonctionne de manière optimale, il faut que l’argent circule entre les différents agents économiques. Voici une représentation très simple : Les ménages consomment ce que produisent ou vendent les entreprises, les entreprises font du bénéfice et rémunèrent les ménages qui épargnent, consomment et investissent, et l’État taxe les uns comme les autres. En cas d’inflation, chacun de ces agents réagissent à leur façon.

Mais il peut arriver que les prix des produits baissent constamment, sur une longue période. Les économistes appellent ce phénomène déflation. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la déflation n’est pas toujours bonne pour l’économie. Elle est source d’incertitudes. Les ménages décident de garder leur argent, en espérant que les prix diminuent encore plus. Et encore plus. Pour répondre au manque de liquidités et de demande, les entreprises produisent moins. Les banques deviennent plus prudentes et refusent de prêter de l’argent. L’État perçoit moins de taxes. La déflation est un mauvais scénario pour l’économie.

Il faut donc un équilibre entre l’augmentation et la baisse des prix pour arriver à la stabilité des prix. En Haïti, c’est la Banque de la République d’Haïti, la banque centrale, qui garantit cette stabilité. Pour que les prix soient stables, il faut une inflation contrôlée et faible. Les économistes estiment qu’elle doit être inférieure mais sensiblement égale à 2%. À ce taux-là, les ménages investissent plus et font moins de spéculations.

Quelques causes de l’inflation en Haïti

 Depuis 2015, Haïti connaît un taux d’inflation à deux chiffres en continu. En janvier 2018, le taux d’inflation était à 13.2%. En février 2019, soit un an après, il est de 17%. Ce sont les dépenses alimentaires qui influencent le plus le taux d’inflation du pays. Puisque les salaires n’augmentent pas, les ménages ont vu une baisse plus que significative de leur pouvoir d’achat. Plusieurs facteurs expliquent cette inflation en perpétuelle hausse. D’abord il y a le taux de change. La gourde qui est la monnaie nationale a perdu beaucoup de sa valeur par rapport au dollar. Il faut aujourd’hui plus de 82 gourdes pour un dollar US alors qu’il en fallait moins de 6 gourdes en 1986. Cette dépréciation est due, entre autres, à la faiblesse de la production nationale. Haïti importe beaucoup de biens de l’étranger et en exporte très peu.

Il y a aussi le déficit budgétaire. L’État haïtien vient de réaliser un déficit budgétaire record de près de 26 milliards de gourdes. Pour contrer ce déficit, l’État demande à la BRH d’injecter plus de monnaie dans l’économie. Lorsqu’il y a trop de monnaie en circulation pendant que la production locale n’augmente pas, il y a inflation. Il y a d’autres facteurs, comme les catastrophes naturelles, qui peuvent générer aussi l’augmentation des prix.

Un cas d’inflation exagérée : Le Zimbabwe

On parle de hyperinflation lorsqu’une inflation est hors de contrôle et exagérément haute. Les prix augmentent à un rythme vertigineux. Le prix de certains produits peut augmenter plusieurs fois dans une même journée. Des pays comme l’Allemagne en 1923 et la Hongrie en 1946, ont connu une hyperinflation. L’un des exemples les plus récents est celui du Zimbabwe. Suite à une inflation continue de près de 1000% par an à partir des années 2000, le président d’alors, Robert Mugabe, décida de financer le déficit budgétaire en faisant imprimer plus de billets. Il inventa même un billet de cent mille milliards de dollars zimbabwéens.

Ainsi, pratiquement tous les Zimbabwéens étaient multimilliardaires, mais cette monnaie ne valait presque rien. Pour acheter du pain, par exemple, il fallait une brouette remplie de billets. Dès 2009, devant cette situation, le pays a cessé d’utiliser sa monnaie. En 2015, la banque centrale du Zimbabwe a décidé de convertir tous les dollars zimbabwéens en circulation, en dollars américains. Le taux était de 1 dollar américain pour 35 millions de milliards de dollars zimbabwéens. 35, suivi de 15 zéros.

Jameson Francisque

Commentaires

Jameson Francisque
Linguiste. Journaliste. Passionné de technologie.

    Au Collège de France Yanick Lahens propose « Haïti » pour décoloniser la francophonie

    Article précédent

    Grâce aux bouteilles en plastique, des pauvres arrivent à survivre à Port-au-Prince

    Article suivant

    Commentaires

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost