EN UNERECOMMENDEDSOCIÉTÉ

Petite révolution éducative et énergétique aux Abricots

0

Ayibopost vous présente un film documentaire de l’association Haïti Futur qui retrace le parcours de Michaëlle de Verteuil et présente le complexe Paradis des Indiens qu’elle a créé.

Il y a quarante ans, Michaelle de Verteuil quitta le confort de sa vie au Canada pour s’installer aux Abricots, une commune reculée du département de la Grand’ Anse. Là, elle et son mari Patrick de Verteuil, décédé en 2007, ont accompagné les habitants et ont créé un système d’enseignement assez original. Il s’agit de treize écoles, dont une école centrale dans la commune des Abricots et douze écoles satellites dans les mornes qui appliquent toutes le même programme scolaire.

 «J’étais venu pour enseigner à ceux qui n’avaient pas de professeurs, qui n’avaient pas d’écoles. Pour une clientèle qui avait besoin de moi»

Depuis 1975 qu’elle s’est installée en Haïti, Michaëlle de Verteuil, appelée Mica, a développé petit à petit un concept qui combine l’instruction, l’apprentissage de métiers et la vie en communauté. C’est le complexe Paradis des Indiens. Au début, son école accueillait les enfants démunis des mornes dont les parents ne pouvaient pas payer la scolarité. Ils venaient pieds-nus et ils avaient faim. Mica a développé un programme d’apprentissage et ses résultats aux examens officiels lui ont valu la notoriété dont ses écoles bénéficient aujourd’hui.

Mica 1Aujourd’hui, ce sont les anciens de l’école qui travaillent aux ateliers de fabrication de produits artisanaux et de broderie. Leurs productions qui sont en bonne partie vendues à l’étranger, leur assurent un revenu pour payer les frais scolaires de leurs enfants. Haïti Futur, par exemple, vend les productions de Paradis des Indiens dans des expositions en France. L’argent retourne en Haïti pour soutenir le projet d’école du complexe. Encore, avec l’appui de l’association Haïti Futur, l’école centrale de Paradis des Indiens et quelques écoles des mornes sont aujourd’hui équipées du Tableau numérique interactif (TNI) qui permet aux enfants d’avoir accès à des cours numérisés.

Le film ci-dessus retrace le périple des techniciens de Haïti Futur et de ENERSA, une compagnie locale qui fabrique des panneaux solaire pour aller installer les TNI et l’équipement solaire. Les écoliers de la Paradis des Indiens, en plus de bénéficier des dernières technologies à travers le TNI, apprennent l’informatique, le jardinage, la menuiserie et la couture. Pour Mica, la vraie éducation ne consiste pas de gaver les enfants de formules théoriques, mais leur apprendre à la fois des métiers qui leur seront utiles toute leur vie. Mica est ainsi un modèle de sacerdoce, d’implication de la diaspora haïtienne dans un projet durable dont l’impact s’étale certainement sur plusieurs générations.

« Aux Abricots, Haïti, de la lumière plein les yeux » nous plonge dans la vie de Mica et les périples de ceux qui contribuent à faire du complexe Paradis des Indiens, notamment les écoles, un projet viable. Ce film de 24 minutes est réalisé par notre collaborateur Ralph Thomassaint Joseph. Il a travaillé sur ce projet avec les techniciens Jude Staley Roy, Evens Louis et Frantz Pierre qui ont déjà contribué aux productions de Ayibopost.

Commentaires

Ayibopost Team
La rédaction de Ayibopost

    Brésil vs Allemagne : l’Or de la revanche ?

    Previous article

    Jusqu’à ce que la mort nous sépare

    Next article

    Comments

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost