JusticeOp_EdsSOCIÉTÉ

OP-ED: En mémoire du juge Sténio Bellevue, digne fils d’Haïti

0

Oui, il est de ces vivants qui remplissent leur mission avec une telle simplicité et une telle humilité qu’ils finissent par ne pas attirer l’attention des gens trop habitués à l’extravagance des imposteurs et des êtres infâmes

Le jeudi 21 mai 2020, une étoile s’est éteinte dans le ciel pourtant déjà sombre de la justice haïtienne. Un Magistrat de l’Ordre judiciaire doté d’une compétence exceptionnelle et d’un sens élevé de la justice s’est éteint à un carrefour où, paradoxalement, il ne reste de notre appareil judiciaire que le nom et les immeubles. Un Haïtien d’une intégrité éprouvée nous a quittés à un moment où notre société fait face à un problème d’homme et de femme de caractère. Maitre Sténio Bellevue, figure de proue de la justice d’Haïti, un des valeureux Juges à la Cour de Cassation de la République, est parti malheureusement sans avertir.

Il s’en va relativement tôt, comme pour exprimer son ras-le-bol face au comportement servile de la plupart de ses collègues magistrats qui préfèrent chercher la bonne grâce des politiciens pour s’assurer du renouvellement de leurs mandats de juge au lieu d’exercer véritablement « leur pouvoir de juger ». Son étoile s’est éteinte en ce monde sensible, mais pour aller briller heureusement dans le monde des esprits aux côtés de celles de nos rares compatriotes qui, en silence, ont rempli vaillamment et courageusement leur mission.

Qu’il nous soit alors permis, sans avoir la prétention de bien connaître l’homme, de souligner quelques aspects fondamentaux de sa vie.

Un Enseignant-chercheur qui a marqué son temps

Le départ brusque de Maitre Sténio Bellevue plonge le monde de la basoche et les étudiants des Écoles de droit de la ville des Cayes dans une profonde consternation. Maitre Sténio Bellevue fut un Enseignant-chercheur en droit très adulé au niveau du département du Sud. Depuis tantôt 25 ans, il contribue avec force, passion et désintéressement à la formation des jeunes de la région. Il enseignait le Droit pénal général, le Droit pénal spécial, la Procédure pénale avec une dextérité telle que ses étudiants l’appelaient avec raison « le maitre des bêtes ». « Il suscitait chez nous, de par sa façon d’enseigner, l’envie du droit. Chez lui, c’était le droit à l’état pur, sans intérêt ni fioriture. Il constitue pour nous autres, jeunes Avocats dans la juridiction, un véritable patrimoine », nous a confié maitre Jean-Fritz Noël, jeune Avocat au barreau des Cayes qui fut son ancien étudiant.

Homme de nature réservée, Maitre Sténio Bellevue prenait pourtant du plaisir à partager son savoir et ses expériences avec les jeunes qu’il accompagnait aussi dans la rédaction et la soutenance de leurs mémoires de sortie. « Maitre Bellevue était fait pour enseigner. Il aimait tellement ce qu’il faisait qu’il passait son temps à recevoir des mémorants tant à son bureau qu’en sa demeure », a aussi témoigné maitre Joseph Saunel Louis, jeune avocat au barreau des Cayes.

En outre, il lisait à longueur de journée. « Quand on a des étudiants aussi éveillés que toi, il faut lire et renouveler sans cesse son savoir pour pouvoir combler leurs attentes », telle fut la réponse de Maitre Bellevue à l’un de ses anciens étudiants, Maitre Sylvain Pierre, qui lui demanda un jour pourquoi il avait toujours un livre en main.

De surcroît, son épouse née Lisette Lubin nous a rappelé que le maitre a aussi eu une brillante carrière d’enseignant en sciences sociales au niveau des classes terminales. « Indiscutablement, maitre Sténio Bellevue aura laissé son empreinte indélébile dans l’enseignement au niveau de la ville des Cayes. Il a enseigné la gratitude dans toutes les salles de classe où il passait et aimait paraphraser Napoléon Bonaparte qui disait que « l’ingratitude est le plus vilain des défauts », a ajouté maitre Jean Osselet FORTIUS du barreau des Cayes. Comprenez donc que la jeunesse intellectuelle du département pleurera longtemps encore le départ de ce mentor, ce « vir bonus dicendi peritus : cet homme de bien, habile à bien parler. »

Un magistrat qui, jusquà sa mort, n’a jamais marchandé le mot du droit

D’un autre côté, la juridiction des Cayes a aussi perdu l’un de ses meilleurs représentants au plus haut niveau du système judiciaire haïtien. La plus haute instance judiciaire du pays, la Cour de cassation, qui a accueilli maitre Bellevue en février 2019, voit partir un juge d’une espèce rare qui a toujours fait de la discipline son principal crédo.

Sténio Bellevue fut un magistrat de caractère qui cultivait, toute sa vie, la probité et la passion de la justice. Ses anciens collègues sont unanimes à reconnaitre qu’à aucun moment de sa carrière, ils n’ont entendu des soupçons de corruption ou de pot-de-vin à son endroit. « Je ne me souviens pas d’avoir entendu le nom de maitre Bellevue impliqué à tort ou à raison dans un scandale de corruption quelconque depuis son intégration dans le système judiciaire. C’est quelqu’un qui menait sa vie humblement et paisiblement avec sa famille », nous a confié maitre André Esner Milien, magistrat retraité et ami d’enfance du défunt. Témoignage éloquent concernant un magistrat haïtien ayant plus de 25 ans de carrière… Preuve aussi que le système judiciaire du pays compte encore, malgré tout, des magistrats honnêtes et dignes. Son passage dans des postes clés de l’appareil judiciaire lui a valu le respect et la révérence de la part des professionnels du droit de la région au point qu’il est resté un grand Conseiller pour beaucoup de magistrats et avocats qui sans cesse le consultaient.

Un Magistrat qui a blanchi sous le harnois

Après la soutenance de son mémoire en Droit, maitre Bellevue a démarré sa carrière comme Substitut du Commissaire du Gouvernement au Parquet près le Tribunal de Première Instance des Cayes. Il n’a pas mis du temps pour être promu Juge de siège, puis Doyen au Tribunal de Première Instance du même ressort. A chacune de ces étapes de sa carrière, il s’est toujours illustré par sa rectitude, sa grande simplicité et la profondeur de ses réflexions juridiques. « Tout le prédestinait aux fonctions judiciaires qu’il a toujours exercées d’ailleurs avec noblesse et grandeur d’âme », a précisé maitre André Esner Milien, déjà cité plus haut.

Promu au Parquet près la Cour d’appel des Cayes en 2004, il y restera pendant 15 ans jusqu’à ce qu’en février 2019, il fût nommé Juge à la Cour de cassation de la République. Pour un Magistrat de l’Ordre judiciaire, il n’y a pas meilleure façon de couronner sa carrière. D’ailleurs, quel est ce Magistrat qui ne rêve pas de finir sa carrière à la Cour de cassation ? Maitre Bellevue s’est éteint définitivement le jeudi 21 mai 2020 à l’âge de 61 ans des suites d’un malaise cardiaque. Avec tous les bons exemples que ce magistrat laisse derrière lui comme héritage, il a une place bien méritée dans la galerie des rares magistrats modèles qu’Haïti a produits.

Après avoir ainsi servi la cause de la justice pendant plus d’un quart de siècle, maitre Bellevue est parti la tête altière, le front serein et le cœur léger. Il est l’un des beaux fleurons de la justice haïtienne, un magistrat irréprochable à tous égards, un exemple vivant que nous offrons avec fierté à nos jeunes juristes qui optent pour la magistrature.

Un père de famille serein… un bon vivant

En plus de tout cela, maitre Sténio Bellevue fut un père discipliné, aimant et soucieux de sa famille à laquelle il était très soudé. Il a laissé quatre fils, tous de son épouse Lisette. Pour couronner le tout, il fut un bon vivant. Toujours de bonne humeur, il aimait la vie et les réjouissances. Personnellement, nous le croisions souvent accompagné de toute sa famille dans des fêtes patronales organisées dans des communes proches de la ville des Cayes. Ce fut un fêtard qui aimait la simplicité et les bonnes choses de la vie.

Ses collègues et amis garderont longtemps encore de très bons souvenirs de lui. C’est par exemple le cas de maitre Jean Louinel Duverne, actuel commissaire du Gouvernement au Parquet près la Cour d’appel des Cayes qui précise ceci : « Quand j’étais Substitut au parquet près la Cour d’appel, maitre Bellevue était Commissaire du Gouvernement au même Parquet. Il était mon modèle. Quand il est parti à la Cour de cassation, je l’ai remplacé comme chef du Parquet près la Cour d’appel. Il est alors resté mon modèle. Il le restera même après son départ ».

Bref, un Enseignant-chercheur soucieux de la formation de la jeunesse, un magistrat qui a blanchi sous le harnois, qui n’a jamais sali sa robe noire et qui n’a jamais marchandé le mot du droit, un père de famille qui a grandi ses enfants dans l’amour et la fraternité, un bon vivant qui aimait la vie et qui s’éclatait à chaque fois avec ses amis, maitre Bellevue était tout ça et… bien plus encore. « Tu mérites une place de choix dans le patrimoine juridique de notre pays », comme l’a si bien souligné un de tes anciens étudiants, maitre Joseph Saunel Louis ».

Adieu maitre Sténio BELLEVUE !

Tu fais partie de ces vivants dont la simplicité et l’intégrité n’ont pas pu attirer l’attention d’un monde qui n’a jamais eu d’yeux que pour voir les extravagants, un monde qui n’a jamais eu de cœur que pour aimer les imposteurs.

Repose-toi en paix maitre Bellevue !

Marcello JEAN-LOUIS

Les Cayes, le 15 juin 2020

Commentaires

Le calvaire du policier haïtien pour obtenir des soins hospitaliers

Previous article

Tessa Mars: « Ma préoccupation première est de comprendre le fonctionnement du monde autour de moi »

Next article

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost