CULTUREEN UNERECOMMENDEDSOCIÉTÉ

On a fêté nos 5 ans avec Youssoupha et c’était beau. Merci !

0

Il y a 5 ans et 3 mois de cela, Ayibopost était lancé. C’était le 1er juin 2014, soit quatorze jours avant la Coupe du Monde au Brésil. Une grande partie de nos premiers articles publiés furent autour de la compétition. On ne savait pas trop ce qu’on voulait, on était hésitant, on doutait, et on était par-dessus tout préoccupé par la phobie d’être inintéressant.

Dans le brouillard et l’incertitude naturels des débuts, on était sûr d’une chose : il fallait qu’Ayibopost provoque des discussions sur les sujets importants auxquels était confrontée notre société. On a posé nos premières pierres en faisant un pari sur l’intérêt naturel de certains esprits à s’investir dans un grand débat sociétal. « Participative » est naturellement devenue l’attribut clé de la plateforme Ayibopost. Nos contributeurs étaient de tous horizons… étudiants, jeunes professionnels, doctorants, spécialistes en X,Y, et même en Z. La magie de l’internet a éliminé les distances géographiques de nos blogueurs situés aux quatre coins du monde.

Deux ans plus tard, soit vers la fin 2015, on a fait le saut vers la vidéo. Il était de plus en plus évident qu’Ayibopost devait s’investir dans l’audiovisuel. Ce saut s’est fait sous l’impulsion des tendances du secteur numérique permettant de déceler que l’on s’orientait de manière drastique vers une plus forte consommation de vidéos. Comme de fait, en 2017 la consommation de contenus vidéo en ligne a dépassé celle des écrits. Toutes les prédictions montrent que cette tendance va se renforcer dans les années à venir avec les mutations qui favorisent la vidéo sur les plateformes sociales telles Instagram, Facebook, YouTube ou Twitter. À date Ayibopost, compte 270 vidéos à son actif !

Vers la fin de l’année 2016, on a commencé à questionner la soutenabilité de notre modèle basé sur la libre contribution de nos blogueurs. Bien que captivantes et souvent perspicaces, les billets reçus ne couvraient pas tous les sujets qu’on souhaitait voir sur la plateforme. On n’a jamais voulu imposer quoi que ce soit à nos contributeurs. Néanmoins, pour avoir une création de contenu stable, il fallait mettre sur pied une équipe de rédaction et passer à un mode de fonctionnement hybride.

Après une longue année de remue-méninges à l’interne, on s’est mis d’accord qu’il fallait monter une salle de rédaction avec une équipe de journalistes et d’éditeurs engagée à aller plus loin que la nouvelle. On voulait cultiver un journalisme explicatif, un journalisme curieux et intéressant. On voulait comme cela a toujours été le cas dès les débuts d’Ayibopost, traiter de sujets d’intérêt national sur de nouveaux angles. Notre salle de rédaction a été opérationnelle en novembre 2017 avec deux journalistes, une éditrice et un éditeur en chef. Aujourd’hui nous comptons six journalistes, une éditrice et un éditeur en chef. Ayibopost a considérablement grandi.

Pour faire marcher la petite machine médiatique que nous montons pièce par pièce, on a parallèlement créé AyiboStudio, une entreprise de création de contenu vidéo, spécialisée en animation et court documentaire. AyiboStudio est jusqu’à date le principal bras financier du média Ayibopost.

En avril 2019, on a lancé un nouveau site web qui sied mieux aux ambitions fixées. L’application mobile qu’on avait annoncée pour juin de cette année est encore en développement. Entre AyiboSport, nos différentes séries vidéos dont Anriyan, la Rubrique économique, une nouvelle série sur l’éducation sexuelle à venir et tant d’autres… on a du pain sur la planche.

Il fallait que l’on couronne ces multiples étapes franchies en tant que jeune institution par un événement mémorable. Il nous fallait trouver un artiste qui enchanterait d’abord notre équipe, la large famille d’Ayibopost et notre audience, qui est restée fidèle pendant ces cinq ans sans jamais tomber dans la complaisance. Il nous fallait un artiste dont l’art et les aspirations restaient en ligne avec les valeurs que nous souhaitons cultiver au sein de notre institution ; un artiste qui, comme on le souhaite à Ayibopost, aide son audience à mieux appréhender le monde ; un artiste qui conscientise son public.

On a annoncé le concert de nos cinq ans avec Youssoupha dans un contexte sociopolitique difficile. Pour la première fois, Haïti allait recevoir le lyriciste Bantou. Celui qui nous a rappelé dans son tube avec Kery James qu’Haïti est un « Royaume d’Africa ». Il était aussi excité que l’équipe d’Ayibopost par l’idée de visiter la terre de ses héros, le pays de Dessalines, Toussaint Louverture, Alan Cavé et Dany Laferrière. Il a visité notre site web, lu nos articles et regardé nos reportages vidéos. Arrivé en Haïti son staff et lui ont été curieux, avide de comprendre l’histoire de ce pays qui fascine Youssoupha depuis son adolescence.

Après des mois de préparation, le concert a été comme on l’a tous souhaité: une belle fête avec la famille, les blogueurs, nos journalistes, les amis, nos lecteurs, le DJ, la lumière, Klib, Akoustik, BIC, Gaëlle, les gesteurs et gesteuses, les photographes, les artistes du Bel-Air, les volontaires, l’ambiance, les sourires, les fous rires, Youssoupha, Myst, Lasana … Tous ceux cités et tant d’autres ont contribué à la réalisation du premier concert de Youssoupha en Haïti pour célébrer les cinq ans d’Ayibopost. Le public et nos lecteurs ont été notre seul sponsor. Merci d’avoir partagé ce beau moment avec nous.

Commentaires

Ayibopost Team
La rédaction de Ayibopost

    Estad « Sylvio Cator » tounen garaj machin

    Article précédent

    Les mendiants spécialisés dans les fêtes patronales en Haïti

    Article suivant

    Commentaires

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost