PODCAST

Medam yo ranse #6 : Créatives

0

Créer ! Quel joli verbe, pour ce sixième numéro place à des créatives peintre, cinéaste et architecte. Nos trois invitées discutent avec nous de leur art, leurs rêves mais aussi leurs engagements en tant que créatives. Elles nous parlent des défis auxquels elles font face en tant que femmes, artistes ou citoyennes.


Invitées

Gessica Généus – Cinéaste et comédienne

Mafalda Mondestin : Mafalda Nicolas Mondestin (née en 1982) est une artiste formée en graphisme au Valencia Community College. Elle est née aux États-Unis et a aussi partagé son enfance entre Haïti et le Canada. En 2012, Mafalda retourne en Haïti où elle se consacre à la peinture. Elle travaille entre autres avec AfricAmérica et le Centre d’Art où elle enseigne la peinture. Sa démarche artistique réunit plusieurs médiums tels que la peinture, le dessin et la gravure et le numérique. Mondestin a exposé ses oeuvres en Haïti, aux États-Unis et en France. Elle vit et travaille en Haïti.

Isabelle Jolicoeur : Après des études secondaires en Haïti, Isabelle A. Jolicoeur obtient sa licence puis une maitrise en Architecture de l’Université de Montréal. En 2015, elle fonde Aetypik, une plateforme qui agit à la fois comme une vitrine virtuelle sur la créativité haïtienne mais aussi comme incubateur d’initiatives formatrices et inspirantes (conférences, ateliers etc.) pour professionnels ainsi que le grand public. Depuis, avec l’équipe passionnée d’Aetypik, puis avec la création de sa propre firme d’architecture avec son associée Christine Laraque « Ateliers Co-Lab », elle a une mission: faire valoir l’architecture et la créativité en général, comme outil indispensable au façonnement d’une société durable.

Matériel sonore

Interview Kettly Mars – Loop Haïti

Konpa Z de Zshea – Siromiel

 M’pa Gen Zanmi Ankò –  Toto Bissainthe

Commentaires

Fania Noël
Responsable de la stratégie de développement | Habite les frontières, avant de venir en Haïti, elle était militante afroféministe et panafricaine dans des organisations basées en France. Elle a aussi fait un tour pour travailler pour des organisations aux Etats-Unis et au Canada.

    Ki wòl DINEPA genyen nan trete dlo moun fin itilize an Ayiti ?

    Previous article

    Haïti 2019 : La tragédie va au delà de la dépréciation de la gourde

    Next article

    Comments

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost