0

Cher ami,

Ce n’est point par proximité affective ni désir de verser dans la controverse, mais plutôt par l’affirmation de mon engagement ferme sur le pacte républicain, promesse d’équité et d’égalité, que je me désolidarise de l’injustice que tu subis.

La liberté est la pierre angulaire de toute société. Toute restriction greffée sur elle ne saurait être acceptable que si de nature à assurer le bonheur de tous! Aussi, aucun être humain ne devrait se voir dicter ses comportements, ses inclinations ou la façon de s’affirmer au monde dans aucune communauté démocratique sans se voir confisquer l’essence de son existence qui est ce bien fondamental.

Cela dit, mon engagement contre les insultes, le harcèlement, la marginalisation et la violence physique dont tu es l’objet ne saurait être interprété comme adhésion ou même préférence pour tes choix! Loin de là. Qui suis-je pour te juger? Mais plus encore, de quel droit aurais-je mon mot à dire sur tes passions intimes?

Quand la religion s’aventure hors des cadres de la réglementation égalitaire sociale, la seule qui prévaut pour tous, elle parcourt des sentiers périlleux où la tyrannie, le rejet de l’autre et l’intolérance élisent domicile. Je rêve d’une société où la différence, loin d’être pathologique, serait un baume appliqué sur notre mal à être tous ensemble dans la paix!

Cher ami, de grâce, ne te rabaisse pas à l’exercice qui consiste à répondre au mal par le mal. Les moyens doivent au long de la quête honorer la fin! Liberté. Égalité. Fraternité. Droits de l’homme. État de droit… Voilà tes repères.

Avec l’espoir de voir poindre à l’horizon la silhouette réconfortante de la garantie d’être différent dans la dignité, reçois toute mon affection.

17 mai: Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie

Photo credit: Josué Azor

Commentaires

Widlore Mérancourt
Éditeur en chef d'Ayibopost. Consultant média. Amateur de philosophie. Grand curieux des nouvelles façons d'exercer le journalisme. Grand curieux, tout simplement.

M pap kite pou ou, se ou k pou kite pou mwen!

Previous article

Les consommateurs haïtiens peuvent finalement acheter des Bons-BRH

Next article