ÉCONOMIESOCIÉTÉ

L’équipe gagnante du “Hult Prize” représentera Haïti à New York

0

Au début du mois de mai 2018, trois étudiants de l’Université d’État d’Haïti (UEH) ont remporté le concours d’entrepreneuriat social ”Hult Prize Haïti”. Grâce à ce couronnement, ils vont représenter le pays à la phase finale de ce même concours, au niveau international, le 15 septembre de cette année à New York. Paul Obed Dumersaint, Mackenson Cineus et Etzer-Louis Charles sont donc les heureux gagnants.

 

Hult Prize est un concours international sur l’entrepreneuriat qui, chaque année, met en lice des étudiants du monde entier autour de thématiques sociales devant permettre d’atteindre les Objectifs du développement durable (ODD) de l’ONU. Le thème de cette année porte sur les énergies renouvelables et le meilleur projet sera récompensé d’un cachet d’un million de dollars américains. Organisé par les fondations Hult et Bill Clinton, ce concours a déjà lieu dans plus de 150 pays depuis 2009 ; avant que Mike Bellot, concepteur de Solo Bag, ne l’introduise en Haïti.

Pour cette grande première dans le pays, treize universités se sont mobilisées. Une équipe gagnante (composée de trois ou quatre candidats) est désignée dans chaque université. Ce qui donne droit à treize équipes haïtiennes de participer dans les compétitions régionales qui mènent jusqu’à la phase finale au siège des Nations Unies à New York en septembre prochain.

Selon ce procédé, aucune équipe haïtienne ne devrait participer à ladite finale puisqu’aucun de leurs projets n’a été retenu dans les compétitions régionales. Mais les organisateurs – en voulant honorer la première participation des pays comme le Mexique, l’Inde et Haïti –, ont décidé de réserver une place en finale à l’un de leurs représentants. C’est ainsi qu’un concours national de Hult Prize est réalisé et l’équipe de Dumersaint, Cineus et Charles ont reçu le fameux ticket pour se rendre à New York. Mais avant, les champions devront passer deux mois d’incubation à Londres en vue de s’étoffer pour la phase ultime.

Le projet WEISS

WEISS, acronyme signifiant WE Integrate Sustainable Solutions*, est le nom que les étudiants-lauréats ont choisi pour désigner leur équipe. Il peut également se lire en allemand pour être traduit en français par ”sage”. La sagesse de l’entreprise doit être comprise ici comme l’effort à fournir pour atteindre les ODD en transformant l’environnement et la communauté haïtienne. C’est ce sur quoi est porté essentiellement le projet WEISS. Il s’agit de convertir les déchets organiques en biométhane – gaz naturel qui pourra remplacer l’utilisation du charbon à l’avenir – et en biofertilisants ou engrais que les agriculteurs pourront utiliser dans leurs champs. Cette transformation se fera à partir d’un appareil appelé biodigesteur.

« Nos impacts sont étendus dans plusieurs secteurs », soutient Etzer-Louis Charles, étudiant à l’INAGHEI, qui est convaincu que son projet répond à onze des dix-sept objectifs du développement durable pris à l’unanimité par les États membres de l’ONU en 2015. Que ce soit sur le plan environnemental, sanitaire, social ou économique, ce projet ne peut être que bénéfique pour le pays, croit-il. Avec Paul Obed Dumersaint de la FAMV et Mackenson Cineus de la FDSE, il entend défendre sa startup du bec et des ongles à la finale. « Car tout un pays y sera représenté », d’après lui.

* Nous intégrons des solutions durables

Commentaires

Romaric Fils-Aimé
Conscient que vous avez beaucoup à dire et à nous apprendre, je mets ma plume à votre disposition. Je suis de ceux qui croient que le journalisme peut servir, de manière utile, à la construction d’un monde meilleur. Attelons-nous-en !

    176 ans plus tard, la ville du Cap-Haïtien n’est toujours pas prête !

    Article Precedent

    Evitez les accidents! l’OAVCT ne fonctionne toujours pas

    Article Suivant

    Comments

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost