SOCIÉTÉ

La mort affreuse de Fabrice Pierre

0

Le jeune cinéaste a connu une mort horrible, pour avoir été au mauvais endroit, au mauvais moment

La nouvelle a circulé aussi rapidement qu’une traînée de poudre. Un jeune cinéaste s’est fait lyncher à Jacmel, aux environs de Cyvadier. Les réseaux sociaux se sont rapidement fait le canal de transmission de la nouvelle macabre. Les versions du drame se suivent et ne se ressemblent pas. On ne sait pas avec certitude comment les faits se sont déroulés.

Quoiqu’il en soit, Fabrice Pierre, ancien étudiant de Ciné Institute, est mort. Yvon Gabriel, un proche qui vivait dans la même maison que lui, confirme que les funérailles auraient dû se dérouler ce 9 mai 2020 à 9 heures AM au Centre polyvalent de Jacmel. « On était obligés de réaliser les funérailles rapidement, explique Yvon Gabriel. Son corps était en miettes. On a dû le recoudre. Il ne pouvait pas rester longtemps sans sépulcre. »

Lire aussi: Enfants morts à Fermathe: la mairie de Kenskoff dénonce les agissements Me Févry

Mais, le commissaire du gouvernement de Jacmel, Lionel Cherima, a décidé de surseoir à toute cérémonie, informe Guy-Robert Barjon, un ami proche du défunt. « Ils veulent qu’une autopsie soit faite, dit Barjon. La justice n’a pas encore ouvert d’enquête. L’enterrement est reporté à une date que personne ne connaît. »

Fabrice Pierre était le père d’un bébé de neuf mois. Sa conjointe est inconsolable, selon Yvon Gabriel. « Ils s’aimaient beaucoup, même si parfois ça n’allait pas fort. Mais elle n’arrive pas à croire que son homme est vraiment mort. Hier, j’ai vraiment eu peur qu’elle ne commette une bêtise. Elle semble aller un peu mieux maintenant. »

Un premier cadavre

Chacun se précipite pour donner sa version de l’histoire. Selon Guy-Robert Barjon, certaines informations ne font que tuer son ami une seconde fois. D’après ses recherches, tout a commencé par une histoire de mangues. « C’est une dame qui s’est introduite dans le jardin d’un homme pour cueillir des mangues, explique-t-il. Mais à ce qu’on dit, elle n’a pas vraiment toute sa tête. »

Le propriétaire du jardin en colère aurait agressé physiquement l’intrus, la mettant mal en point. « Le frère de cette dame, continue Guy-Robert Barjon, un certain Ernso est venu venger sa sœur. Il refusait toute demande d’entente du propriétaire du jardin. Lui, il voulait que justice soit faite, et que sa sœur soit prise en charge. »

Lire également: « La justice n’existe pas en Haïti ces jours-ci »

Ernso aurait agressé lui aussi le propriétaire du jardin qui se serait retrouvé quelques instants plus tard à l’hôpital, en mauvais état. C’est à ce moment que son neveu, un policier, a été informé de la situation.

Ce neveu, ainsi qu’un autre policier, est un ami de Fabrice Pierre. « Vers trois heures, je revenais du travail, j’ai croisé la voiture de Fabrice. Il prenait la direction de l’endroit où a lieu le drame », se rappelle Barjon.

Les trois hommes sont montés dans la voiture, car Fabrice Pierre leur rendait le service de les amener à Cyvadier.

D’après Difficile Ketlain, autre ami proche, le cinéaste allait à la plage, en direction de Raymond les bains. Cyvadier est sur la route ; c’était donc facile pour Fabrice Pierre de déposer ses deux amis sur les lieux.

« Lorsqu’ils sont arrivés, dit Guy-Robert Barjon, une bagarre s’en est suivie. Ernso a essayé de désarmer l’un des officiers. Finalement, il sera atteint de deux balles. Une première à l’épaule, et une seconde qui le tuera. »  

L’endroit où le drame a eu lieu est réputé dangereux depuis quelque temps. Il est l’antre d’individus armés qui auraient déjà attaqué des forces de l’ordre récemment.

Une mort horrible

Après la mort d’Ernso, les deux amis de Fabrice Pierre auraient pris la fuite, tout en l’aidant à s’enfuir aussi. Mais, on ne sait pas pourquoi, le cinéaste est revenu sur les lieux quelques instants plus tard alors que ses amis étaient déjà partis.

« La population a voulu l’attraper, dit Guy-Robert Barjon. Il a laissé la voiture pour prendre refuge chez un ferronnier de la zone qui le connaissait. Celui-ci a supplié la foule de laisser Fabrice. Il s’est même mis à genoux pour leur expliquer que le jeune homme n’y était pour rien. »

Lire aussi: L’État haïtien vous a fait du tort? Introduisez une action en justice !

Rien n’y fait. Aveuglée par la colère, la petite foule ne jure que par la loi du talion. Œil pour œil, dent pour dent. « Fabrice s’est enfui, les gens l’ont suivi, poursuit Guy-Robert Barjon. Ils lui ont jeté des pierres. Puis quelqu’un l’a atteint d’une balle dans le dos. Il est tombé. Il a voulu se relever, mais on l’avait déjà attrapé. »

Le reste n’est qu’une triste histoire. Fabrice Pierre est lapidé. Les machettes ont déchiqueté sa chair. Une dernière balle à la tête mettra fin à son supplice. Pendant l’acte, il n’aurait pas cessé de clamer son innocence.

Yvon Gabriel croit que cette mort aurait pu être évitée. « Le Cine Institute est très proche de la zone », dit-il. « Et tout le monde ou presque connaissait Fabrice. Je comprends qu’ils voulaient se venger, mais ils auraient pu entendre sa version avant de le tuer ainsi. »

Un bon professionnel

Les amis de Fabrice Pierre s’entendent tous sur ce point : il était un professionnel de qualité. « Sa filmographie est bien remplie, dit Ketlain Difficile, un responsable de Okap Film Festival, qui comptait diffuser un documentaire de Fabrice. Il aimait tellement son métier qu’il ne se contentait pas d’être réalisateur. Il était aussi monteur, producteur, distributeur. Il pouvait travailler à n’importe quel maillon de la chaîne. »

Guy-Robert Barjon est de la même promotion que Fabrice Pierre. C’est là qu’ils sont devenus amis. Ils auront la chance de collaborer sur d’autres projets qui ne feront que raffermir les liens d’amitié entre eux.

« Il m’avait désigné pour être le parrain de son bébé, tant on était proches, dit-il. Il m’a accompagné dans la production du film Machann fig la. Il s’occupait de presque tout. Je lui reprochais parfois de se laisser aller dans quelques projets, mais en général il était impeccable. »

Les deux hommes ne tarissent pas d’éloges sur le défunt. « Quand j’ai appris la nouvelle de sa mort, et que j’ai vu les photos, avoue Ketlain Difficile, j’ai d’abord pensé que c’était une blague entre cinéastes, un maquillage. Mais depuis ce jour, je ne mange plus. Ce n’est pas parce qu’il est mort que je le dis, mais Fabrice était génial. En quatre ans je ne me rappelle pas une fois l’avoir vu en colère. »

Les amis de Fabrice Pierre comptent lui rendre hommage. « Nous allons présenter son travail, dit Guy-Robert Barjon. Nous allons aussi réaliser un court montage et chacun de ses amis dira quelques mots, pour l’aider dans sa traversée. »

 

Cet article a été mis à jour le 5/9/2020, à 4h35 p.m. pour ajouter quelques détails sur les circonstances de la mort de Fabrice Pierre.

Jameson Francisque

Commentaires

Jameson Francisque
Linguiste. Journaliste. Passionné de technologie. Je m'intéresse à la politique et à l'économie. Ah, j'écris aussi un peu de poésie, histoire de faire passer la vie.

Haïti a planté des bananes pour récolter des pompes à essence

Previous article

OP-ED: Vòlè tè se youn nan rezon ki fè envestisè refize met pye Ayiti

Next article

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost