EN UNEPOLITIQUE

Haïti : Dix massacres qui ont marqué ces 50 dernières années

0

Plusieurs massacres étiquetés d’État ou perpétrés par des bandits ont été enregistrés durant le XXe et le début du XXIe siècle. Ci-dessous, une liste non exhaustive des bains de sang qui ont plongé la population haïtienne dans la désolation.

________________________________

 

Massacre à Carrefour-feuilles

Avec la présence de Sony Jean alias Ti Je, Carrefour-feuilles était devenu un bastion de terreur et de violence de tous genres. Il avait le contrôle exclusif de Savann Pistach. Dans la nuit du 24 avril 2019, les membres du gang de Ti Je ont ouvert le feu sur des individus sans défense à l’impasse Eddy. Quatre personnes sont mortes sur le coup, quatre autres ont rendu l’âme à l’hôpital et douze autres ont été blessés par balles.  Ces données ont été présentées par la Fondasyon Je Klere dans un communiqué rendu public le 25 avril 2019.

Massacre à La Saline

Deux attaques contre des civils ont été enregistrées à La Saline au cours du mois de novembre 2018 selon le rapport d’enquête produit par le RNDDH : Les événements survenus à La Saline : de la lutte hégémonique entre gangs armés au massacre d’État,

Le 1er novembre 2018, des habitants de Projet La Saline ont été surpris par les gangs armés de Nan Chabon et de Kafou Labatwa pendant qu’ils fêtaient La Toussaint. Cinq personnes ont été tuées et neuf autres ont été grièvement blessées par balles.

Douze jours après, soit le 13 novembre 2018, une autre attaque a été menée par des individus de la base Nan Chabon accompagnés de plusieurs autres gangs de la capitale. Circulant à bord de véhicules appartenant aux agents de la Brigade d’opération et d’intervention départementale (BOID), ils se sont introduits dans au moins 150 maisons à La Saline pour y arracher des hommes et des femmes qui seront exécutés en pleine rue. Le bilan s’élève à 73 victimes, dont 59 cas d’assassinat, 2 disparus, 5 blessés par balles. En plus, sept filles ont été violées. Les enquêtes du RNDDH ont révélé que ces attaques sont des massacres d’État.

Massacre à Grand Ravine

Grand Ravine est une localité située dans la troisième circonscription de Port-au-Prince. Ce quartier a fait la une de l’actualité surtout après la disparition du photojournaliste, Vladjimir Legagneur. Le contrôle du quartier est assuré par des chefs de gangs lourdement armés qui se succèdent au fur et à mesure qu’ils se font prendre par la police ou assassiner dans des affrontements.

Dans le cadre d’une opération menée le lundi 13 novembre 2017 par la Police nationale d’Haïti  dans cette localité, des bandits s’étaient réfugiés au local de la Mission évangélique Maranatha à l’avenue Bolosse pendant que la PNH procédait à des arrestations. Avertie de ce retranchement, la PNH a tenté de dénicher ces gens qui, subitement, ont ouvert le feu sur les agents de la PNH. Deux agents de l’Unité départementale de maintien de l’ordre (UDMO) ont été abattus. Furieux, d’autres collègues policiers ont riposté causant ainsi la mort d’au moins sept individus. Un professeur et un gardien de l’école comptaient parmi les victimes durant ce drame.

Lire aussi : Les fiancés de Grand-Ravine

 

Massacre à La Scierie

En février 2004, la Scierie, une localité de la ville de Saint-Marc est entrée dans l’histoire des actes d’horreur en Haïti. Les douloureux événements survenus du 11 au 14 février font état de dizaine de morts, des actes d’incendie, de viols et des personnes décapitées. Selon les données du Réseau national de la défense des droits humains ce massacre avait été ordonné par les membres du pouvoir Lavalas voulant donner une réplique au bastion de l’opposition de cette localité. Des civils armés de l’organisation Bale wouze, des unités de la Police nationale d’Haïti (PNH) se sont mobilisés pour perpétrer cet acte.

Massacre à Raboteau

Pour rappel, le massacre de Raboteau s’est passé le 21 avril 1994. Des soldats des Forces armées d’Haïti envahirent Raboteau, un des quartiers de Gonaïves. Ces représailles eurent lieu dans le but de mettre fin aux manifestations hostiles aux auteurs du coup d’État. Le bilan du massacre s’élève à 8 morts au minimum et plusieurs cas de blessés par balles. En plus, des personnes ont été victimes de sévères bastonnades. Le jugement de l’affaire du massacre de Raboteau a conduit à la condamnation de plusieurs officiers de haut rang, certains d’entre eux ont été placés en détention par l’État. Le massacre de Raboteau est l’unique drame ou certains accusés ont été condamnés par l’État.

Massacre à Fort Dimanche

Fort Dimanche était un lieu de terreur du régime des Duvalier. D’autres événements tragiques ont aussi marqué l’histoire de ce Fort le 26 avril 1986. Les officiers de l’armée ont ouvert le feu sur une manifestation qui se déroulait pacifiquement. Ces militants réclamaient justice pour les victimes du régime Duvalier et les Volontaires de la sécurité nationale (VSN) communément appelés Tonton macoute. Cette tuerie a causé la mort de 15 personnes.

Lire aussi : Fort Dimanche, une mémoire dans l’oubli...

 

Massacre de Jean-Rabel

Des paysans, membres du groupement Tèt Ansanm de Jean-Rabel, commune du Môle-Saint-Nicolas (Nord’Est), avaient organisé une marche en 1986 pour présenter leur cahier de doléances au gouvernement militaire du général Henry Namphy. Ils réclamèrent, entre autres, du crédit pour les paysans, la fin des privilèges des grands dons sur les terres de l’État et la cessation des abus d’autorité des chefs de section. L’année suivante, précisément le 23 juillet 1987, ils ont été victimes d’un carnage, connu dans la mémoire collective sous le nom de massacre de Jean-Rabel. 139 paysans, tous membres du groupement Tèt Ansanm ont été tués. On a aussi dénombré près d’une centaine de blessés. La plupart d’entre eux ont été laissés en pâture aux chiens après avoir été tailladés à la machette. Les indexés de ce massacre furent le CNG, les forces armées d’Haïti agissant en complicité avec les propriétaires terriens de cette localité, Rémy Lucas et Nicol Poitevien.

Massacre de la Ruelle Vaillant

Le massacre de la Ruelle Vaillant marque notre triste histoire dans la rentrée du système démocratique. Le déroulement de la première élection démocratique selon le vœu de la constitution de 1987 a tourné en bain de sang. Le centre de vote de l’École Argentine Bellegarde (à la Ruelle Vaillant) a subi une attaque survenue le 29 novembre 1987, jour du scrutin. Le massacre a été réalisé par les paramilitaires néo-duvalieristes, de concert avec les membres des Forces armées d’Haïti. Le Conseil de gouvernement d’alors dirigé par Henry Namphy était contre l’idée du déroulement des élections qui étaient hors contrôle de l’armée.

Massacre de Saint Jean Bosco

Le 11 septembre 1988, la paroisse de Saint Jean Bosco a été le théâtre d’un drame qui a marqué l’histoire du pays et celui de l’Église catholique. Avec la théologie de la libération, Jean-Bertrand Aristide, prêtre catholique des salésiens de Don Bosco, se range souvent au côté du peuple dans ses homélies. Il se fait réprimander par les Salésiens pour ses prises de position politiques. Ce qui a attiré plusieurs menaces sur sa vie jusqu’à perpétrer un attentat dans cette paroisse qui a conduit à la mort de plusieurs fidèles. Des dizaines de personnes ont été tuées, d’autres ont été gravement blessées. La paroisse a finalement été incendiée.

Massacre de Cazale

Les cazalais gardent en mémoire les événements du 27 mars 1969. Cette date tragique marque une tuerie réalisée par les tontons macoutes sur la population de cette zone située à Cabaret. Près d’une vingtaine de gens ont été tués. Des opposants au régime duvaliériste ont été fusillés, d’autres furent enterrés vivants. Un nombre impressionnant de disparus et des actes de vandalisme ont été aussi enregistrés.

Lire aussi : Se pa sèlman pou kesyon dlo a rejim Divalye te fè masak Kazal la

Les faits retenus par le régime en place pour lyncher les gens de cette communauté sont entre autres : le refus des paysans à payer les taxes sur leurs produits agricoles, le remplacement du drapeau noir et rouge par le bleu et rouge à la caserne des militaires, les restrictions sur l’utilisation de l’eau de la rivière qui parcourait leur village au profit de Duvalier-ville (actuel Cabaret).

Emmanuel Moïse Yves

Commentaires

Emmanuel Moïse Yves
Journaliste à AyiboPost. Étudiant en communication sociale. Je pratique le journalisme pour le rendre utile à la communauté.

    La musique haïtienne risque la mort si elle ne s’adapte pas aux nouvelles technologies

    Previous article

    Une industrie lucrative se crée autour du «Douko» en Haïti

    Next article

    Comments

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost