SOCIÉTÉ

Grave crise électorale à la faculté d’ethnologie de l’UEH

0

La contestation des élections pour élire un nouveau doyen occasionne la fermeture de cette entité

De nouvelles élections ont eu lieu à la Faculté d’ethnologie le 15 janvier 2021. Ces joutes électorales devaient mettre fin à l’administration par intérim de Claude Mane Das et élire un nouveau conseil décanal à la tête de la structure universitaire.

La nomination de Claude Mane Das par le Rectorat de l’Université d’État d’Haïti (RUEH) a eu lieu le 14 août  2018. Il remplaçait l’ancien doyen Jean-Yves Blot qui avait roulé sa voiture en juin 2017 sur un étudiant qui tentait de lui barrer la route. Cet incident avait aggravé une crise aiguë à la faculté occasionnant sa fermeture pendant près de quatorze mois.

Le résultat des élections du 15 janvier proclame élus les candidats Ilionor Louis, Sandy Larose et Lucien Fritz Maurepas. Ils ont respectivement brigué pour les postes de doyen, vice-doyen aux affaires académiques et doyen à la recherche.

L’actuel doyen ad intérim Claude Mane Das qui était, lui aussi, candidat pour le poste de doyen, l’actuel secrétaire général Direny Theuriet, et le professeur Micado Thélusma ont été les candidats perdants de cette élection, selon le professeur d’économie Moïse Élius qui préside la commission électorale de la Faculté d’ethnologie.

« Ces derniers avaient accepté leur défaite après la publication partielle de l’élection », dit Élius. Mais peu de temps après, le doyen ad intérim Claude Mane Das a contesté les élections auprès de la commission électorale de la faculté. Il remet en cause le mode de calcul et avoue être qualifié pour un deuxième tour. Sa démarche a été rejetée par la commission électorale.

Depuis, la faculté est prise en otage. « L’actuel secrétaire général Direny Theuriet avait ordonné aux personnels de l’administration la fermeture de la Faculté d’ethnologie pour barrer la route à l’investiture du nouveau décanat », relate l’étudiant en anthroposociologie, Eddy Gabriel. Le mot final pour le dénouement de cette situation se trouve aux mains du conseil de l’Université d’État d’Haïti (UEH) qui tarde encore à se prononcer sur le sujet.

Victoire incontestable

« Toutes les controverses de l’élection se font autour de la liste électorale, relate D’jobensby Siméon, secrétaire de la commission électorale de la FE. L’article 91 de la charte électorale recommande à ce que le calcul de l’indice de valeur relative des voix d’un candidat soit fait à partir du nombre voix obtenu divisé par le nombre d’électeurs dans la liste électorale considérée. »

Les recherches de la commission électorale de la FE lui ont permis d’avoir deux définitions de la liste électorale. « Dans la liste électorale théorique figure le nom de tous les électeurs qui devraient être votés. La liste électorale pratique considère quant à lui le nombre de votants ayant exprimé leur voix dans le suffrage universel », dit Siméon.

La charte électorale, poursuit-il, n’est pas clairement nuancée sur la liste électorale à considérer. Du coup, la commission dit adopter la liste électorale pratique qui paraît logique à leurs yeux. « En quoi le nombre de personnes sur la liste électorale qui n’a pas voté est déterminant ? », se demande le commissaire.

Lire aussi: L’UEH se reconstruit en petits projets disparates, alors que la construction de son campus est à l’arrêt

717 personnes figuraient sur la liste électorale (théorique) pour les étudiants. Parmi les 395 qui ont effectivement voté, seulement 117 voix étaient pour le doyen a. i Claude Mane Das, les 253 autres ont voté pour le sociologue Ilionor Louis.

Parmi les 92 professeurs inscrits sur la liste, 72 ont voté. 43 d’entre eux expriment leur vote en faveur de Da et les 29 autres pour le sociologue Louis. Parmi les 33 votants du personnel administratif, 24 ont voté pour le professeur Ilionor Louis, 8 ont voté pour Claude Mane Das. Un vote blanc est enregistré dans cette catégorie.

En additionnant le pourcentage de chaque catégorie, les résultats proclament le sociologue Ilionor Louis vainqueur dès le premier tour avec 52 % des votes exprimés et 45 % pour le doyen a. i Claude Mane Das, selon les chiffres fournis par Siméon.

Reprendre le processus de vote

Interviewé, le professeur Claude Mane Das admet avoir accepté sa défaite dans un premier temps. Il déclare avoir changé d’idée après avoir consulté la charte électorale. « Avant la publication définitive des résultats, j’avais écrit à la commission électorale de la FE pour formuler mes préoccupations autour du mode de calcul adopté. À la suite du rejet de ma demande, j’ai sollicité une nouvelle requête auprès de la Commission électorale centrale (CEC) siégeant au Rectorat de l’UEH », raconte le candidat Claude Mane Das.

L’article 90 de la charte électorale de l’UEH considère de 55 % les voix des enseignants inscrits sur la liste électorale. Les voix des étudiants comptent pour 35 % et celles du personnel administratif valent 10 %.

« Le mode de calcul que préconise la charte doit être réalisé par rapport au potentiel votant inscrit sur la liste électorale et non au potentiel votant réel », déclare pour sa part, Dieuseul Prédélus, président du CEC.

INTERVIEW : Le PHTK a pacifié l’Université d’État d’Haïti

En appliquant ce que dit Prédélus, le pourcentage de voix pour le professeur Claude Mane Das dans la catégorie étudiante devrait être obtenu en fonction des 117 voix qu’il a collectées, divisées par les 717 personnes qui figurent sur la liste électorale et non pas par les 395 qui ont voté, comme la commission électorale l’a réalisé.

La méthode utilisée lors des dernières élections est traditionnellement appliquée dans les scrutions à la FE. « Lors des élections de 2016, le professeur Claude Mane Das a été élu vice-doyen à la recherche à côté du doyen Jean-Yves Blot à partir de cette même méthode de calcul », explique le candidat gagnant, le sociologue Ilionor Louis. Moïse Élius, président de la commission électorale actuel à la FE corrobore cette déclaration.

Victime à présent de la méthode de calcul qui l’avait toutefois élu en 2016, Claude Mane Das s’estime lésé et exige l’application de la méthode de calcul que préconise l’article 92 à 94 de la loi électorale de l’UEH. « En appliquant cette méthode, je serai qualifié pour un second tour », rapporte celui qui a obtenu gain de cause auprès de la CEC qui avait demandé à la commission électorale de la FE de reprendre le processus de vote.

Investiture avortée

L’élection organisée par la commission électorale de la FE n’était pas parfaite. Parmi les irrégularités que souligne la CEC, elle mentionne la modification de la liste électorale pendant le processus de vote et la non-application de la méthode de calcul que recommande la loi électorale de l’UEH. Certains professeurs et étudiants qui n’étaient pas inscrits sur la liste électorale auraient pris part au scrutin.

« La liste électorale devrait être définitive. En cas où elle n’est pas claire, on ne pourrait pas avoir de bonnes élections », fait savoir Dieuseul Prédélus, président du CEC, l’organe ayant pour mission de surveiller au strict respect de l’application de la loi électorale dans les élections des différentes entités de l’UEH.

« Il y avait eu des irrégularités, mais l’élection n’avait pas de fraude. D’ailleurs le dépouillement du scrutin a eu lieu sous les regards de tous les candidats », atteste Moïse Élius. Plus loin, il dit qu’en cas de contentieux, la charte électorale confère le droit au conseil de l’UEH de prendre une décision finale. « C’est pourquoi la commission électorale de la FE a informé le conseil de l’UEH de son rejet de la demande de la commission électorale centrale (CUC) au niveau du RUEH qui exige la reprise du processus de vote. »

Aussi, la commission électorale de la FE a fixé le vendredi 29 janvier 2021 pour organiser la cérémonie d’investiture des candidats gagnants. La cérémonie n’a pas eu lieu à cause de la fermeture des locaux de la Faculté d’Ethnologie sous les ordres de Direny Theuriet, actuel secrétaire général de la FE et candidat perdant aux élections du 15 janvier pour le poste de vice-doyen aux affaires académiques.

Toutefois, le candidat gagnant, le sociologue Ilionor Louis, estime la décision de la CEC unilatérale. « La décision a été prise en tête à tête entre le CEC et le candidat perdant Claude Mane Das qui jouit de l’appui du conseil de l’UEH. On ignore ma présence comme candidat vu que la CEC ne m’a pas consulté ni informé de sa décision. »

En vrai, Claude Mane Das comme doyen ad intérim de la FE fait partie des 33 membres qui composent le conseil de l’UEH.

Graves conséquences académiques

La décision finale se trouve actuellement entre les mains du conseil de l’UEH. « Le recteur, Fritz Deshommes, avait demandé de surseoir jusqu’à nouvel ordre sur la décision d’investiture vu qu’il a été informé via les réseaux sociaux et non selon les canaux officiels », fait savoir le sociologue Illionor Louis.

Deshommes n’a pas répondu aux appels pour une demande d’interview.

Pourtant, le président de la commission électorale du FE, Moïse Élius, dit avoir écrit au conseil de l’UEH afin de lui informer de sa démarche. Claude Mane Das et Dieuseul Prédélus estiment de leur côté que la commission électorale de la FE n’a aucune provision légale pour investir un nouveau conseil. « L’investiture se fait traditionnellement entre le RUEH, le conseil de l’UEH, la commission électorale de la faculté et les membres de l’administration » revendique Élius.

Entre-temps, les étudiants paient les pots cassés puisqu’ils tardent depuis le 6 janvier 2021, à être inscrits pour suivre leurs cours. « Les dirigeants de la faculté n’ont jamais lancé le processus d’immatriculation pour la prochaine session académique », dit Géraldo Saint Louis, étudiant en psychologie. Le processus de recrutement de la nouvelle est aussi bafoué à cause de cette crise.

Lire également: À l’UEH, des professeurs rendent leurs notes avec 10 ans de retard

En sus, certains étudiants commencent à nourrir des griefs contre les candidats perdants. Ils les dénoncent pour avoir fermé les locaux de la faculté sans notifier la population estudiantine. Ces accusations concernent le doyen a. i Claude Mane Das et le secrétaire général Direny Theuriet. Des slogans défavorables mentionnant leurs noms sont inscrits sur le mur de la faculté selon le constat de AyiboPost.

Le sociologue Ilionor Louis espère que le conseil de l’université se montre favorable à l’installation de ce nouveau conseil à la tête de la FE afin d’éviter de nouvelles crises.

Étant donné que la majorité des étudiants et du personnel administratif avait voté pour Ilionor Louis, Claude Mane Das estime de son côté que la population estudiantine peut se rebeller en cas où les résultats ne sont pas en leur faveur.

Blot toujours présent

L’ex-doyen Jean-Yves Blot avait obtenu un congé d’étude auprès du Rectorat de l’UEH peu de temps après avoir été accusé d’avoir volontairement roulé sa voiture sur l’étudiant John Rock Gourgueder. Une plainte déposée en justice contre lui n’a pas eu de suite.

Le congé d’étude a permis au professeur Blot de suivre un programme doctoral en France. Une source relate que le professeur doit nécessairement terminer sa thèse à présent. Il fait régulièrement des va-et-vient entre Haïti et la France. Selon cet informateur : « Le professeur Blot était en Haïti lors des élections. Il avait même donné mandat à un professeur pour voter à sa place ».

Emmanuel Moïse Yves

Un voyage Multi sensoriel Modelage aux douces effluves aromatiques, musique et évocations de la faune, de la flore et des paysages de Madagascar pour un esprit apaisé. Oui, mais comment bien le faire. Les correcteurs de farine sont des concentrés dingrédients technologiques etu sensoriels permettant doptimiser le profil fonctionnel des farines en fonction des applications souhaitées par les meuniers. casino canada Barbituriques — Barbiturique acide barbiturique, structure à la base des barbituriques Les barbituriques appartiennent à une.

Commentaires

Emmanuel Moïse Yves
Journaliste à AyiboPost. Communicateur social. Je suis un passionnné de l'histoire, plus particulièrement celle d'Haïti. Ma plume reste à votre disposition puisque je pratique le journalisme pour le rendre utile à la communauté.

Comments

Comments are closed.