POLITIQUESOCIÉTÉ

Contre des funérailles nationales!

0

.

J’aurais voulu m’en tenir aux propos de M. Trouillot dans son dernier article paru au Nouvelliste et laisser Jean Claude Duvalier languir dans l’insignifiance. Malheureusement, je ne veux plus me taire lorsque j’entends les commentaires désinvoltes et légers de certains de mes jeunes compatriotes sur la mort de cet ancien chef d’Etat tristement célèbre (« Il n’est pas le seul coupable », « Aristide est bien pire », « Le pays avec lui c’était le paradis », « Qu’on le laisse tranquille, il n’a rien fait, il était président, il mérite des funérailles nationales »).

Votre jeunesse ne saurait valablement excuser votre ignorance. Vous n’avez certes pas vécu au temps des Duvalier, mais vous ne pouvez vous contenter de bribes d’histoires rapiécées colportant que la qualité de la vie était meilleure sous le régime de Jean-Claude Duvalier. Prenez vos livres, faites des recherches et faites-vous votre propre idée de ces années de dictature et de terreur. Il est de votre devoir de citoyen haïtien de prendre part à la vie politique de votre pays, non pas seulement en briguant des postes de sénateur, de maire ou autres, mais en maîtrisant l’histoire de votre pays, en prenant la responsabilité de vous forger une opinion intelligente de la chose publique, en faisant des propositions chevillées à l’intérêt national, en vous impliquant dans des activités associatives citoyennes entre autres. Pour sortir de ce cercle vicieux dans lequel s’est empêtré notre pays, il faudra apprendre à faire différemment et, si vous êtes amnésiques ou si votre mémoire est brouillée ou sélective, vous aurez raté le coche.

Il est temps d’arrêter de vous complaire dans cette indifférence coupable vis-à-vis des affaires publiques, de vous satisfaire du fonctionnement de vos entreprises familiales, de gérer vos petites carrières et de vivre dans l’insouciance des privilégiés. Vos critiques acerbes sur les gouvernements qui se succèdent ne sont ni le reflet de votre connaissance du milieu, ni l’expression de vos efforts bafoués? Elles sont plutôt les secrétions de votre passivité et de vos ras-le-bol occasionnels. La dégringolade économique, sociale, humaine ne s’arrêtera pas si vous ne mettez pas la main à la pâte. Tôt ou tard, vous allez lâchement rejoindre les cohortes de l’exode qui saigne ce pays depuis plus de cinquante ans.

Revenons-en au principal. Jean-Claude Duvalier est mort et l’on voudrait lui faire chanter des funérailles nationales. Non mais sérieusement, pourquoi ne pas le canoniser tant qu’on y est. La Constitution peut souffrir des écarts, et nos lois aussi n’est-ce pas ? Cependant pour des funérailles nationales comme certains le clament, si le protocole l’exige, il faudrait le suivre à la lettre. Mais qu’en sera-t-il si en réalité la décision était à la discrétion du Président de la République ?

L’histoire prendra acte de l’option qui sera adoptée et indexera tous les serviteurs de la dictature qui se courberont devant sa dépouille. Enfin quelle que soit l’issue de cette aventure, mon devoir est de dire NON à ces funérailles nationales. NON parce que le devoir de mémoire m’oblige à penser aux victimes du régime duvaliériste, à respecter les disparus et les morts qui n’ont jamais obtenu justice, à compatir avec les exilés et les familles endeuillées, à continuer à réclamer justice même après la mort de Jean-Claude Duvalier pour les exactions commises par ses sbires et dont il porte la responsabilité en tant que Chef d’Etat. Il est impératif que les instances concernées fassent cas des plaintes reçues et qu’elles entament les procès de ces serviles partisans et exécutants du régime qui sont encore en vie, qu’on en finisse avec le règne de l’impunité en Haïti.

Je veux encore dire NON à la dictature et à toutes les formes de violations et de restrictions qui voudraient encore de nos jours s’en rapprocher. Le sens de l’histoire est connu, il ne nous est pas permis de rebrousser chemin. La démocratie est un processus long et éreintant, mais elle mérite que l’on s’y s’accroche. Il est aisé de critiquer la communauté internationale, les américains, les anciens colonisateurs pour nos nombreux déboires; moi je vous dis que vous êtes tous coupables et responsables (moi compris).  Un peuple a les dirigeants qu’il mérite, alors réveillez-vous et commencez par vous changez vous-mêmes pour la construction d’un avenir prometteur.

 

Commentaires

Moumousse
Très attachée à mon cher pays, je demeure une personnalité ouverte, qui à travers sa profession de juriste et son implication au sein de diverses organisations soutient le projet du renouveau d’Haïti.

Ayisyen manje, manje bliye…

Previous article

Être femme

Next article