AYIBOFANMCULTURE

Soirée de Gala & Défilé de Mode Extravaganza Haïti Fashion Week 2014: Ayibopost y était, et vous ?

0

19:00
Peu de monde au Karibe Convention Center ce Jeudi soir! Quelques « beautiful people », des créateurs, des fashionistas, des journalistes et autres blogueurs… Les hommes politiques, les distingués membres du corps diplomatique et les hommes et femmes d’affaires se font encore attendre.

J’en suis à ma 3e participation à la soirée de lancement de Haiti Fashion Week et comme beaucoup, je suis en proie à un optimisme prudent. Après les difficultés de l’an dernier, ça ne peut être que mieux. A défaut d’autre chose, le thème choisi pour l’événement « Ma mode, mon patrimoine » semble plus accessible. A vue de nez, l’organisation est meilleure. Il ne pleut pas. Ça s’annonce bien.

Dans le kit de presse il était noté que le cocktail commençait à 18:30 et le défilé à 21:30. Arrivée à 19:00, je ne suis pas en retard. Mon collègue Jétry et moi décidons de prendre un verre.

20:00
Nous nous dirigeons vers la salle où doivent se tenir les réjouissances. Nous n’avons pas pu retirer nos accréditations de presse. Qu’à cela ne tienne! Nous décidons d’improviser. A l’entrée, le responsable du protocole est inflexible. Pas de bracelet jaune fluo, pas de carte presse, il va falloir repasser. Retour à la case départ. La projection prévue pour 20:00 a-t-elle eu lieu en notre absence? Mystère et boule de gomme.

20:30
Munis enfin des précieux cartons (Merci Mme LOUIS!), nous nous faufilons à l’intérieur à la recherche de bonnes places. Nous finissons par nous installer sur les gradins réservés à la presse. Jétry ronchonne un peu, il marmonne un truc à propos de son confort mais finit par admettre qu’à part la fameuse « front row » (déjà occupée), il est difficile de faire mieux. Nous sommes idéalement placés pour tout voir et prendre quelques clichés! La salle silencieuse se remplit peu à peu. On se salue, on se cherche une place, on discute, on se commande un verre. Le défilé peut enfin commencer.

FW1

Crédit Photo: Ayibopost

21 :15
Pas tout à fait. La salle est quasiment pleine. Les organisateurs peuvent se féliciter de l’engouement suscité par l’événement. Haiti Fashion Week 2014 est officiellement lancée. Après les discours d’usage, nous avons droit à une présentation de l’invité d’honneur, le Mexique. Au défilé de costumes traditionnels aux couleurs chatoyantes fait suite un tour de chant de la chanteuse traditionnelle Maria FERNANDEZ. Elle est excellente. Sa voix juste et chaude est capable de faire passer une multitude d’émotions. Etc. etc. En réalité, le public s’impatiente: il n’est pas forcément là pour ça. C’est dommage parce que Maria est belle, talentueuse et pleine d’énergie. A une autre occasion, sa prestation aurait été reçue avec tout l’enthousiasme qu’elle mérite. Au bout de la 5e chanson, un petit quart de l’assistance s’octroie une pause. Sans aucune autre forme de procès, on quitte la salle pour se désaltérer, fumer ou discuter un peu.

22 :00
Ce défilé alors?

FW2

Crédit Photo: Ricardo St-Cyr

Il débute avec une magnifique peinture sur corps signée Zoule Makeup. Le mannequin est transformé en reine des oiseaux, une peinture vivante, sexy, où les tons de bleus se marient avec de la poudre d’or et des dessins de plumes de paon réalisés à la perfection. Le tout accompagné d’une coiffure prêtée par Madeline LEDAN et d’une jupe signée Méjeanne. Chapeau! Une vingtaine de créations nous sont ensuite présentées. Elles défilent sur de la musique haïtienne en vogue: Gardy Girault, Freedom… annoncées tour à tour par la maitresse de cérémonie. L’histoire d’Haïti, son patrimoine, ses hauts lieux sont à l’honneur. Forcément, le rouge, le bleu et le blanc son omniprésents. Les matières brillantes et les textures aussi travaillées qu’inattendues se suivent et ne se ressemblent pas.

Comme me l’a si bien expliqué Daphnée FLORÉAL de Bijou Lakay un défilé sous le thème « Extravaganza » permet aux designers de donner libre cours à leur imagination. Il se caractérise par une grande liberté de style et de structure. Les pièces se doivent d’être spectaculaires, impressionnantes et ne sont pas destinées à être portées. Soit.

A mon avis, les créateurs se sont pliés à l’exercice avec plus ou moins de réussite. Alors que certains ont été véritablement inspirés, présentant des pièces belles en elles-mêmes, avec ce petit truc en plus qui force l’admiration, capables de mettre en valeur le corps de la femme, une minorité (heureusement!) était pour moi dans le champ, se limitant à présenter des costumes d’époque certes beaux mais sans élément de nouveauté. La différence entre la mode inspirée par le patrimoine et le vêtement d’époque à peine revisité est bien mince!

J’ai sélectionné pour vous mes 5 créations vestimentaires (haïtiennes et étrangères) préférées et les 2 ensembles d’accessoires ayant retenu mon attention.

1. Phélicia DELL présente une création inspirée par Baron Samedi. Ce fut mon coup de cœur de la soirée. Peu présente sur le podium hier, le violet, est à l’honneur dans cette tenue. J’ai aimé l’association équilibrée de cette couleur avec le noir Cette pièce est évocatrice, puissante, un pur spectacle oculaire! J’ai retenu mon souffle lorsqu’elle a fait son apparition.

FW3

Crédit Photo: Ricardo ST-CYR

2. J’ai adoré la mariée créole de Maguy DURCÉ! J’aime les robes de mariées en général mais j’ai trouvé celle-ci particulièrement belle et pleine de fraicheur tout en restant classique dans sa forme. La combinaison de matières: damas, crochet soie etc. qui aurait pu être « too much » pour un vêtement normal est délicieuse pour une robe de mariée. Le choix du blanc cassé relève le tout. Un vrai rêve de petite fille des Antilles!

FW4

Crédit Photo: Ricardo ST-CYR

3. Vous ne connaissez pas Grann Ibolélé, gardienne des traditions? Cette création de Malou CADET, est sculpturale et flashy. C’est une robe pour les femmes conquérantes qui n’ont pas froid aux yeux! Je n’aime pas le rouge en général mais je suis restée hypnotisée par cette pièce.

FW5

Crédit Photo: Ricardo ST-CYR

4. Cette robe bustier de Watson SAINT-LOUIS est simple et met en valeur le corps féminin. Les cordes appliquées ajoutent du relief sans alourdir la tenue. Je la porterais telle quelle. Watson si tu m’entends…

FW6

Crédit Photo: Max Ferlor JEAN

5. Couleurs vives, forme fluide, plastron imprimé, cette pièce de Robert YOUNG, créateur trinidadien rend hommage à la belle caribéenne, révèle sa sensualité et son piquant sans la dénuder. Cette robe inspirée de la tradition Trinidadienne est une invitation au voyage. Je me suis surprise à rêver d’un weekend jet-set entre copines dans les petites Antilles. A nous les virées shopping, les cocktails et les soirées sur la plage!

FW7

Crédit Photo: Max Ferlor JEAN

J’ai trouvé que cette année, le défilé de lancement a présenté moins d’accessoires que d’habitude. J’ai d’autant plus apprécié les créations des designers accessoiristes Daphnée FLORÉAL (Bijou Lakay) qui ne cesse jamais de se réinventer et Kettline DOUYON dont j’ai trouvé les pièces carrément spectaculaires. Jugez plutôt par vous-mêmes :

FW8

 

FW9

 Crédit Photo: Max Ferlor JEAN

 

Le verdict
Un petit nombre de tenues, non mentionnées dans ce classement, étaient décevantes au niveau de la finition, les mannequins défilaient chacune à son allure mais la présentation n’a pas manqué de charme dans l’ensemble. Résolument caribéen, le défilé « Extravaganza » a donné à une vingtaine de créateurs aux influences et aux goûts divers l’occasion d’exprimer leur créativité autour d’un thème choisi Des organisateurs et des pièces-mêmes se dégagent une volonté à tout épreuve et une grande passion. C’est la raison pour laquelle je prends part chaque année à cette manifestation et vous invite à assister à au moins un événement ce week-end. Encourageons la mode nationale! Longue vie à Haiti Fashion Week!

Commentaires

Estelle Georges
Idéaliste, curieuse, fonceuse, j'ai pour devise: "Aie le courage de te servir de ta propre intelligence." J'aime lire, apprendre et manger. J'ai foi dans l'humain, je crois que chacun d'entre nous a le devoir de laisser son monde dans un état meilleur que celui où il l'a trouvé. Je rêve et travaille à une société où l'intégrité physique et morale de l'homme passe avant tout.

    Trop riches pour être pauvres…

    Previous article

    Carolyn Desert di li bouke ak move tretman Komite Miss Haiti an

    Next article