CULTURESOCIÉTÉ

Pourquoi les femmes n’arrivent pas à « percer » dans le compas ?

0

En 65 ans, beaucoup de musiciens ont marqué les pages de l’histoire du compas direct. Ce genre musical fut créé, développé, puis transformé maintes fois par des hommes. Où sont les femmes ?

Seulement une petite trentaine de chanteuses ont mis leur voix sur des chansons de compas dans toute l’histoire de ce genre musical. C’est une quantité insignifiante quand l’on tient compte de la multitude d’hommes évoluant dans ce secteur. Certes, les femmes brillent dans la musique haïtienne en général, mais dès qu’il s’agit du compas, elles ne sont pas trop visibles.

De sa création jusqu’à date, le compas direct a connu une quantité indénombrable de groupes musicaux. Néanmoins, le nombre de formations musicales formées uniquement de femmes ou ayant des femmes comme « lead vocal » demeure insignifiant.

« Top Girls », fondé en 1970 au Cap-Haïtien, serait le premier groupe féminin qu’a connu le Compas. C’était une initiative d’Ulrick Pierre-Louis. Il n’existe dans les archives ni photos ni les chansons enregistrées par ce groupe. Cependant, certaines personnes du Nord qui étaient dans l’entourage du fondateur et ancien Maestro du groupe Septentrional confirment le passage de « Top Girls ». Le groupe est aujourd’hui jeté aux oubliettes.

Le pari «Riské»

Le collectif féminin qui a le plus marqué le Compas est « Riské ». Dans les années 1990, Sandra Jean et sa bande ont séduit avec la sortie de plusieurs albums comportant des tubes comme « Zanmi », « Madan Marye », entre autres. Le groupe « Riské » a connu de grands succès dans ce secteur au début des années 1990. « Riské » a impacté son temps non seulement par ses tubes, mais aussi par ses prestations.

Il faudra attendre les années 2000 pour voir la naissance de trois groupes formés exclusivement de femmes musiciennes et chanteuses :

Il y a « Konpa O Féminin », lancé en 2013, qui n’a pas duré dans le secteur. Clifford Sylvain, son maître à penser, a fait appel à des femmes qui se sont fait déjà un nom, comme Princesse Georgy, Sherley Desgrottes, Violène Dazme, pour ne citer que celles-là. Malheureusement ce projet ambitieux s’est scindé, puis dissout.

Ensuite, l’on remarque « Artiz » démarrée en 2014 et qui ne joue guère le compas. Ce groupe évoluant au Canada compte dans ses rangs des talents comme Emmanuella Michel, Marie Muracula Fénélus, Yoldie Nelson, Sandra Saint-Fleurant et tant d’autres femmes.

« Siromiel », le dernier né, a pris naissance en 2018. Ce groupe, créé par Choute Sergina Honoré et Samora Julmisse, se taille déjà une place sur le marché du compas.

Les succès en solo et en «featuring»

Evans Lespinasse est la première femme à avoir mis sa voix sur un album compas. C’était l’album « Symphonie inachevée» d’Alix Jacques (Colé Colé Band) sorti en 1980.

L’histoire a continué avec Danielle Thermidor qui a aussi marqué le compas avec sa voix dans les années 1980. Anna Pierre, une autre femme talentueuse a chanté « Mete Suk Sou Bonbon M, un des plus grands tubes des années 1990 ». Jacqueline Denis, en compagnie du groupe Zèklè, a connu beaucoup de succès dans les années 1990. Quoique Emeline Michel ne soit pas une chanteuse compas, elle a interprété « Flanm » en 1988 qui a connu beaucoup de succès. Cette chanson garde encore toute sa fraîcheur.

D’autres chanteuses comme Jacqueline Denis, Sharon Burton avec le groupe Phantoms au début des années 1990, Gina Dupervil, Patricia Juste pour ne citer que celles-là, ont mis leur voix sur au moins sur une chanson compas dans les années 1990.

Lire aussi: Pourquoi le compas n’est pas la musique préférée des jeunes en Haïti ?

La génération 2000 a connu une pléiade de chanteuses. Certaines d’entre elles font les délices des mélomanes jusqu’à aujourd’hui.

Le groupe L2 formé de deux sœurs n’a pas fait long feu au début des années 2000. Toutefois, il a sorti un album titré « Non-m Sa A » en 2007. Le disque a connu peu de succès. Quant à Misty Jean, elle a fait un triomphe au début des années 2000 avec son premier album titré « Plus Près De Toi ».

D’autres chanteuses de cette génération participent sur quelques chansons réussies avec des groupes musicaux ou des artistes. Parmi lesquelles, l’on peut citer Rutshelle Guillaume, Fatima, Hularie, Anie Alerte, Phylissia Roos, etc.

L’absence des femmes aujourd’hui

Dans tous les groupes qui sont au-devant de la scène aujourd’hui, seul Zenglen compte une femme dans ses rangs. Nicolina Florentino, saxophoniste depuis plus de 20 ans pour la bande étoilée, est définitivement la femme ayant passé plus de temps dans un groupe compas. Cette Américano-Italienne, qui a découvert le Compas à la fin des années 1990, ne veut en aucun cas le laisser.

Nicolina est une femme très respectée et choyée dans le groupe Zenglen. Ses collègues ne cessent jamais de lui faire des éloges. « C’est une chance pour l’industrie musicale haïtienne d’avoir Nicolina, qui n’a pas grand-chose à voir avec notre culture, qui s’est intégrée dans notre musique et qui y joue sa partition comme elle le fait si bien », a déclaré Richie, collaborateur de Nicolina au sein de Zenglen pendant plus de 10 ans, lors d’une entrevue.

Pendant ses premières années, la bande à Brutus a connu plusieurs voix féminines. Sandra Desmornes, Sheyna Rock, Gisèle Pierre, Maggie Limage, sont des femmes qui ont enregistré un passage au sein de Zenglen. La feue Sandra reste la plus remarquable, car elle a passé plus de temps dans le groupe et a interprété « Prière Du Matin » et « Cé Ou » qui ont connu un peu de succès sur l’album « Atò N Alèz ».

 OP-ED: Le compas est-il en voie de disparition ?

Le groupe Hangout a ouvert ses portes à Georgie et Cléo, deux voix féminines, mais cette expérience n’a pas duré. Certains groupes musicaux, comme Klass ou Nu-look, n’utilisent des femmes que comme choristes dans les grands événements.

Après les groupes formés uniquement de femmes, Zin est le seul collectif de l’histoire du Compas à avoir mis au pinacle plusieurs femmes talentueuses.

Si Régine Thadal fut la première chanteuse du groupe, une pléiade de voix féminines se sont succédé dans la bande à Alex Abélard. Florence Caze AKA Zhéa, Georgie Métellus (la plus grande front-woman du Compas), Magguy Foreste, Daniella Fleuriot, Magdala Desgrottes (communément appelée Ti Maggy), Sherley Desgrottes, Sandra Cadet, Véronique Jérémy, Daphnée Darry, Virginia Mahotière (Nia) et Burthonley Deslouche (Bébé) qui fut la dernière voix féminine qu’a connue le groupe.

Quel support accordé aux femmes?

L’industrie du compas n’accueille pas les femmes à bras ouvert. Certaines d’entre elles expliquent qu’elles ne trouvent ni de supports financiers, encore moins de supports moraux dans ce secteur. Le harcèlement sexuel reste prépondérant. Parfois les scandales font tache d’huile. Plusieurs journalistes et analystes culturels consultés dans le cadre de ce travail disent être au courant des chantages.

Les « jazz » formés exclusivement de femmes ne trouvent pas autant de supports et d’encadrement que ceux formés d’hommes. Malgré le succès des chansons de « Riské », le groupe s’est trouvé dans l’obligation de fermer boutique. Aujourd’hui, « Siromiel » trouve un écho favorable auprès des fans. Pourtant, le groupe n’est jamais présent dans les festivals et les grandes affiches.

Le management au féminin

Si la présence des femmes n’est pas prépondérante dans le rang des musiciens, au niveau de management des formations musicales, elle l’est.

Jessie Alkhal a connu beaucoup de succès à la tête de T-Vice. Cette reine au royaume Vice 2k est une figure respectable et respectée dans le secteur. Quant à Fabiola Dupoux Léger, elle a brillamment marqué son passage au management de groupes comme Konpa Kreyòl et Krezi Mizik. Léger s’est distinguée par son sens de professionnalisme. Elle est souvent sollicitée pour l’organisation de grands événements dans le secteur.

D’autres femmes ont fait un passage avec brio dans le management de groupes. Au sein de Zenglen, Farah Larieux avait bien joué son jeu. Aujourd’hui Kreyòl La et Maestro comptent des femmes dans leur staff managérial. Vanessa Soukar œuvre dans la bande à T-Joe et Vanessa Mercier dans la bande à T-Ansyto.

Quant à J-Beatz, il est maintenant orphelin de Suzie qui était sa femme et son manager (comme Sophia l’était pour Michel Martelly). Une jeune femme qui répond au nom de Blandine Sesin est manager du groupe Suave. Des professionnelles de l’événementiel, comme Stéphanie Douyon, commencent à se tailler une place dans le secteur. Il ne faut pas oublier Hugline Jérôme qui demeure une figure incontournable, plus au niveau de la promotion ou l’organisation d’événements qu’au niveau de management.

Le secteur Compas est-il machiste?

La présence de femmes au sein du management ne catalyse aucunement un changement majeur dans la composition fortement masculine des formations musicales en question. Des représentations sexistes jalonnent la posture de certains hommes influents de l’industrie du compas, quant à la nécessité d’intégrer l’autre sexe.

Selon Rolls Lainé (Roro), le compas est trop viril pour les femmes. Le batteur de Djakout #1 ajoute que les chanteuses ont des lacunes à combler, car comparativement à d’autres tendances, elles ne sont pas excellentes dans le compas direct. « Contrairement au Zouk qui est une musique doucereuse et sensible, le compas est une musique virile, il est conçu en général pour les hommes », déclare le vétéran. « La présence féminine peut aussi déranger la bonne marche ou l’ambiance des groupes musicaux. Les femmes incitent des liaisons amoureuses, des scènes de jalousie qui peuvent déstabiliser les groupes. Pour cette raison, je connais des hommes préférant ne pas avoir affaire avec les femmes dans leurs groupes », conclut le musicien.

Pour Johnny Djecee Célicourt, un analyste musical très connu, le problème reste complexe. « Les femmes ne sont pas en sécurité dans le compas, surtout celles qui sont mères de famille », précise-t-il. « Les femmes ont toujours besoin d’une certaine intimité, ce qui n’existe pas dans le [fonctionnement des groupes] compas, surtout lors des tournées. De plus, elles fuient le compas pour éviter les harcèlements sexuels. »

En définitive, le compas n’attire que la gent masculine. Sur des myriades de groupes que connait l’histoire de ce genre musical, seulement cinq sont composés uniquement ou représentés par des femmes. Quelques femmes sont remarquées au niveau du management, mais la majorité des managers des « jazz » sont des hommes. Les promoteurs, les ingénieurs de sons ou les DJs femmes sont rarissimes dans ce secteur. Même au niveau de l’animation à la radio, les hommes dominent haut la main. Si les femmes sont toujours présentes dans les bals, le marché du compas fait la part belle aux hommes. Comment renverser la tendance ?

Nazaire «Nazario» JOINVILLE

Photo couverture: Siromiel

Note: Joinville entretient un engagement professionnel avec Siromiel.

Commentaires

Nazaire Joinville
Communicateur social. Professeur. Écrivain. Passionné de la musique en général et fan du compas en particulier. Je m'accroche aussi au leadership et au développement personnel. Mon premier livre ayant pour titre "Leçons de réussite" a été publié en 2019.

    Ayibolab: Paryaj Pam reyaji sou kesyon moun k ap pèdi anpil kòb nan jwèt lan

    Previous article

    OP-ED: Le Rwanda a-t-il véritablement des leçons à enseigner à Haïti en matière de résilience collective ?

    Next article

    Comments

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost