SOCIÉTÉ

Pourquoi la plupart des jours fériés en Haïti sont des fêtes catholiques ?

0

Le calendrier annuel d’Haïti inclut quatorze jours fériés tirés du calendrier des fêtes de l’Église catholique. Alors que la Constitution consacre le caractère laïc de l’État, qu’est-ce qui explique cette réalité ? 

Les jours fériés ou jours de congés sont pour la plupart des fêtes nationales célébrées d’année en année et qui se transmettent pratiquement d’une génération à une autre. Le choix de ces jours découle des événements historiques, culturels, commémoratifs et parfois religieux. Le calendrier annuel qui les indique n’est pas immuable, il subit des modifications périodiques.

La tradition de fêtes religieuses remonte à la période coloniale. « La religion officielle depuis la colonie était le Catholicisme. Après l’indépendance, l’État haïtien l’a formellement adopté comme religion officielle »

Les jours fériés qui font partie intégrante du calendrier annuel haïtien sont pour la plupart des fêtes religieuses. On y compte huit fêtes catholiques et cinq fêtes nationales. Cette tradition de fêtes religieuses remonte à la période coloniale. « La religion officielle depuis la colonie était le Catholicisme. Après l’indépendance, l’État haïtien l’a formellement adopté comme religion officielle », explique l’historien Georges Michel.

Selon les articles 30 à 30-2 de la Constitution du 29 mars 1987, l’État consacre la reconnaissance et la liberté des religions et des cultes sur le territoire haïtien. Cette reconnaissance et cette liberté pourraient être traduites comme le respect du caractère laïc de l’État.

Cependant, dans sa thèse de doctorat en 2017, « Une analyse théologique de la coexistence christianisme/vaudou en Haïti : Ouverture pour un dialogue interreligieux », Henri Claude Telusma s’étend sur quatre grandes périodes du christianisme catholique haïtien : le catholicisme de conquête, le catholicisme de contrôle, le catholicisme concordataire et le catholicisme intégré. Le catholicisme a toujours fonctionné comme une religion d’État bien que la Constitution de la République n’en fait pas la religion officielle, explique l’auteur.

Tentative d’éliminer certaines fêtes

En 1987, le président Leslie François Manigat a voulu enlever l’influence des fêtes catholiques dans le calendrier d’Haïti. Selon Georges Michel, cette tentative a avorté.

« À part l’Assomption, toutes les fêtes catholiques précisées dans le calendrier deviendront formellement légales en 1989 », rapporte l’historien. « Après le coup d’État contre Manigat, le président Prosper Avril a pris un décret pour légalement approuver les fêtes catholiques que l’ex-président Manigat a voulu enlever », explique-t-il. Ainsi, ces jours dûment définis par ce décret renforcent davantage leur aspect de fêtes traditionnelles.

Par ailleurs, certaines fêtes catholiques qui ne figurent pourtant pas parmi les fêtes légales sont traditionnellement célébrées en Haïti.

Les fêtes nationales

Le calendrier haïtien présente cinq fêtes nationales : le premier janvier, Jour de l’Indépendance nationale ; le 2 janvier, Jour des Aïeux ; le premier mai, fête de l’agriculture et du travail ; le 18 mai, fête du drapeau et de l’Université ; le 18 novembre, commémoration de la bataille de Vertières et Jour des forces armées. Ces fêtes sont inscrites dans la Constitution de 1986 (Art. 275,1).

On ne retrouve pas la mort de Dessalines dans la Constitution haïtienne parmi les jours commémoratifs.

On ne retrouve pas la mort de Dessalines dans la Constitution haïtienne parmi les jours commémoratifs. Néanmoins, cette date figure parmi les jours non chômés dans le Code du travail haïtien. Celui-ci définit les jours fériés y compris les fêtes nationales et les fêtes catholiques. Les jours fériés sont répartis en deux catégories : les jours fériés chômés et les jours fériés non chômés qui peuvent simplement être déclarés chômés par arrêté présidentiel. (Art. 109-110-111)

Les origines vaudou sont occultées

Lors d’une marche pacifique à Port-au-Prince en 2018, certains citoyens haïtiens, notamment des vaudouisants, avaient exigé à l’État haïtien la reconnaissance du  14 août 1791 date de la cérémonie du Bois Caïman. Cet acte fondateur de la révolution et ayant abouti à la guerre de l’Indépendance n’est pas célébré alors que le 15 août est dédié à l’Assomption, fête religieuse catholique pour commémorer l’enlèvement au ciel de la vierge Marie.

En revanche, l’UNESCO a adopté le 23 août comme journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition. La nuit du 22 au 23 août 1791 est la date du soulèvement des esclaves à Saint-Domingue. Cette date a suivi l’événement du 14 août où Boukman ordonna le soulèvement général.

Des fêtes enlevées du calendrier

Lors de l’embargo imposé sur Haïti par l’Organisation des États américains (OEA) en 1991, l’État haïtien a riposté en enlevant deux fêtes internationales du calendrier : 14 avril, jour des Amériques célébrant le panaméricanisme et le 24 octobre, date de la rentrée en vigueur de la charte des Nations Unies en 1945.

D’autres fêtes ne sont plus dans le calendrier. « On y trouve, la découverte d’Haïti, 5 décembre ; les 22 mai, 22 septembre et 22 juin qui étaient considérés comme la fête des Duvalier », révèle Georges Michel qui précise qu’on ne les fête plus depuis le coup d’État de 1986.

Jours fériés d’Haïti 2019 (fêtes nationales et fêtes légales) Fêtes catholiques 2019
Jour de l’Indépendance, 1er janvier 2019 Épiphanie, 6 janvier
Jour des Aïeux, 2 janvier 2019 Chandeleur, 2 février 2019
Mardi Gras, 5 mars 2019 Mardi gras, 5 mars 2019
Vendredi Saint, 19 avril 2019 Les Cendres, 6 mars 2019
Pâques, 21 avril 2019 Carême, 6 mars au 21 avril 2019
Fête de l’agriculture et du travail, 1er mai 2019 Annonciation, 25 mars 2019
Fête du drapeau et de l’Université, 18 mai 2019 Les Rameaux, 14 avril 2019
Fête Dieu, 20 juin 2019 Jeudi et vendredi saints, 18 et 19 avril 2019
Assomption, 15 août 2019 Pâques, 21 avril 2019
Mort de Dessalines, 17 octobre 2019 Ascension, 30 mai 2019
La Toussaint, 1er novembre 2019 Pentecôte, 9 juin 2019
Fête des Morts, 2 novembre 2019 Assomption, 15 août 2019
Bataille de Vertières, 18 novembre 2019 Toussaint, 1er novembre 2019
Noël, 25 décembre Fêtes des morts, 2 novembre 2019
Noël, 25 décembre

Commentaires

Emmanuel Moïse Yves
Journaliste à AyiboPost. Étudiant en communication sociale. Je pratique le journalisme pour le rendre utile à la communauté.

    Rex théâtre : symbole coloré de la dilapidation PetroCaribe

    Article précédent

    Jovenel Moïse, représentant de deux entreprises concurrentes

    Article suivant

    Commentaires

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost