AYIBOFANMCULTUREEN UNEFREE WRITING

Mon amie vient d’être maman!

0

Il est de ces habitudes que nous avons, ou de ces actes que nous posons sans prendre conscience qu’ils pourraient traduire une indélicatesse que nous ne souhaitons pas forcément. Souvent, nous ne réalisons pas que dans certaines situations, il vaut mieux pécher par défaut que par excès, et que même avec nos proches, il faut savoir faire preuve de réserve et prendre du recul parfois. C’est dans cette optique que j’ai tenté de relater certains comportements que nous affichons avec beaucoup d’amour sans doute, lorsque des amis proches viennent d’avoir un bébé, sans comprendre qu’ils ne sont pas toujours de bon ton, voire qu’ils peuvent même s’avérer dérangeants. Par conséquent, j’ai voulu partager avec vous une liste qui est loin d’être exhaustive, de ces petits délits dont nous nous sommes presque tous montrés coupables au moins une fois dans notre vie, y compris l’auteur de ces lignes, sans même nous en rendre compte sur le coup. J’espère que vous saurez, autant que moi, tirer les leçons qui s’imposent et modifier vos façons d’agir, afin d’entretenir certaines amitiés qui valent de l’or.

Rideaux !

La salle de travail (STA) n’est pas la scène d’un concert de rock ou un amphithéâtre. C’est un espace où les  étapes ultimes qui aboutiront à l’arrivée du petit bout de chou auront lieu, préférablement dans la sérénité et l’intimité des plus proches concernés. Même si vous avez accompagné la parturiente à l’hôpital, ne lui imposez pas votre présence en STA. Elle n’est pas forcément enchantée à l’idée que vous assistiez à tout le processus, quand bien même vous auriez été là pour elle la grossesse durant. Ayez la délicatesse de lui demander si cela ne l’incommoderait pas que vous y soyez, et surtout, ne vous fâchez pas si elle refuse, car c’est son droit le plus entier.

De plus, ce n’est pas le moment opportun de demander via whassap ou via un texto, à la future mère de vous faire parvenir un « selfie », encore moins pour lui suggérer d’entamer une session « Skype » avec vous, quel que soit le degré d’amitié qui vous unit à elle. Laissez-la souffler et jouir de ces quelques heures/minutes la séparant de la toute nouvelle réalité d’être maman, car que vous le croyiez ou non, une fois le petit être expulsé, sa vie ne sera plus du tout la même ! Sans compter qu’elle est probablement en plein travail, n’a sans doute pas reçu d’épidurale, et souffre possiblement le martyre.

Je visite !

Après la naissance du bébé, il est certainement apprécié que les amis des nouveaux parents, ainsi que la famille, effectuent une visite de courtoisie à l’hôpital, ou une fois le couple mère-enfant rendu à domicile.  Mais si vous faites partie de ces privilégiés dont la présence est encouragée, voire souhaitée, de grâce venez seuls. N’en profitez pas pour vous faire accompagner d’un ou deux de vos amis personnels, qui seraient probablement plus curieux de voir un nouveau-né qu’autre chose. Les visites d’étrangers ne sont pas toujours très prisées dans ces moments — là. Toutefois, si vous n’avez d’autre choix que d’emmener ces personnes avec vous, pour une raison ou pour une autre, pensez à avertir la famille que vous serez flanqué d’un tiers, afin de lui permettre de prendre les dispositions idoines, même si cela implique quelque chose d’aussi banal que de changer de tenue ou de mettre un peu d’ordre, voire se préparer mentalement à faire connaissance avec cet invité-surprise.

Bonjour, les microbes !

Arrivés sur les lieux, tâchez de contenir encore quelques instants votre excitation, et emmenez-la avec vous en direction des toilettes, afin de vous laver soigneusement les mains, avant de vous précipiter sur le petit être fragile et hypersensible aux bactéries, qui ne demande qu’à être pris dans vos grandes et réconfortantes mains d’adultes, mais propres. Et surtout, évitez d’embrasser le bébé !

Qui a dit paparazzi ?

Demandez d’abord aux nouveaux parents s’ils consentent à ce que vous preniez leur petit ange en photo. Il est fort probable que cela ne les contrarie guère, mais le fait de poser la question est signe chez vous de tact et de bonne éducation, ce qu’ils ne manqueront pas d’apprécier, malgré l’euphorie du moment. En outre, si vous désirez publier ces photos sur un réseau social quelconque, assurez-vous toujours d’obtenir au préalable leur approbation.

Cela me fait penser à l’énorme fierté que j’ai ressentie vis-à-vis de ma fratrie, lorsqu’à chaque fois mon frère prenait le soin de me dire, « Tante unetelle m’a demandé une photo du bébé, tu m’autorises à lui en expédier une? », ou que ma sœur, désirant publier une photo de son neveu sur « Instagram », a mis un point d’honneur à m’envoyer d’abord un message, me demandant si cela ne me dérangeait pas, et si la photo choisie me convenait.

Tiens bon, la vache !

Si vous surprenez la jeune mère en train d’allaiter son bébé, gardez-vous des plaisanteries du genre « mon chéri, tu ne partages pas avec moi ? Allez, pousse-toidonne-m’en un peu ! » et, ne feignez pas non plus de vous pencher vers la poitrine de la mère, l’air de vouloir téter vous aussi. C’est très déconcertant, en particulier si vous êtes une personne de sexe féminin, et cela peut la mettre très mal à l’aise, surtout si elle est du genre pudique.

Konbit !

Les premiers jours qui succèdent à une naissance sont généralement assez chaotiques. On croit tout savoir et être à la hauteur, mais la réalité est souvent tout autre. Si vous vivez à proximité du couple et que vous faites partie de son cercle d’amis, offrez-lui votre aide si le cœur vous en dit, pour les menues tâches de la vie quotidienne, dès que vous avez un petit temps de libre que vous pourriez aisément mettre à sa disposition. Il vous en sera reconnaissant.

Toutefois, pendant un certain temps, ne vous amusez pas à appeler à longueur de journée et à entamer de longs débats sur des sujets futiles. Entre les biberons ou les tétées, le moment du rot, la lessive de bébé et autres corvées, il reste très peu d’espace libre pour les mondanités et les conversations oiseuses. Ménagez l’emploi du temps de la jeune mère, et n’oubliez pas qu’elle n’a plus d’heure spécifique pour dormir. Ne soyez donc pas surpris de l’avoir réveillée par votre appel impromptu à 1h de l’après-midi, alors qu’elle venait tout juste de poser sa tête sur l’oreiller, après une nuit et une matinée particulièrement mouvementées.

Tiens, ton nez !

Une fois que la vie aura repris son cours normal et que la nouvelle petite famille se sera installée, abstenez-vous de prodiguer des conseils superflus ou de proférer des critiques à tort et à travers qui peuvent agacer à la longue les jeunes parents. C’est vrai qu’ils n’ont pas beaucoup d’expérience en matière de bébés et qu’ils apprennent au jour le jour avec le leur, mais ne vous en faites pas. Il y a de fortes chances qu’ils aient lu tout ce qu’il y avait à lire sur le sujet, et même plus encore. Revues, magazines, bouquins de médecine ou autres, tout y est passé. Ils font de leur mieux, soyez-en assurés. Ne les bombardez donc pas trop et laissez-les suivre leur rythme.

Somme toute, je n’essaie pas de faire passer les nouveaux parents  pour des mufles pouvant se passer de chaleur humaine autre que celle de leur nouveau-né. Je ne veux pas non plus vous inciter à mettre au rebut toute personne de votre entourage qui est devenue père ou mère, en vous disant que c’est désormais une catégorie d’être humain à part qu’il faut fuir comme la peste, car il y a risque de contagiosité. J’essaie simplement de vous aider, à être des amis formidables, les premiers mois qui suivront l’arrivée d’un nouveau membre dans la bande. Qui sait, cela pourrait bien vous être utile à votre tour, quand viendra le jour où vous aurez finalement décidé de concocter un mini – vous.  🙂

N¡n@

.

.

Commentaires

La Musique “Racine” et le Carnaval Haïtien

Previous article

The one thing that unites us…

Next article