EN UNERECOMMENDEDTRAVEL

Les algues sargasses: Une vraie nuisance sur le littoral

0

L’algue est un vĂ©gĂ©tal inferieur, essentiellement aquatique, presque toujours pourvu de chlorophylle. Il existe plusieurs variĂ©tĂ©s d’algues. En gĂ©nĂ©ral on les utilise comme engrais et amendement. La sargasse, sargassum est un genre d’algue brune de la famille des sargassaceae. Elle est trĂšs prĂ©sente dans  l’atlantique Nord, A l’est de Bahamas. D’oĂč le nom mer des Sargasses de cette vaste zone. Elle constitue un gigantesque nid ou les anguilles viennent pondre leurs Ɠufs. Elle peut ĂȘtre fixĂ©e au fond de la mer, cependant certains types vivent parfois exclusivement de maniĂšre flottante, particuliĂšrement dans l’OcĂ©an Atlantique. Le mot sargasse se traduit par sargoza en Espagnol qui signifie varech.

sargasse 2

Cette algue existe depuis plusieurs centaines d’annĂ©es mais leur prĂ©sence massive sur le littoral avait rĂ©gressĂ© depuis plusieurs dĂ©cennies. Mais, depuis quelques temps on constate une recrudescence  de ce vĂ©gĂ©tal comme en tĂ©moigne les images de la mer des CaraĂŻbes (y compris les Antilles). Ainsi les habitants de cette rĂ©gion sont littĂ©ralement stupĂ©fiĂ©s par ce phĂ©nomĂšne qui Ă©videmment leur parait Ă©trange. Cette plante aquatique quasiment mĂ©connue est utilisĂ©e en phytothĂ©rapie dans certains pays, comme la Chine par exemple, par les herboristes. Ces derniers transforment les sargasses en poudre et les vendent en sachet de papier 0,5g, Ă  diluer dans de l’eau chaude et Ă  boire comme du thĂ© (algues sargassum tea) Aux Antilles, grĂące Ă  sa forte teneur en potassium, on l’utilise comme compost  dans les activitĂ©s de jardinage. Cependant les sargasses ont des impactes nefastes sur le fonctionnement des communautĂ©s.

Impactes des algues sargasses

Sur la santé :

Selon certains experts, s’exposer au gaz que dĂ©gage le varech provoquerait des maladies liees au systĂšme respiratoire, des dommages neurologiques, une baisse des capacitĂ©s cognitives, des problĂšmes de mĂ©moire, et des  troubles d’humeur. L’exposition prolongĂ©e Ă  l’hydrogĂšne sulfurĂ© est dĂ©conseillĂ©e, mĂȘme Ă  faible dose. Or les HaĂŻtiens et  les Antillais assistent depuis plusieurs mois Ă  l’échouage massif des sargasses sur le littoral de la sous rĂ©gion. L’odeur nausĂ©abonde de  leur gaz envahit les diffĂ©rentes villes concernĂ©es.

sargasse 6

Sur l’industrie touristique :

MĂȘme les simples d’esprit peuvent dĂ©duire que l’invasion des algues ne peut ĂȘtre sans consĂ©quence sur les activitĂ©s liĂ©es au tourisme. Nombreux seront les visiteurs qui vont refuser  de se rendre Ă  la plage Ă  cause de la prĂ©sence de ce vĂ©gĂ©tal sur les rivages et surtout Ă  cause de l’odeur du gaz qu’il dĂ©gage. A noter que nous sommes en pleine pĂ©riode de vacances d’étĂ©, pĂ©riode des fĂȘtes patronales. Jusqu’Ă  ce moment prĂ©cis, j’ignore quelle instance haĂŻtienne, quelle personnalitĂ© qui s’est, au moins, montrĂ©e prĂ©occuper par cette situation. Existe-t-il un document qui traite de ce phĂ©nomĂšne ? On aimerait bien le lire s’il existe dĂ©jĂ . Seule la population en parle. Cependant, dans les Antilles françaises (Martinique, Guadeloupe, Guyane, RĂ©union, etc.) les autoritĂ©s partagent l’inquiĂ©tude de leur population. Elles crĂ©ent des missions anti sargasse, perçoivent des fonds d’urgence(l’Etat dĂ©bloque 3,7millions d’euros pour traiter les algues sargasses) conçoivent un plan d ‘action, des entreprises se dotent d’engins amphibies pour ramasser les algues en mer.

Sargasse 3

Une entreprise qui se spĂ©cialise dans la biochimie est invitĂ©e Ă  utiliser la sargasse dans la fabrication de bioplastique. L’Algopack va fabriquer des biomatĂ©riaux 100% composables Ă  partir du varech. Ce plastique sera utilisĂ© dans les secteurs de la tĂ©lĂ©phonie, dans le packaging et dans la fabrication d’articles de bureaux : clĂ©s USB, objets de dĂ©coration etc. en fin de vie ces matĂ©riaux seraient totalement compostable et apporteraient une des fonctions historiques de l’algue : fertiliser la terre. D’oĂč un geste pour la protection de l’environnement. Toutes ces tentatives prouvent que les Ă©lus antillais se montrent au moins prĂ©occupĂ©s par l’échouage massif des sargasses sur le littoral. Bien que la rĂ©ussite ne soit pas totale .En effet les autoritĂ©s haĂŻtiennes pourraient au moins suivre l’exemple de ces derniers en tentant quelques actions.  A nos jours elles gardent encore un long silence. Une ou plusieurs actions de l’Etat pourraient gĂ©nĂ©rer des revenus au sein des secteurs universitaires, professionnel et des gens non qualifiĂ©s. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. La balle est donc dans le camp des maires, des responsables de sante publique, du ministĂšre de l’environnement, du ministĂšre de l’agriculture et du ministĂšre du tourisme.

 

Jean Gardy Arien

Commentaires

Ayibopost
La rédaction de Ayibopost

    Comments

    Comments are closed.