EN UNEPOLITIQUE

Le drapeau haïtien ne serait pas créé à l’Arcahaie

0

Le 18 mai 2019 ramène l’anniversaire officiel de la création du drapeau haïtien. Si aujourd’hui le bicolore bleu et rouge est aisément reconnaissable comme emblème de la République d’Haïti, il a subi dans le temps des modifications diverses. Il est aussi sujet à controverses entre certains historiens, notamment concernant la date et le lieu de sa création.

Les manuels d’histoire utilisés dans les écoles haïtiennes affirment que le drapeau haïtien a été créé le 18 mai 1803, lors du congrès de l’Arcahaie. Il proviendrait de la modification du drapeau bleu, blanc et rouge des Français. Dessalines aurait arraché le tissu blanc, en présence d’autres officiers de l’armée indigène comme Gabard ou Pétion, et consacré le bicolore comme signe de l’union entre les noirs et les mulâtres. Catherine Flon aurait été chargée de coudre les deux bandes de tissu.

D’après les historiens Claude et Marcel Bonaparte Auguste, ces informations sont partiellement erronées. Ils s’appuient sur les témoignages d’historiens comme Thomas Madiou (1814-1884), Beaubrun Ardouin (1796-1865) et Joseph Saint-Rémy (1815-1858), pour signaler certains points divergents dans les faits qu’ils rapportent.

Dans leur livre « Pour le drapeau, Contribution à la recherche sur les couleurs haïtiennes», ils assurent que le drapeau n’a pas été créé à l’Arcahaie le 18 mai 1803. Le Congrès de l’Arcahaie ne serait en fait qu’une réunion de Dessalines avec les principaux commandants de l’Ouest. Selon Thomas Madiou et Beaubrun Ardouin, dont ils reprennent les témoignages, le drapeau était déjà créé en février 1803, à la Petite-Rivière de l’Artibonite.

Ces deux historiens s’opposent donc à Saint-Remy, dont la version qui affirme que le congrès de l’Arcahaie est l’événement marquant la création du drapeau est celle que tous les écoliers haïtiens apprennent à l’école. Claude et Marcel Bonaparte Auguste font remarquer que certains officiers clés comme Christophe, Clerveaux, Vernet, etc. étaient absents à l’Arcahaie. D’après eux, pour un événement aussi significatif, ils auraient été présents. « En fait, écrivent-ils, le seul drapeau créé à l’Arcahaie l’a été en février 1803 par Pétion qui a transformé en bleu et rouge le tricolore français, en l’amputant de sa couleur blanche comme l’avait ordonné Dessalines. »

 

Rouge et bleu ou noir et rouge ?

La Constitution de 1987 détermine, dans ses articles 2 et 3, les couleurs nationales et l’emblème de la nation. Le bleu et le rouge sont consacrés. Deux bandes d’étoffes d’égales dimensions, bleu en haut, rouge en bas, sont placées horizontalement pour créer le drapeau de la nation. Au centre, sur un carré d’étoffe blanche, on trouve les armes de la République qui sont le palmiste surmonté du bonnet de la liberté, ainsi qu’un trophée d’armes. La légende est « L’union fait la force ».

Le bicolore a été modifié une dizaine de fois, au cours de son existence, soit dans ses couleurs soit dans l’orientation de celles-ci. La Constitution impériale de 1805 de Dessalines, devenu Jacques 1er, consacrait un drapeau noir et rouge. Rejeté par la Constitution de 1843, ce drapeau sera rétabli le 25 mai 1964, par François Duvalier, et les couleurs placées verticalement, le noir côté mât.

Pendant les trois monarchies qu’a connues le pays, le drapeau a été changé. Après Jacques 1er, ce sera au tour d’Henri Christophe, Henri 1er, de choisir le noir et le rouge, en y ajoutant au milieu la couronne impériale. Soulouque, devenu empereur a lui aussi modifié le bicolore. Pétion, républicain convaincu, a ajouté les armes de la République au drapeau bleu et rouge.

Les deux drapeaux, bleu et rouge ou noir et rouge, ont été remarqués côte à côte, lors des différentes batailles qui ont abouti à l’indépendance du pays. Le lieutenant Babron, officier de l’armée de Rochambeau, témoignait lui-même que le 18 novembre, au Cap, un étendard noir et rouge flottait sur plusieurs postes que les indigènes avaient repris. C’est ce que rapportent Claude et Marcel Bonaparte Auguste.

L’historien, actuellement ministre de l’Education Nationale, Pierre Josué Agénor Cadet affirme que les deux drapeaux sont tout aussi importants. Le bleu et rouge est le drapeau de l’Indépendance ; le bicolore rouge et noir est le premier drapeau officiel de l’État haïtien. « Ils symbolisent tous les deux nos luttes, notre identité, notre fierté, notre union, notre liberté et notre souveraineté », écrit-il dans un article publié en 2007.

Le drapeau haïtien et le vaudou

« 1804 est issu du Vaudou », déclarait Jean Price Mars. Les luttes pour l’indépendance d’Haïti, ainsi que la création du drapeau haïtien sont souvent associées à cette religion. Odette Mennensson-Rigaud, dans son article « Le rôle du Vaudou dans l’Indépendance d’Haïti » (1958), rapporte une conversation avec un cultivateur haïtien qui lui expliquait l’histoire du drapeau, surtout le choix de la couleur rouge, comme son grand-père la lui racontait quand il était enfant.

Dessalines, rapporte-t-elle, servait le loa Ogou Shango. C’est pour cela qu’il portait du rouge le plus souvent, surtout lors des batailles. Le rouge et le bleu sont les couleurs de ce loa. La foi de Dessalines aurait donc joué un rôle important dans la création du drapeau, bien qu’il est aussi généralement admis que le rouge symbolise les mulâtres et le bleu (ou noir) les Noirs.

Jameson Francisque

Commentaires

Jameson Francisque
Linguiste. Journaliste. Passionné de technologie.

    Nan plas EDH, se Bandi ki jere kouran nan Fontamara

    Article précédent

    L’eau douce consommée en Haïti dépend des bassins versants qui sont fortement dégradés

    Article suivant

    Commentaires

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost