EN UNEFREE WRITINGPOLITIQUE

Le CEP est officiellement « Grenn Senk(5) »

0

«L’art juste pour l’Art » a dit un jour un artiste à sa deuxième bouteille de vin. Je suis à mon premier verre d’H2O  mais je me sens un peu bourré aussi. Donc pourquoi ne pas accepter le fait qu’un article puisse être écrit juste pour le titre… Je propose donc: « Le titre juste pour le titre ».

Ironiquement le problème de la formule « Le titre juste pour le titre » est le même auquel fait face le CEP avec sa superbe formule : « Les élections juste pour les élections ».

Comment trouver la finalité dans un texte qui prétend avoir un objectif mais qui au fond n’a qu’un titre. Le titre est tout ! Pas de grande ou belle pensée, pas un cadre structurel qui me forcerait à suivre une ligne bien précise. La liberté est là mon problème, je fais ce que je veux, comme je veux, quand je veux. Mais à ce moment précis du texte je perds ma crédibilité. Je suis en déficit de crédibilité diraient certains.

Moi, je m’en fous pas mal de votre petite personne qui va lire ce texte. L’important est d’aboutir avec ce processus, même s’il est vide de sens. J’ai devant moi une page Blanche qui me dicte les mots. J’entends déjà ce petit malin dire à la radio que je me laisse diriger par le BLANC. Moi j’ai une mission de finir avec ce texte qui, mots après mots devient de plus en plus débile.

Comment conclure? Peut-être devrais-je renvoyer la rédaction de ce texte à une date ultérieure ? Le 24 ? Mais non, si je le fais tout le monde aura oublié que le CEP est « Grenn Senk ». Je suis donc dans l’obligation de battre le fer pendant qu’il est chaud. Après tout, mon embaucheur vient d’investir (Ou perdre) 36 minutes dans cette rédaction. Il faut que ce foutu processus aboutisse de toute façon !

Respire, réfléchi, concentre-toi… Est-ce que finir avec ce foutu texte vaut la peine. Est-ce que j’aide à défendre les valeurs lyriques établies depuis 1986 ?

C’est décidé. J’arrête avec ce processus stupide et vide de sens!

NB : Ce texte a été écrit suite à la nouvelle du départ du 6e membre restant du CEP, M. Vijonet Déméro. Il a aussi été écrit dans l’unique but d’utiliser le titre : Le CEP est « Grenn Senk (5) »

Jétry

Commentaires

Jétry Dumont
Directeur Général | Co-fondateur | J'aime me considérer rationnel et mesuré avec une vision semi-ouverte du monde. J'ai un baccalauréat en finance. Je m'intéresse au Barça, à la politique, à l'entrepreneuriat et à la philosophie.

Les Etats-Unis ont-ils un rôle dans le naufrage d’Haïti ?

Article Precedent

Le CEP, ce pantin géant

Article Suivant

Comments

Comments are closed.